Kolab un groupware open source à (re)découvrir d’urgence

closeCet article a été publié il y a 5 ans 8 mois 24 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

kolabLe projet Kolab fait partie des anciens en matière de groupware. Le projet né en 2002 est une suite intégrant messagerie, agendas et contacts partagés. J’ai personnellement découvert ce projet dans les années 2005. Je cherchais alors une solution capable de remplacer Microsoft Exchange. J’avais été alors séduit par l’approche tout-en-un de Kolab et son architecture basée sur des composants « mainstream » du monde du logiciel libre.

Kolab est en effet construit par assemblage d’un ensemble de composants. La partie « basse » repose sur OpenLDAP pour les services d’annuaires, Postfix pour le transfert des emails et Cyrus IMAP pour le stockage et la mise à disposition des emails. A cela s’ajoute, amavisd, ClamAV pour traquer les virus et SpamAssassin pour le filtrage anti-spam des emails. Un petit schéma vaut parfois plus que de longs discours.

KolabServer-Component-OverviewLe projet Kolab a développé autour de ces composants une interface d’administration pour simplifier la configuration. A l’époque où j’ai quitté le projet Kolab, le client web utilisé était Horde. En 2011, il est abandonné au profit du webmail Roundcube. Ce dernier se voit doté d’une extension d’agenda.

Me voici donc presque quatre années plus tard à refaire un point sur ce projet. Première constatation, la création d’une entreprise en Suisse pour soutenir le développement du projet semble avoir boosté le projet. Je suis le premier à critiquer ce modèle de l’entreprise unique portant un projet de logiciel libre, mais je suis le premier également à reconnaître que pour l’instant, aucun autre modèle n’a permis un développement rapide d’une solution libre.

J’ai rapidement consulté la documentation d’installation et notamment celle destinée à Debian, mon système d’exploitation GNU/Linux pour serveur préféré. Au vu de la procédure qui tient en quelques lignes, je n’y résiste pas et me crée une machine virtuelle Debian sur VirtualBox.

Effectivement, quelques lignes de commandes et méga-octets de paquets téléchargés plus loin, l’installation est terminée. Une simplicité extrêmement appréciable. Reste la configuration qui n’est pas dans une messagerie la partie la plus simple. Là encore un script a été prévu pour automatiser la configuration des divers éléments au travers d’une suite de questions.

Je me connecte ensuite à l’interface d’administration pour créer un premier compte utilisateur.

kolab-adminJe bascule ensuite sur le client web et me connecte. C’est je dois bien l’avouer un choc… Je m’attendais à une interface assez similaire à Roundcube or ce n’est absolument pas le cas.

L’interface est très claire, agrémentée de couleurs vives qui vous donnent envie d’utiliser le logiciel. C’est un point essentiel pour « vendre » une application. Si je compare avec l’interface d’un autre groupware comme SOGo que j’utilise actuellement pour ma messagerie professionnel, je dois dire qu’il n’y a pas photo, même si fonctionnellement il y a peu de différences. Je vous laisse juger par cette petite vidéo.


Télécharger cette vidéo au format Theora (Ogg)
Je résume les plus :

  • Installation et mises à jour simples ;
  • Des composants éprouvés même si probablement personnalisés ;
  • Une interface utilisateur attrayante ;
  • Le support de protocoles standards pour les emails (POP, IMAP) et les agendas et contacts (CALDAV et CARDAV) ouvrant l’utilisation à un très grand nombre de logiciels clients pour les postes de travail ou les smartphones et tablettes ;
  • Le support d’ActiveSync (pas forcément indispensable, mais utile pour les irréductibles utilisateurs d’Outlook ou de Windows Phone) ;

Pour les moins, les commentaires vous sont ouverts 🙂 ! J’aurais l’occasion de vous faire un article complémentaire prochainement sur les logiciels qui gravitent autour de Kolab.

Pour savoir

Connaissiez-vous le projet Kolab ?

Loading ... Loading ...

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

9 réponses

  1. Gilles dit :

    Quelques remarques :
    – dévirussage ? Really ? o.O
    – SpamAssin ? Un fork ? :p
    – « long discours », manque un « s » à « long » 😉
    – avec uBlock et juste les filtres de base, on ne peut pas voter, le javascript du plugin WordPRess n’est pas chargé. Si c’ets le cas avec les autres modules anti-publicité, tu ne vas pas recevoir des masses de réponses à tes sondages (je m’en suis rendu compte sur les sondages du billet à propos de la visionneuse Android : http://philippe.scoffoni.net/visionneuse-android-libreoffice-presque/
    sinon ce groupware (progiciel en français, non ?) à l’air sympa.

  2. J’ai fait les corrections, merci.
    Pour uBlock, y’a qu’à le désactiver pour mon site. Je suis clean 🙂

  3. Roultabie dit :

    Très bon article de présentation.

    Je l’ai mis en place récemment dans mon entreprise, pour remplacer un Domino de 20 ans.

    J’avais choisis Kolab exactemetn pour les mêmes raisons que toi.

    – Briques standards,
    – Facilité de mise en oeuvre,
    – Roundcube,
    – Demande peu de ressources (contrairement a bluemind et consorts),
    – Active Sync,
    – Scalable,
    – L’activité du projet.

    J’ai d’abord mis en place la 3.2 et au déploiement c’était la 3.4 et son interface modernisée.

    On peut vraiment faire beaucoup de choses, ressources, documents, agendas (partagés, lecture seules, invitations).

    Je l’ai installé en VM (KVM, CentOS) et je dois dire que il n’y a pas une seule déception, rapide, performant, les salariés (60) s’y sont fait rapidement.

    Breft, j’arrête de faire mon VRP mais vraiment c’est un bel outil et un beau projet.

  4. Seboss666 dit :

    Mais finalement ça pourrait très bien s’installer à la place d’un Owncloud ça (suivant la priorité sur les fonctions en fait, la partie Fichiers étant moins avancée sur Kolab contrairement au mail). Rhaaa, vivement que je puisse disposer de ma propre machine dédiée 🙂

  5. Laurent dit :

    Salut, kolab a l’aire vraiment top! Manquerait peut etre un lecteur/synchro flux Rss? 🙂

  6. On retombe dans l’éternel problème du produit miracle qui fait tout 🙂 Manque aussi la messagerie instantanée, la visioconférence, la téléphonie, l’intégration des réseaux sociaux… etc 🙂

  7. Roultabie dit :

    @laurent:
    Regarde les plugins roundcube si il n’y a pas ton bonheur, après, tu peux toujours créer ton plugin.

    @Philippe Scoffoni:
    Oui mais comme kolab est basé sur des piles LL et qui plus est ne change pas leur fonctionnement, c’est assez aisé d’ajouter des outils.

  8. georgios dit :

    Bonjour,
    évidemment vraiment pas mal (surtout d’avoir du active Sync) et une très riche interface, sur quel Debian as tu installé Kolap svp?
    pour te dire au début j’ai fait une installation CENTOS 7 (à chaque fois impossible de me loguer sur le webadmin et des gros bugs puis j’ai essayé sur Debian 8 Jessie et là je me logue tres bien mais certaines fonctionnalité (filtre, vacation) ne fonctionne pas du tout bien (messages d’erreurs dans le setup de Kolab 3.4)
    merci

  9. Cédric dit :

    Salut,
    pour installer Roundcube rien ne vaut mieux que debian 7 Wheezy (j’ai installé pas mal de ISPConfig 3 et à chaque fois la compatibilité n’était pas la quand ce n’était pas avec debian 7).
    Je ne connaissais pas Kolap, je vais tester sur un VM pour voir ça 🙂