Retour sur Windows Seven en 2014 ?

closeCet article a été publié il y a 8 ans 1 mois 17 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.
Cet article est un retour d’expérience personnel et n’a pas vocation à asséner de vérité universelle et définitive.

lonely-sadUn billet écrit sur un coup de nerf comme on dit. Depuis que j’ai chargé les dernières mises à jour d’Ubuntu 12.04 que j’utilise sur mon ordinateur portable, le système est devenu instable. Le retour des freeze à gogo. Pas moins de quatre aujourd’hui…

Alors je pourrais me lancer dans le debuggage, parcourir les fichiers de logs et déchiffrer les centaines de lignes de messages divers et variés dont je ne comprends pas forcément le sens. Et pourtant je me considère comme un utilisateur « aguerris » de GNU/Linux.

Je pourrais troller et dire qu’Ubuntu c’est tout sauf un système d’exploitation stable et je me prendrais une volée de commentaires qui me diraient que ce n’est pas vrai, que je troll, que chez eux c’est du béton, etc. Je ne doute pas qu’Ubuntu puisse être du béton chez d’autres.

Si j’essaie de faire un bilan objectif, il est vrai que je pousse ma machine et que j’essaie, quoi de plus normal après tout, d’en tirer toute la puissance. Je n’ai pas acheté un i7 avec 8Go de RAM et un disque dur SSD pour faire mon courrier personnel. C’est un outil de travail sur lequel je peux passer plus de 10h par jour.

Alors oui j’ai un clavier externe et un casque micro connecté en Bluetooth, un disque dur externe en USB3.0 avec un SSD sur lequel je fais tourner régulièrement en ce moment :

  • Deux  machines virtuelles Windows Seven (qui ne plante jamais) sous VirtualBox 4.3  ;
  • Firefox blindé d’onglets regroupés dans une vingtaine de groupes (mais que je décharge avec l’extension UnloadTab);
  • Thunderbird avec 4 comptes IMAP et des extensions de synchronisation CardDav pour les contacts et CalDav pour les agendas;
  • Task Coach ;
  • Un client pour Owncloud et pour Dropbox qui synchronise en tâche de fond ;
  • Des documents ouverts dans LibreOffice Writer et Calc, voir Draw et Impress ;
  • Keepass pour mes mots de passe ;
  • De temps en temps Gimp ou InkScape ;

Et tout cela reste ouvert quand je m’octroie une pause pour me repasser un épisode d’Albator avec VLC en prévision d’une éventuelle déception cinématographique que je vais peut-être m’infliger prochainement.

Alors, oui je ne devrais pas me laisser tenter par une machine moderne avec du matériel mal ou peu supporté. Finalement certains diront que je suis le seul coupable, que je n’ai qu’à m’en prendre à moi-même plutôt qu’à déverser mon mécontentement ainsi.

Je devrais aussi relativiser et me dire que cela fait quand même pas mal de temps que je n’ai pas de gros problèmes avec la machine si ce n’est quelques soucis de « GDBus.Error when trying to enable second screen« .

En attendant, que faire ? Attendre, une hypothétique mise à jour ? Gratter, chercher le problème ? Passer sous Manjaro, l’Archlinux pour les nuls ? Revenir à une Debian stable dont je sais d’avance que j’aurais à triturer les entrailles pour lui faire supporter le vilain Optimus de Nvidia comme je l’ai déjà fait pour cette machine par le passé ? Puis rafraîchir les logiciels présents par défaut ? Tout cela au risque d’écorner et de mettre en péril la stabilité recherchée ? Parfois j’ai l’impression que le choix d’une distribution GNU/Linux s’apparente à un parcours du combattant dont je ne sors jamais gagnant.

Inutile de dire qu’après toutes ses années, revenir à Seven serait un véritable crève-cœur d’autant qu’un système GNU/Linux qui marche c’est quand même mieux. J’ai beau râler, je reste un convaincu de l’intérêt des logiciels libres et pas uniquement sur le plan technique évidement. Mais là, j’ai besoin de travailler, de produire et pas de bidouiller.

Conclusion provisoire, je ne vais rien faire, je n’ai d’ailleurs pas le temps de me lancer dans une réinstallation complète, il va falloir que ça tienne. Je vais juste  basculer sur la session Xfce quelque temps, histoire d’éliminer un problème avec Cinamon que j’utilise habituellement. Ce qui d’ailleurs me fait dire que j’aurais peut-être dû passer directement sous Linux Mint si j’avais su que ce dernier allait devenir mon bureau par défaut. Mais lors de l’achat de la machine, je m’étais dit que tant qu’à utiliser de l’Ubuntu, autant utiliser la distribution mère dans sa version stable.

Pour finir, bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous, après-demain c’est la nouvelle année qui commence et tout ira mieux, croisons les doigts 🙂 !

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

16 réponses

  1. En fait j’ai la solution à ton probleme…
    Une session Pro DotRiver, avec tout ce qu’il te faut pour bosser dans de bonnes conditions et depuis n’importe quel terminal… (voir un boot sur une clef USB avec l’iso DotRiver… )
    Ce qui te laisse le temps… d’installer ce que tu veux pour trouver un environnement « stable » 🙂
    a+
    fa

  2. El presidente dit :

    J’ai bien aimé ce petit coup de gueules plutôt bien tourné. Aller. Courage. Tout cela va bien finir par s’arranger. À l’année prochaine.

  3. Philippe dit :

    @François
    hé hé, j’étais sur de ta réponse 😉 Merci de la proposition, mais j’ai déjà une vm sur mon dédié avec une Debian + opennx en secours pour les cas « désespérés ». Il me manque quelques applications non critique pour être totalement iso-fonctionnel par rapport à mon poste. C’est clair que ce sera sûrement la façon de tenter une réinstallation de mon portable tout en continuant de bosser. Quoique la configuration d’un poste demande de toute façon de l’attention et du temps surtout quand je vois la pile de logiciel que j’utilise au quotidien.
    J’essaie de m’en servir de temps en temps, mais je suis un utilisateur trop exigeant avec un grand écran (et encore pas full HD). Le moindre lag m’est insupportable. J’ai fait pas mal de doc sous Draw et côté confort une session distante c’est pas totalement le top surtout quand tu dois placer des objets de façon précise. Pourtant le dédié est un quad core et mon ADSL n’est pas mauvais. Mais je reste convaincu de la pertinence pour une grande majorité des usages bureautique classique de la solution 😉
    Finalement le problème se situe souvent dans les attentes et besoins de ce qui se trouve entre le clavier et la chaise en matière d’informatique 🙂

  4. Philippe dit :

    @El presidente
    Hello, ton commentaire me rappelle que je ne dois pas céder effectivement. Demain il fera jour 😉
    A très bientôt autour d’un verre de rouge et de bon pain !

  5. Je suis resté à Windows pour les mêmes raisons. Je suis plutôt adepte de la philosophie du libre, mais force est de constater que tout n’est pas aussi simple à utiliser Windows.

    Ce n’est pas tant d’un point de vue logiciel (sauf peut-être pour les jeux), mais vraiment pour la simplicité d’installation et de mise à jour des drivers. Réussir à avoir des performances vraiment fluides sur un dual screen en 1920×1080 est loin d’être évident. Et quand bien même, on prie à chaque mise à jour. Je me considère pourtant comme utilisateur expérimenté, mais s’amuser à me parcourir des logs à n’en plus finir pour chercher ce qui a cassé au dernier update, bof bof…

    Pour ma part, j’ai donc opté pour un Windows avec des VM Linux. Toute la stabilité et les mises à jour propriétaires avec la puissance du libre. 🙂

  6. Vincent M dit :

    Le problème Philippe c’est que tu n’as pas l’utilisation commune des uns et des autres.
    Argument pas vendeur pourtant bien vrai : Linux c’est pour les débutants de nos jours.
    Tout système devient instable dès que l’on commence à être un utilisateur exigeant avec des pratiques multiples. Si tu ne faisais que du web, un peu de courriel et de bureautique comme 90% des utilisateurs, un linux quelconque ferait l’affaire et serait ultra stable : j’ai plusieurs quinquagénaires à septuagénaires dans ce cas et une fois l’install effectuée ça roule seul et sans trou de sécurité depuis plusieurs années. Chez moi la machine qui plante toujours, c’est la mienne parce que j’ai des idées d’utilisation parfois saugrenues et que je ne résiste pas à installer des paquets instables en bidouillant les dépôts. Le reste de la famille n’a pas ce type de soucis que j’avais aussi sous windows il y a quelques siècles. C’est pas linux qui a inventé l’écran bleu… c’est son revendeur windows que recommandait de contacter le grand écran géant au sommet de la médiathèque de bachut… oups il est dead lui?
    Jonathan, désolé de te contredire : pour un débutant, Linux est de la balle. Pour un aguerri sous Linux passer sous un Mac ou PC est un enfer (j’ai dû bidouiller un W8… on en recause de la simplicité????). Le principal frein : les habitudes et tant qu’on ne trouve pas un moyen de rompre, on ne change pas. On ne se libère pas d’un couple pourri sans rupture, mais on peut toujours avoir une maîtresse et se mentir sur son émancipation, hein?
    Depuis que je suis passé sous Linux Mint Debian, j’ai eu une mise à jour majeure un peu rock’n’roll, mais globalement beaucoup moins des galères que j’ai eu avant lorsque je changeais d’ordi avec un p… de windows nouveau qui réduisait à néant 60% de ce que j’avais appris dans la version précédente… D’ailleurs pourquoi tant de gens restent avec un XP alors qu’on leur promet la fin de maintenance pour le prochain semestre? Non même passer d’un windows à l’autre c’est critique, faut pas se mentir sous prétexte que Philippe émet un doute et qu’on se dit chouette un linuxien qui vient nous donner du grain à moudre sur « Linux c’est pour les furieux ».

  7. Philippe dit :

    @Vincent : C’est toujours un peu le soucis quand j’écris un article de ce genre, il faut rappeler que ce que j’écris là est un retour d’expérience personnel et ne vaut effectivement que pour ma pratique 🙂
    Que cela puisse servir à certains pour dire « tiens la preuve que Linux c’est pas bien, même les libristes en on marre » est inévitable (suis-je un « libriste » au fait d’ailleurs ?). Que cela puisse servir à dire qu’il faut que GNU/Linux continue de s’améliorer est aussi une évidence.

    Et si je m’interroge, c’est bien par rapport à mes usages et à mes priorités/choix que je suis obligé de faire. Passer 2 à 3 jour à tout réinstaller (je viens de faire la liste des logiciels, ça me fait déjà peur..) ok, mais sur quelle base ? J’avoue que l’idée de Jonathan m’a déjà traversée. Mais c’est un peu du gâchis côté ressources machine vu ce que demande un Seven juste pour démarrer.

    En fait, je devrais me forcer à ne pas tester de nouveaux logiciels sur mon poste sans passer par une recette sur un clone. Mais c’est un peu luxueux. Je crois que je vais surtout repenser l’organisation de mon PC. Peut-être que je devrais ne faire que des VM avec celle « pour bosser » et n’utiliser mon poste que comme un OS « support » (sous Debian + LXDE par exemple). Pas super confortable côté gestion des périphériques et qui pose de toute façon des limites dés que je vais avoir besoin de la carte graphique pour du rendu 3D…

    Oui passer d’un Windows à l’autre c’est critique… Mais on a pu rester sous XP pendant 14 ans ce qui est quand même plutôt inédit dans l’histoire des OS pour poste de travail ! Je doute que cela se reproduise avec Seven, Microsoft ne se fera pas piéger une deuxième fois. Même pour les entreprises la résistance est déjà difficile…

    De toute façon à ce jour, la seule solution pour moi est de revoir certaines pratiques et probablement de faire des concessions et me refuser certaines choses dont je sais qu’elles sont sources de problèmes.

    Je suis preneur de toute bonne idées et suggestions constructives…

  8. david96 dit :

    « Tout système devient instable dès que l’on commence à être un utilisateur exigeant avec des pratiques multiples. Si tu ne faisais que du web, un peu de courriel et de bureautique comme 90% des utilisateurs, un linux quelconque ferait l’affaire et serait ultra stable : j’ai plusieurs quinquagénaires à septuagénaires dans ce cas et une fois l’install effectuée ça roule seul et sans trou de sécurité depuis plusieurs années »

    Je plussoie et confirme.
    À tout ceux que j’ai installé (ubuntu LTS en général et récemment Debian) ; jamais eu une seule demande d’aide… Sérieux… Ça roule comme ça depuis des années… Je m’occupe seulement de la mise à niveau. C’est sûr que c’est tellement stable que ça mettrait peut-être plein de petit indépendant aux chomages.

  9. Philippe dit :

    @david96 : Je suis mitigé ce matin face à cet argument… Je ne peux qu’être d’accord avec cette affirmation pour l’avoir aussi expérimenté chez des utilisateurs « traditionnels ».
    OK j’ai beaucoup de pratiques différentes, j’utilise pas moins d’une trentaine de logiciels de façon assez réguliéres dont certains sont d’ailleurs propriétaire car sans équivalent pour moi en Libre. Tous ne sont pas issus des dépôts officiels pour la simple et bonne raison qu’ils n’y sont pas… Je veux que ma machine dépote donc j’ai du matériel récent..
    Si j’essaie de faire un bilan objectif de ce que me procurerais un Seven comme OS, je dirais qu’il y a le support matériel et une évolution plus lente de l’OS. Si je virtualise dedans un Linux pour retrouver tous les outils, j’aurais peut-être le meilleur des deux mondes. Un Seven que tu ne tritures pas c’est stable, très stable. Je le vois dans les entreprises où j’interviens. La déstabilisation est apportée par les logiciels que tu ajoutes.
    La nuit ayant porté conseil, j’ai préparé mon plan pour rester sous un OS libre 😉 … Je vais écrire vite fait un billet pour expliquer mon plan.

  10. david96 dit :

    Très bonne initiative. 🙂

    Je suis moi même en pleine migration suite à l’achat d’un nouveau PC (l’ancien avait plus de 7 ans) chez de jeunes indépendants.

    Voilà la config si ça intéresse :
    Processeur Intel Core I5-3330 3.0Ghz Quad Core S1155 6M
    Carte Mere Asus Ih61/S1155/Ddr3/Pci-E/Micro-Atx
    Memoire Corsair Value Select Dimm Ddr3 – 4G (*2)
    Disque Dur 3.5″ Sata 1To 64Mo Sata Iii 6Gb/S 7200Trs Wd Caviar Black
    Boitier Atx Moyen Tour Alim 480W Noir Heden
    Graveur Dvd Interne 3.53 Sata Lg
    GT630-SL-2GD — Carte Graphique Asus Geforce Gt630 2Go

    Tout marche nickel, pour la carte graphique, j’utilise le pilote de Nvidia (proprio), comme quoi je ne suis pas un intégriste du libre :p

  11. david96 dit :

    Oops, j’ai oublié : j’ai choisi la distribution Debian (wheezy) architecutre 64bits. 😉

  12. Philippe dit :

    @david96 : un PC fixe solution de facilité tout de suite 😉

  13. Cpag dit :

    Bonjour.
    J’ai quitté Gnome Shell (après m’être entêté un an et demi tout de même) à cause des freezes. Les effets visuels me gênaient de toute manière.
    Xfce sur openSUSE est stable.
    Il ne lui manque que le lanceur, mais en associant la touche Windows au plugin Verve ( http://wiki.xfce.org/faq ) on obtient quelque chose d’utilisable.

  14. david96 dit :

    @Philippe, j’ai aussi trois portable qui sont respectivement sur Ubuntu (xcfe et KDE) aucun souci. J’fais pas exprès hein 😛

    @Cpag, j’arrête pas d’entendre parler d’openSuse en ce moment, notamment car il intégrerait très bien KDE ! Faudrait que je teste un jour.

  15. Philippe dit :

    @cpag: pour XFCE tu as ce menu http://gottcode.org/xfce4-whiskermenu-plugin/ qui dispose de la possibilité d’appeler une application en tapant les première lettre de son nom. C’était le seul truc vraiment gênant pour mois sous XFCE
    @bonoboh : je pense que le marché est dans l’esprit de Citrix « trop étroit » pour ce genre de solution. Alors que ce serait la réponse à bien des besoins et notamment les « problèmes » de BYOD…

  16. Eric dit :

    J’ai aimé ton coup de nerf . Courage ça finira par s’arranger .