Opera Unite invente le pire du Home computing ?

closeCet article a été publié il y a 12 ans 9 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

opera-uniteOpera Unite vient de sortir. Une annonce qu’il est difficile de rater. C’est LeDucDuBleuet qui a attiré mon attention sur sa sortie en commentant mon dernier article.

Je ne me lancerai pas dans une présentation des services offerts par Opera Unite, je vous laisse les consulter ici. Pour faire simple Opera Unite vous propose de partager et d’héberger vous-même vos données depuis votre PC domestique. Il rend possible ce que j’appelle le « Home computing » à rapprocher du terme à la mode Cloud Computing.

La semaine dernière, j’avais posé la question de la pertinence du Home Computing d’un point de vue environnemental (et pas seulement d’ailleurs). En effet héberger ses applications et données suppose de laisser son ordinateur allumé 24h/24, 7 jours sur 7 ou presque si on part du principe que personne ne les consulte la nuit. Cette pratique étendue à des millions de PC représente un énorme gâchis d’énergie.

On m’avait opposé quelques arguments et notamment une approche simpliste du problème. En effet que peut-on savoir des technologies du futur qui rendront peut-être le Home Computing acceptable de ce point de vue ?

Avec Opera Unite nous ne faisons plus de la prospective. Il est là ! Voici donc la possibilité pour n’importe quel internaute de transformer son PC en serveur de données.

Je préférer le dire en toute honnêteté, je n’ai pas pris beaucoup de temps pour  utiliser Opera Unite. Je me suis contenté de télécharger le package pour ma Debian, de l’installer. et de jouer avec durant cinq minutes. Au vu de cette expérience et des descriptions données dans les nombreux articles parus aujourd’hui, il semblerait bien qu’Opera Unite soit une réussite d’un point de vue ergonomique et simplicité d’utilisation. Reste à voir si monsieur tout le monde saura ce qu’est UPnP et franchir l’éventuel obstacle d’une configuration de son accès ADSL pour partager réellement ces données.

Alors que pourrait-il se passer ?

Opera Unite est un échec. N’en parlons plus et d’une certaine façon ce serait dommage.

Opera Unite est un succès ou même un demi-succès. Vu l’accueil qui lui a été réservé, je pencherais plutôt pour cette option. Il faut quand même aller en page quatre d’une recherche sur Google pour trouver un avis négatif sur Opera Unite.

Au fur et à mesure de l’adoption d’Opera Unite, nous allons voir augmenter le nombre de machine allumées 24h/24. Si l’on prend le cas du partage de photos, nous sommes habitués à les mettre en ligne puis à prévenir nos amis de la disponibilité des photos. On éteint sa machine et c’est fini. Avec Opera Unite, je vais laisser mon PC allumé. Ma crainte se trouverait alors réalisée.

Bien sur Opera Unite vient de sortir et il est trop tôt pour tirer des conclusions hâtives.

Alors ne jetons pas le bébé et l’eau du bain et laissons le temps à Opera d’effectuer les inévitables ajustements à son offre. Il n’en demeure pas moins que le concept reste valable à conditions de :

  • Pouvoir ajouter des applications de son choix ce qui semble déjà possible. On peut imaginer un plugin wordpress par exemple ou toute autre gallery d’images.
  • Disposer d’un cache pour les données et les applications afin de gérer leur persistance même lorsque mon PC est éteint. Et c’est là que peut résider la bonne idée si je peux à souhait : synchroniser mon poste avec les données en ligne et surtout les effacer, ajouter, modifier et supprimer mes applications.

Pour finir, sauf erreur de ma part Opera est un logiciel propriétaire. Que Benjamin se rassure, il peut continuer son projet libre.

Enfin un extrait des conditions d’utilisation du service Opera Unite que l’on ne lit jamais :

By using the Services, you warrant that you will not upload, transfer or otherwise make available files, images, code, materials, or other information or content (« Content ») that is obscene, vulgar, sexually-oriented, hateful, threatening, or that violates any laws or third-party rights, hereunder, but not limited to, third-party intellectual property rights.

By uploading Content to Opera’s site, you grant Opera an unrestricted, royalty-free, worldwide, irrevocable license to use, reproduce, display, perform, modify, transmit, and distribute such material in any manner, including in connection with Opera’s business, and you also agree that Opera is free to use any ideas, concepts, know-how, or techniques that you send Opera for any purpose. For the avoidance of doubt, this clause does not apply to the files you share as an End-User of the Opera Unite, as such files are never uploaded to Opera’s site. Opera will not make a claim to own or use those files.

Je ne suis pas juriste, mais cela veut-il dire qu’une partie des données que vous communiquez leur appartient de façon illimitée dans le temps ? Les documents partagés semblent exclus. Merci aux juristes de passage de nous éclairer…

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

25 réponses

  1. Nicolas Rimbeau dit :

    Très bon article, l’avenir nous dira si Opera Unite est ou non une révolution…

    Voici un article en anglais, qui arrive à une conclusion assez critique d’Opera Unite

  2. loïc m. dit :

    pour ma part ce que je trouve vraiment intéressant avec Opera Unite, c’est son utilisation en mode partage ponctuel.
    Je dois envoyer tel fichier volumineux à un proche ? Un partage sous Opera et c’est bon !

    Pour le « wall » par contre, je trouve dommage de pas pouvoir le laisser disponible une fois Opera éteint…

  3. Nicolas Rimbeau dit :

    C’est d’ailleurs un des principaux défauts du système. Pour être intéressant, il ne faut pas l’éteindre.

    Comme Philippe l’a précisé au début de son article, l’impact environnemental serait énorme si l’utilisation d’Opera Unite se généralisait… Plutôt que d’avoir X serveurs centraux pour Y millions d’internautes, on aurait X + Y serveurs en marche 24h/24…

    « Sachant qu’une recherche Google émet 7g de CO2 (http://www.dvhardware.net/article32578.html), quelles seraient les émissions de CO2 de X + Y ? Vous avez une heure. »

    🙂

  4. Xenom dit :

    Oui Opera est proprietaire et leur serveur joue le rôle de DynDNS et d’interface, ils peuvent donc savoir ce qui se passe sur Unite (qui se connecte…). Mais je ne pense pas trop au succès, deja du au faible nombre d’utilisateurs d’Opera, et le coté non persistant des ressources. Pour partager rapidement un document c’est bien, mais sinon l’interet est faible. Puis les personnes intéressé par un hebergement @ home se concentreront sur quelquechose de plus performant qu’un serveur web dans un navigateur.

    Et c’est meme pas du vrai decentralisé… juste un coup de pub pour Opera pour se (re)lancer…

    Bon article sinon.

    Merci Nicolas Rimbeau pour le lien, qui à l’air d’etre tres instructif.

  5. Philippe dit :

    @Nicolas : l’article est effectivement très intéressant. Merci pour le lien.

    Opera tente ici un gros coup médiatique, mais je ne sais pas dans quelle mesure, les internautes seront sensibles au coté anti-minitel 2.0…

  6. Alain dit :

    Pourquoi devrions laisser allumer les machines 24 heures ?

    Imaginons une famille, frères, soeurs, cousins, cousines installés dans tous les coins du monde.
    Pour communiquer, ils utilisent le chat, facebook, twitter ou autres et ne se parlent que s’ils sont connectés en même temps.

    Avec Opera Unite, c’est exactement la même chose ! Je vois ta machine si tu es connceté, je peux discuter avec toi, mettre à ta disposition des fichiers, etc. et réciproquement !

    Si tu n’es pas en ligne ? Probable que tu dormes, est en vacances ou à la pêche !
    Ben je reviendrais lorsque ta machine sera allumé :

    Si je te rends visite et que tu n’es pas là, je reviendrai demain !

    Opera Unite est un logiciel idéal pour la famille ! Pas seulement pour le partage de fichiers dans l’optique du téléchargement illégal. C’est un soft grand public et c’est en cela qu’il est très pratique !

    Bonne journée

  7. Vincent dit :

    Ca n’a rien à voir avec l’article mais j’aimerais juste signaler que cette page est illisible sur Opera sous Ubuntu.

  8. Nicolas Rimbeau dit :

    @Xenom & Philippe : De rien !

    @Vincent : Je pense que tu es ce que l’on appelle un dommage collatéral… 🙂

    @Alain : Justement, je ne vois pas l’intérêt de devoir absolument être en ligne pour communiquer. Ton exemple est d’ailleurs très intéressant. Pour avoir travaillé près d’un an depuis la Chine, avec des collaborateurs en France, avec mes proches en France, je peux t’assurer que la communication asynchrone (email, facebook, picasa) ou tu envoies des informations que les gens consultent plus tard, quand eux se connectent, c’est bien plus efficace. Sinon, tu ne communiques plus du fait du décalage, et tu passes plus de temps à organiser un appel qu’à communiquer.

    Je ne vois pas pourquoi il faudrait attendre que deux personnes soient en ligne pour qu’elle puissent s’échanger des informations. En plus, pour rentrer dans la partie technique et sur le point du partage de fichier, la plupart des connexions domestiques ont des vitesses d’upload bien inférieures à la vitesse de download. Si je te suis, il faudrait attendre que ton contact soit en ligne et passer X fois plus de temps à attendre que le fichier soit téléchargé, alors qu’en l’envoyant avant, les capacités réseau du serveur te permettent de télécharger le fichier en 2 temps 3 mouvements… C’est une réaction à chaud, mais c’est une des raisons qui fait que, pour le moment, l’échange de fichier synchrone est plus long et plus inefficace qu’en asynchrone.

  9. Lol dit :

    Lol, « l’impact environnemental » est une belle hypocrisie. « En effet héberger ses applications et données suppose de laisser son ordinateur allumé 24h/24, 7 jours sur 7 » ABsolument pas. C’est à chacun de décider combien de temps il laisse tourner son ordinateur. Ou plutôt quand et pour qui il laisse son Unite allumé.

    « Cette pratique étendue à des millions de PC représente un énorme gâchis d’énergie. » Hélas ! Ça existe déjà, ça s’appelle : internet. On n’a jamais gâché autant d’énergie que depuis qu’Internet est devenu accessible au grand public. Vous imaginez tous ses ordis, ces serveurs, ces routeurs branchés 24/24h ? Si vous vouliez faire quelque chose pour l’environnement, il fallait empêcher internet de s’ouvrir au grand public, ainsi ce ne serait resté qu’un réseau de quelques milliers d’ordis consultés par des militaires et éventuellement des scientifiques. Mais il est encore temps de faire quelque chose : fermez votre blog et demandez à vos lecteurs de ne plus utiliser internet, ce sera quelques kilowatts de gagner.

    D’ailleurs, plus j’y réfléchis, plus je me dis qu’Opera Unite est économisateur d’énergie. Au lieu d’héberger un fichier sur un serveur pro qui est allumé 24/24h, au lieu de tchatter sur des IRC qui sont allumés 24/24h, on démarre son Opera, on envoie le fichier à ses amis ou on se tape une petite discussion sur le lounge, puis quand on a fini, on ferme. Voilà une mini-serveur maison qui n’a fonctionné que le temps prévu.
    Opera est un navigateur et s’utilise comme tel, vous l’utilisez une ou deux heures par jour, ou toute la nuit si vous voulez. C’est exactement pareil pour Unite, les deux ne sont pas censé être différenciés, on est censé utiliser Unite le même temps qu’on utiliserait Opera. C’est justement là l’intérêt. Sans compter que ça évite les problèmes de pannes de serveurs, pertes de fichiers, etc…

  10. Nicolas Rimbeau dit :

    @Lol : Prenons un cas simple. Comment faire pour partager un fichier super important avec un collègue de bureau qui n’est pas connecté actuellement alors que je dois partir dans 5 minutes de chez moi ?

    Je vois deux solutions :
    – Utiliser un serveur centralisé, avec un service fait pour ça, proposant des outils adaptés, rodés, spécialisés, optimisés,
    – Lancer Opera Unite et laisser le fichier à disposition en laissant ma machine allumé

    Je crois que l’évidence est de choisir la première option, n’est ce pas ? Plus simplement, Opera Unite a cet incroyable défaut que deux internautes doivent être connectés en même temps pour s’échanger des fichiers. Je suis désolé, mais c’est absurde ! Pourquoi pas prendre rendez vous, tant qu’on y est ?

    Et pour ce qui est d’Internet, sauf erreur de ma part, il y a toujours des gens éveillés à la surface de notre planète – la magie du système solaire, en quelque sorte. Sans dire que cela justifie que les serveurs restent constamment allumés, ça a nettement plus de sens que de laisser son propre ordinateur allumé pour partager avec une personne, ou quelques copains…

    Bref, en plus de ne trouver aucun intérêt à Opera Unite, je pense qu’il faut être attentif aux dépenses d’énergies engendrées par l’innovation, et c’est d’ailleurs pour ça que les géants de l’informatique travaillent dessus pour réduire leur bilan carbone.

  11. Philippe dit :

    @Vincent : j’ai installé Opera et j’ai vu de quoi tu parlais. Je ne suis pas un pro des css et je sais que les miens sont pas au top… je vais voir si je peux corriger. Ceci dit avec Opera 10 sur ma Debian pas de problème. Mais j’ai essayé depuis une Ubuntu et Opera 9.64 et là il y a un soucis effectivement
    @Lol : Si je suis votre raisonnement, il ne faut rien faire car le gâchis est déjà là. Alors autant laisser les choses se poursuivre. On a fait des erreurs dans le passé alors autant continuer sans chercher à les corriger, assez surprenant comme raisonnement.

    Quand vous hebergez un fichier sur un serveur mutualisé, ce serveur n’est pas dormant bien au contraire. On mutualise, d’autres s’en servent, vous ne pouvez pas faire d’analogie avec le PC familial…

    Ensuite c’est une question d’usage. Nicolas a me semble-til bien expliqué le cas des photos. Oui Opera peut-être une solution permettant d’échanger de façon instantanée avec ses amis en ligne, pour autant qu’ils soient en ligne ne même temps…

  12. vlap dit :

    quelle mauvaise langue!

    intéressez-vous à la conférence de baillard, et si c’est déjà fait, arrêtez de faire votre sainte-nitouche au nom de la planète. Déjà vu le nombre de gens qui laisse leur ordi tourner, ce n’est qu »à moitié valide. Ensuite on peut très bien signaler: le fichier sera disponible à cette adresse durant 5 heures. Enfin vous pensez pas que les trucs bittorents et emule consomment aussi.

    C’est une hypocrisie totale que de vouloir défendre l’écologie pour surtout défendre que les gens ne doivent accéder à leur données qu’avec des petits terminaux mobiles qui consomment peu et surtout permettent de laisser toutes les données chez des gens qui en deviennent propriétaires (ben oui elles sont chez eux et on ne sait pasce qu’ils en font)

    Opera ne sert que de transmetteur, ne garde aucune donnée.

  13. Nicolas Rimbeau dit :

    @vlap : Merci pour ce commentaire si aimable. C’est toujours un plaisir de voir qu’on peut discuter sans se faire traiter de tous les noms.

    Bref, la sauvegarde de l’environnement doit être un souci quotidien, un réflexe à acquérir. On ne changera pas nous mêmes le fonctionnement d’Internet et des géants de l’informatique, ils sont là, maintenant ils leurs revient de se contrôler et de réduire leurs dépenses d’énergie. Par contre nous pouvons changer notre comportement et nous contrôler. L’utilisation d’Internet est quotidienne, quasi permanente, et les informations disponibles n’importe quand.

    Je ne vois donc pas où est l’hypocrisie d’évoquer qu’une utilisation généralisée et permanente d’Opera Unite, calquée sur l’utilisation actuelle d’Internet, correspondrait à un coût en énergie important.

    Dans le cadre d’une utilisation comme vous la décrivez, le problème se pose moins. Mais l’intérêt est alors encore moins évident, selon moi.

  14. noAr dit :

    La question environnementale telle qu’elle est discutée ici nait du simple rabat de l’usage de serveur web classique étendu au PC de monsieur tout le monde.

    L’erreur est là. On accède a du service. Opéra ne commande a personne de revoir ses habitudes et ne nécessite pas plus d’avoir son ordinateur allumé 24/24.

    Actuellement, les gens ayant l’utilité d’un serveur web connecté en permanence ont :
    • soit un hébergement distant de leur site ou appli/service
    • soit un boitier type NSLU qui consomme a peu près rien et permet de faire pas mal de choses.

    Opéra Unite pourrait changer quoi ?

    Ceux qui n’ont pas un besoin impératif d’un serveur distant disponible 24/24 s’en débarasseront sans doute et cela sera globalement économique en terme de consommation d’énergie (temps et énergie consommée).

    De l’autre les gens accèdent à un service pratique… pour une consommation identique.

    Certains services en ligne comme yousendit ou autre deviennnt également accessibles a des petites boites sans surcoût, aux horaires de bureau etc.

    Je suis pour l’esprit critique. Pour ce qui est de chercher des poux c’est autre chose…

    🙂

  15. Philippe dit :

    @Nicolas : Merci du soutien, je me sens un peu moins seul 😉
    @vlap : inutile de vous emporter de la sorte, il suffit d’avancer des arguments précis pour que la critique soit recevable.

    Sur la problématique des PC allumés, Je me cite (les sources sont dans l’article) : « Nous serions 20% de français à laisser notre PC allumé 24h/24 soit environ 386KWh en moyenne par an et par foyer. A titre de comparaison, un congélateur moderne consomme autant d’électricité. » Voila déjà pour la situation actuelle. Je m’inquiète tout simplement des outils qui pourraient renforcer cette tendance.

    Concernant le problème de l’énergie, il y a deux écoles : ceux qui disent que dépenser de l’énergie n’est pas un problème en soit, c’est la façon de la produire qui compte et qui milite en faveur des énergie renouvelable. Ensuite il y a un approche que je juge personnellement plus pragmatique qui est de dire que les centrales nucléaires sont là et encore pour un bon bout de temps. Par contre il serait bien d’éviter de donner des arguments à nos gouvernants pour en construire de nouvelles pour répondre à la demande croissante. Et là il y a un geste simple, qui peut être mis en oeuvre immédiatement et qui consiste à éteindre tous les appareils en veille et que nous n’utilisons pas. Après bien sur il faut aussi aller vers le renouvelable.

    Je vais mettre un bémol, car le point a été abordé sur un autre article, l’allumage/extinction fait vieillir le matériel. Une extinction nocturne est donc déjà un geste suffisant. C’est ce que je fais y compris avec ma box ADSL.

    Si on en revient à Opera, si son utilisation est donc faite pour du partage instantanée de fichiers sa plus value est faible par rapport à des outils de messagerie instantanée qui le permette aussi, mais pas tout à fait de la même façon cependant.

    Mais lisez mon article en entier et dépassez le titre, je n’ai pas dit qu’il fallait jeter le bébé et l’eau du bain 🙂

  16. jean-marc dit :

    Si c est ‘comme dit « lol ») pour envoyer un fichier à une personne connecté,
    alors IRC (send DCC) le fait plus simplement, pour sans doute +/- le même coût énegétique.

    Si c est pour de nombreux envois, par des utilisateurs différents,
    alors, il « suffit » qu’opera unite gère le PoE (power on ethernet), et soit installé sur une machine le gérant,
    pour « réveiller » notre ordi-serveur, qui re-hibernera 15 minutes après le chargement

    [le temps de latence de réveil, fait que c est une méthode uniquement adaptée aux gros fichiers,
    aux gros zip (par ex, de toutes les photos d un voyage), pas à une image seule)]

  17. noAr dit :

    Qui s’arrête au partage de fichiers ? Pourquoi privilégier IRC (IRC ???) à cet endroit ?
    …hmm. Bon.

    Moi je vois l’ensemble des services désormais accessibles a des gens qui n’y connaissent rien (hébergement ponctuel d’un pré-projet, d’une maquette de site pour un free, du partage de données ponctuel dont on parle en chat, le fridge rigolo (« j’étais là ») — et ce n’est qu’un début, l’aspect mobile également de tous cela (que votre chef de projet en goguette a sous la main à partir de son portable…) bref, autour de cela il y a de quoi faire travailler son imagination. Je trouve Opera Unite vraiment très stimulant.

    Ah oh mais faut pas oublier de l’éteindre. Ah oui mince..

    PS : c’est quoi c’t’icône ? 🙂

  18. Philippe dit :

    @noAr, la petite icône, c’est celle associée à votre email (celle donnée dans ce commentaire) chez gravatar, non ? je vais le répéter encore une fois, mais je n’ai pas dit à propos d’Opera Unité qu’il fallait jeter le bébé et l’eau du bain 😉

  19. vlap dit :

    oui, bon, je ne suis pas très aimable, m’enfin bon:
    « Au fur et à mesure de l’adoption d’Opera Unite, nous allons voir augmenter le nombre de machine allumées 24h/24 » « Avec Opera Unite, je vais laisser mon PC allumé. »

    c’est tirer un peu fort sur la corde que de dire qu’à cause d’un logiciel les gens font fondamentalement changer de manière d’allumer ou d’éteindre leur ordi. Ensuite on ne compte plus les ordis qui tournent sinon non-stop, au moins un bon tiers de la journée.

    excusez-moi de trouver très raccourci de dire que parce qu’on leur offre des fonctionnalités de serveur sur leur ordi, les gens vont faire fonctionner leur ordi comme un serveur.

    L’argument écologique est donc très bringuebalant ici, et à pour principale conséquence de nuir à l’auto-hébergement de ses données, au prétexte que d’autres que nous savent mieux économiser l’énergie. De plus ça encore c’est pas gagné:pourquoi devrait-on laisser toute l’année des ordis allumés pour des données qui ne sont utilisées que 1 jour tout compris dans cette année? c’est pas de la consommation inutile ça ?

    pour finir je ne vois pas pourquoi vous ressortez la licence d’Opéra, qui concerne Opera’s site et non pas Opera on your own computer. Opera Unite est exclu, c’est marqué.

    Votre article, vous pouvez ne pas être d’accord, me laisse le goût d’un détournement d’arguments qui semblent relever du bon sens mais en fait sont invalides, et donc donne une mauvaise image d’opera unite sans raisons valables.

  20. Philippe dit :

    @vlap : ne prenez pas mon article comme un brulot ou une condamnation sans appel d’Opera Unite. Il y a un point d’interrogation au titre de l’article. J’ai aussi écrit « Bien sur Opera Unite vient de sortir et il est trop tôt pour tirer des conclusions hâtives. Alors ne jetons pas le bébé et l’eau du bain et laissons le temps à Opera d’effectuer les inévitables ajustements à son offre. »

    Comme je le disais plus haut les dernières étude montrent que 20% des intenautes laissent leur PC allumé 24h/24. Je pense juste qu’il serait souhaitable que cela n’augmenta pas ou alors c’est que l’on part du principe que l’énergie n’est plus un problème. Or il me semble que ce n’est pas le cas.

    Quand à l’hébergement des données chez soi, il est évident que c’est là qu’elle sont le mieux. J’explore des possibles. Si le home computing est la seule solution allons-y mais réfléchissons juste cinq minutes à l’impact que cela peut avoir.

    Mais je ne pense pas que l’argument environnementale si l’on parle du Home Computing (j’oublie Opera Unite) soit si brinquebalant que cela. Je veux bien concéder qu’il ne s’applique peut-ere pas de façon pertinente et compléte à Opera Unite.

    Pour ce qui est du mutalisé, si il a bien un avantage c’est de maximiser l’usage de machines partagé pour éviter justement qu’elle ne reste allumée pour rien. La virtualisation permet d’ailleur de progresser encore dans l’occupation de ces machines.

    Pour la licence comme je l’indiquais, je ne suis pas un juriste, je me méfie donc lorsqu’il est écrit que les données que je donne ne m’appartienne plus. Merci pour l’éclairage sur ce point.

  21. vlap dit :

    Je suis d’accord que le problème environnemental se pose dès que l’on parle de home computing. Mais je ne suis pas sûr qu’il est nécessaire que certains services qui requièrent sur internet des serveurs tournant non-stop soient tout le temps disponibles. On peut renverser l’argument pour toutes ces fermes que doivent entretenir des entreprises comme flickr, facebook, youtube. Est-ce que la disponibilté à toute heure du jour et de la nuit est nécessaire? Est-ce que le nombre de serveurs, de disques tournant tout le temps se justifie ?

    Dès que l’on parle d’écologie, et que l’on brandit l’argument écologique, que l’on fait passer avant tout, on se rend toujours compte qu’il faut réguler ceci, ralentir cela, arrêter telle autre chose, voire faire des sacrifices. C’est pour ça d’ailleurs qu’au nom de la nature avant tout on demande régulièrement aux hommes de se changer fondamentalement. Or je ne pense pas que l’auto-hébergement des données soit en soit si dévastateur que ça. Il peut l’être, si il est poussé à l’extrême, et reproduit la qualité des services déjà existant, mais je ne pense pas qu’un tel chemin sera pris (après je me trompe peut-être).

    À propos de la licence, je n’ai pas cherché au delà de votre citation, qui me paraissait claire, même si je ne suis pas juriste:
    « For the avoidance of doubt, this clause does not apply to the files you share as an End-User of the Opera Unite, as such files are never uploaded to Opera’s site. Opera will not make a claim to own or use those files. » Il est vrai qu’on pourrait avoir des doutes, mais ils cherchent explicitement à les dissiper.

  22. Phil dit :

    Je n’ai pas vraiment pris le temps de parcourir les commentaires de cet article… La polémique qui y a sûrement été faite m’échappe mais je voudrais faire un commentaire sur le sujet de l’article lui-même.

    Je suis, a priori comme toi Philippe, et comme tout Geek qui se respecte si on en croit les statistiques ;o) un adepte du tout écolo.

    Au programme :
    – économies de papiers (sur mon bureau, une pochette à intercalaire et un disque dur… léger !)
    – des courses qui se font en fonction de mon buget puis du packaging des produits
    – une réticence globale à laisser allumer de qui peut être éteint (pour moi, les efforts sur le chargement des systèmes GNU/Linux est une révolution qu’il faut saluer pour ce point, les gens auront peut-être moins de réticences à éteindre leurs ordinateurs).

    Seulement, même si je pense que le Home Computing mal encadré est une erreur (le cas des Box de nos FAI est affolant, il arrive même à ma FreeBox de se figer tellement elle chauffe 0_o), je pense qu’aménagé correctement, il peut être envisageable. Pourquoi ? Parce que tu parlais récemment d’un PC à 2 watts (pas à deux balles…) et que pour beaucoup, moi le premier, ce serait suffisant. Et je pense que deux watts valent mieux que l’essence pour se déplacer vers chez soi pour récupérer des dossiers importants ou autres…

    Ma conclusion est là : le « home computing » (j’ai clairement adopté l’expression depuis quelques semaines ^^) est intéressant s’il ne suit pas la même tendance que le reste (je veux des néons sur mon PC, et une grosse carte graphique, etc.).

  23. greg dit :

    Je trouve l’excuse de laisser l’ordi allumé et de contribuer au rechauffement climatique de mauvaise foi !
    J’ai un fichier de 1 GO a transferer avec UNITE; J’appelle mon pote (frère, soeur, mon-ex…) et je lui dis, je t’envoie le lien de telechargement et hop 3 ou 4 heures apres, c’est fait !! Apres on eteind les ordis (qui eteinds son ordi 3 ou 4 heures apres)
    Si je devais l’envoyer par P2P, ben c pas du tout la meme vitesse !! Et encore, deja le temps perdu a rechercher le fichier (je maitrise pas le P2P) ca prendrait plusieurs jours….
    L’ideal quand c comme ça, ce sont les transferts grace aux newsgroups
    Sinon, si reussite ya, on verra ensuite s’ils ne seront pas encore copiés pas firefox et CO !!

    ++++++

  24. Philippe dit :

    @greg : désolé ce n’est pas de la mauvaise foi, juste un constat de gaspillage auquel une solution comme Opéra Unite pourrait inciter. Après c’est clair qu’il y a des gaspillages bien plus important. Il est vrai que la fabrication d’un PC consomme autant d’énergie que ce qu’il consommera lui-même durant sa durée de vie. Ce n’est pas parce que éteindre son PC est une économie d’énergie potentiellement faible qu’il ne faut pas le faire non ? D’ailleurs la description de l’utilisation d’Opera Unite que vous faites est une utilisation raisonnée. Mais tout le monde n’aura pas envie d’attendre les 3 ou 4 heures que mettra l’autre personnes à télécharger le document pour éteindre son PC.
    Ne prenez pas cet article au premier degrés, je parle ici d’Opera Unite, mais cela aurait pu être n’importe quelle application incitant potentiellement les utilisateurs a laissé leur PC allumé car multiplié par leur nombre c’est pas mal d’énergie gâchée. On peut appeler cela de la mauvaise foi si on veut…

  25. polo dit :

    J’aime pas trop cette notion de « incitation à », comme si les gens n’étaient pas assez responsables pour décider seuls. Ça fait maintenant pas mal de mois qu’Unite tourne (Opera 10.10, sorti hier, est la première version « stable » à intégrer Unite mais il était déjà disponible dans les version bêtas, comme vous-même l’avez pu constater) et il m’arrive de temps en temps de noter des adresses d’unite, que j’ai trouvée ici et là sur le forum d’opera ou sur unite.opera.com. Pour l’instant, je n’en ai pas trouvé un seul qui était dispo 24/24h. Comme je m’y attendais, les gens utilisent Unite comme ils utiliseraient un service de p2p ou plus simplement comme ils utilisent leur navigateurs : ils le laissent en marche quand ils en ont besoin, le plus souvent quelques heures par jour et sinon, ils l’éteignent. De toute façon, utiliser ou non Unite ne change rien à la consommation d’électricité. C’est laisser son ordinateur en marche qui consomme. Et ça, hélas, il y a de plus en plus de gens qui le font; on dit d’ailleurs qu’éteindre/rallumer son ordinateur diminue la durée de vie des composants. Pour ma part, je pense utiliser unite pour avoir un service de tchat sans passer par les msn et compagnie que je n’aime pas trop. En dehors de ça, je ne compte pas héberger de serveur. Mais unite présente une bonne « solution de secours » au cas où les voies habituelles viendraient à faire défaut.