Open Humanity : Quand on vous dit que le logiciel libre c’est politique

closeCet article a été publié il y a 12 ans 7 mois 17 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Lors des dernières élections européennes, je m’étais posé la question du lien entre le logiciel libre et la politique. Hors depuis quelques jours je vois passer dans mon agrégateur de façon récurrente des annonces concernant le projet Open Humanity.

Au premier abord, le nom me semble un peu ronflant et me rend donc quelque peu méfiant surtout vu le peu d’informations données sur le site et les quelques images d’un hypothétique bureau virtuel. Impression dont je fais part sur Twitter à Antonin Moulart sans trop savoir d’ailleurs à ce moment là qu’il est lié au projet, bien que cela n’aurait rien changé à mon opinion.

Antonin bien connu pour sa recette des bananes flambées a publié aujourd’hui un article qui nous permet d’en savoir un peu plus sur ce projet. Tout d’abord on sera rassuré car il s’agit bien d’un « vrai projet » et qui plus est d’un projet libre.

En résumé, Open Humanity est un logiciel permettant de mettre à disposition d’une communauté d’utilisateurs un bureau virtuel. Jusque là, pas de grande innovation. Un projet déjà bien avancé existe déjà sur le même sujet : eyeOS. Je regretterais peut-être de voir apparaître un nouveau projet alors qu’il aurait peut-être été plus simple et productif d’apporter au projet eyeOS les fonctionnalités manquantes. Mais nous aurons peut-être des explications sur ce point plus tard.

Open Humanity permet également de partager et de créer des espaces de travail commun pour un groupe d’utilisateur. C’est le coté social de ce logiciel qui se veut « A mi-chemin entre un réseau social et un webOS ». Il s’agit donc d’un WebOS doté de fonction de travail de groupe. Des fonctionnalités il vrai que je n’ai trouvé que dans la « wishlist » d’eyeOS ou partiellement implémentées dans la version actuelle.

Quel rapport avec la politique ?

Tout d’abord, notre ami Antonin fait parti des Promoteurs, « un rassemblement de cadres et de militants du Mouvement Démocrate ». Comme indiqué dans l’article de présentation, Open Humanity est un projet qui a reçu le soutient du parti de François Bayrou. Il est utilisé par le Forum Démocrate.

Poussé par la curiosité, je me rend donc sur ce site et là je découvre un lien pour accéder au bureau virtuel. Comme il est possible de s’inscrire, je ne m’en prive pas. Quelques minutes plus tard me voici connecté au fameux bureau d’Open Humanity. En voici une copie d’écran.

open-humanity

Attention cependant, il ne s’agit probablement pas de la version définitive du logiciel ou de celle qui sera présentée dans quelques jours. Les quelques icônes placées sur le bureau aboutissent en fait à peu de fonctionnalités opérationnelles ou renvoient au site web du Forum Démocrate. Mais on est prévenu, c’est de la version bêta. A l’usage, c’est moins réactif que eyeOS. Et dire que Cyrille trouve ce dernier déjà lent.

Bien entendu ce test ne veut rien dire et il nous faudra patienter pour nous faire une opinion définitive sur les qualités techniques du logiciel.

Conclusion ?

Difficile d’en faire une. Les questions se bousculent quand aux fonctionnalités qui seront disponibles dans 4 jours et notamment sur la façon dont est gérée la connexion entre les utilisateurs. Avons-nous à faire à un logiciel distribué avec des bureaux virtuel pouvant être hébergés sur des machines différentes et communicant entre elle par un protocole ouvert ? Ou bien seul les utilisateurs d’une même instance, comprenez une installation du logiciel sur un serveur, pourront-ils travailler ensemble ? Quel rôle exact a joué le Modem dans le développement de ce logiciel ?

Rendez-vous donc pour un exercice pratique dans 4 jours !

N.B. : Cet article n’est pas un billet sponsorisé par le Mouvement Démocrate avec lequel je n’ai aucun lien 😉

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

7 réponses

  1. Antonin dit :

    Je vois que tu t’es sois penché sur notre cas. 🙂

    Je pense que tu trouveras des réponses positives lundi prochain. Je peux dors et déjà t’annoncer que l’interface a été complètement revue pour une meilleure ergonomie et une fluidité augmentée.

    Concernant les liens d’Open Humanity avec le Mouvement Démocrate, ça n’a rien de secret. Je peux l’expliquer à tes lecteurs.

    A l’origine, je faisais partie du groupe de stratégie internet du Mouvement Démocrate mené par Christophe Ginisty avec l’aval de François Bayrou. Dès la première réunion, (avant même l’élection d’obama) il nous était parût clair que le Mouvement Démocrate devait se doter d’un réseau social militant. M’intéressant beaucoup au sujet, j’ai décidé de prendre une initiative et ai directement souhaiter faire une proposition de logiciel libre au groupe.

    J’estime (à tord ou à raison, je vous en laisse seul juge) que le logiciel libre fait partie des valeurs de tout démocrate. Ce sont des biens publics précieux car ils permettent aux citoyens de se doter d’outils informatique performant sans condition de ressource. On sait aujourd’hui à quel point il est indispensable de maîtriser les usages numériques, et le logiciel libre est une chance incroyable pour les rendre accessible au plus grand nombre. Il permet au débat public de prendre une nouvelle dimension et incite les citoyens à prendre position. (Combien de blogs wordpress et dotclear sur la toile ? )

    Pour en revenir à la petite histoire, j’ai réfléchis un peu à un concept de réseau social, à un nom ronflant ( 😉 ) et j’ai appelé un amis développeur pour lui parler de cette idée. Cet amis, c’est Xavier Boubert. Nous étions tous les deux animés par une incroyable envie de faire, de créer un de ces réseaux sociaux qui transforme le monde en village. Dès notre première conversation nous pouvons dire que nous avons co-fondé le projet. Xavier n’est pas rattaché au MoDem mais est animé par l’amour de l’art. Code is poetry. Pour ma part, créer un logiciel libre me suffit, mais je continue à m’investir au sein du mouvement démocrate pour des raisons que vous pourrez retrouver sur mon blog si l’envie vous en dit.

    En définitive, Open Humanity n’a qu’un lien historique avec le MoDem, la plus part des contributions ont été faite par des internautes non adhérent, de plus deux autres organisations non politique vont très prochainement adopter Open Humanity. Nous souhaitons simplement que le projet serve à un maximum.

    A+,

    Et à lundi peut être ?

  2. Efemero dit :

    Je pense que tu confonds un peu en parlant (par sous-entendus) de politisation du LL. Ce n’est pas parce qu’un parti politique crée un logiciel libre qu’on peut parler de récupération, pas plus qu’on ne peut taxer Microsoft de Berlusconiste si celui-ci utilise des logiciels de la firme…

    il se trouve que ce parti a décidé de sortir son logiciel sous licence libre, comme le font déjà certaines entreprises ou organisations. Pour moi c’est un signe de plus qui montre que le libre avance, dans tous les niveaux de la société.

  3. Nico dit :

    Salut,
    Ton article m’a intéressé car moi aussi je suis méfiant face a ce genre de projet.
    Et effectivement avec un nom pareil sa fait vraiment très (trop?) ronflant.
    Rappelons que ce n’est qu’un logiciel.

    Ensuite sur la partie politique de ton sujet je pense qu’il ne faut pas posé de barrières en disant que telle ou telle courant politique est pro LL ou non.
    Pour moi c’est comme l’écologie, les vrais libristes sont les libristes eux même et ça il ne faut pas l’oublier, peut-être que comme en suède avec le parti des pirates (qui certe n’en est qu’a ses debut) nous aurons un parti des LL.

    On a tendance à nous sortir tout sorte de chose sois disant « open » et comme je peu pas vérifié l’ensemble des codes sources j’ai tendance à me méfier mais bon il y a surement de bon projet.

  4. Defaite dit :

    Alors grosse rectification, Open Humanity n’appartient pas du tout au MoDem, n’a pas été conçut par et pour le MoDem. Comme le dit Antonin, Open Humanity n’a qu’un lien historique avec le MoDem car ils nous ont permis d’avancer plus vite, notamment avec un gros groupe de testeurs.

    Pour ce qui est de eyeOs on en ai bien loin. Autant au niveau des technologies qu’au niveau ouverture, que eyeOs a très mal intégré. Mais tout ça vous le verrez lundi 😉

  5. jb robert dit :

    Tout à fait d’accord avec Efermero : il y a confusion entre quelques notions .Le LL n’est pas democrates. Le Modem a d’ailleurs une position favorable aux LL toute à fait récente, ce qui n’enlève rien à ce poids politique, qui vient s’ajouter au PCF, aux Verts, au PS, (par ordre chrono) …. j’en passe. Sur l’échiquier américain, on trouve des soutiens TRèèèèèèèès variés, de certains groupes democrates aux think tank ultralibéraux néo-conservateurs. .. Bref

    Par contre, là ou le LL est politique, c’est sur la conception du savoir qui en découle … C’est sur le fait que le savoir doit etre ouvert.

  6. Philippe dit :

    @Antonin : merci pour ces informations, tout ceci me semble désormais bien plus clair. Je prépare une VM pour être dans les starting-block lundi 🙂
    @Defaite, @Efemero : Si mon article a pu laisser penser qu’Open Humanity a été fait par le Modem j’en suis désolé. Dans mon esprit il était clair que non, j’ai d’ailleurs écrit « a reçu le soutien » dans le sens contribution par le test, les propositions d’améliorations, etc..
    @Efemero, jb robert : Je n’ai jamais pensé que le LL soit démocrate, ni UMP, ni PCF, ni vert. Le LL c’est un peu à la fois une philosophie, un modèle économique (celui de de la contribution). Ce qui me semblait intéressant c’est de voir un parti politique contribuer à la mise au point d’un logiciel libre.
    Maintenant je veux bien reconnaître que ce n’était peut-être pas le meilleur exemple pour montrer que le LL est politique. C’est un aspect que j’explore aujourd’hui, le LL a toujours été jusqu’à présent pour moi un mode développement des logiciels, donc forcement je tatone 🙂 Merci de me remettre dans la bonne voie. Cependant on ne pourra pas non plus empêcher une reprise politiquement opportuniste du LL.

  7. Defaite dit :

    Tiens des screens plus récents (et moins oranges 😉 ) :

    http://twitpic.com/86m0v
    http://twitpic.com/8a7or