Principe de fonctionnement du courrier électronique sur Internet

closeCet article a été publié il y a 12 ans 1 mois 16 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Courrier électroniqueLe premier courrier électronique a été envoyé à l’automne 1971 par Ray Tomlinson son inventeur. Aujourd’hui ce sont deux millions d’e-mails qui sont envoyés à chaque seconde ! Comment cela peut-il marcher ?

Une adresse e-mail  est toujours de la forme nom_de_compte@nom_de_domaine (exemple : moi@domaine.com). Ces deux informations permettent l’acheminement de l’e-mail.

Lors de l’envoi, l’e-mail est envoyé vers un premier serveur de messagerie appelé : Agent de transfert de courrier ou MTA (Mail Transfer Agent). Il s’agit en général du serveur de messagerie de votre fournisseur d’accès. Vous avez du spécifier son nom en tant que serveur sortant dans votre logiciel de messagerie. Son rôle est d’établir en fonction du nom domaine contenu dans l’adresse mail du destinataire quel est le serveur chargé de le prendre en charge. Il lui envoie alors l’e-mail. Le protocole de communication utilisé est le SMTP (Simple mail Transfer Protocol).

Le MTA destinataire vérifie que le destinataire de l’e-mail existe bien pour le nom de domaine qu’il a en charge. Il s’appuie pour cela sur une base de données contenant tous les comptes mail existant.

Si le destinataire n’existe pas, le MTA renvoi un message d’erreur à l’émetteur du mail.

Si le destinataire est valide, l’e-mail est transféré au MDA (Mail Delivery Agent) qui est un programme chargé de gérer le stockage des e-mails sur un serveur dans l’attente que son destinataire vienne le relever. Le MTA et le MDA

Relever ce mail c’est l’opération qui est effectuée par le client de messagerie ou MUA (Mail User Agent). Il s’agit en général d’un logiciel installé sur votre poste de travail : Outlook Express,  Thunderbird (fortement conseillé !), Kmail, Evolution, etc… Le protocole utilisé peut-être POP3 (Post Office Protocol) ou IMAP (Internet Message Access Protocol) ou encore des protocoles propriétaires.

Un schéma valant souvent mieux qu’un long discours, le voici :

Etape envoie email

Source Wikipédia

Vous noterez que sur le schéma le MDA n’est pas représenté. Il se situe entre le MTA et le MUA de destination.

Il est important de noter que le SMTP, POP3 et IMAP sont tous les trois des protocoles ouverts.

Une dernière précision concernant les protocoles POP3 et IMAP. Il existe entre eux une différence fondamentale qu’il faut connaître. Lorsque vous utilisez POP3, le message est transféré du MDA vers votre poste. Il est alors effacé du MDA. Il existe cependant une option de ce protocole permettant de demander à ce que le message soit conservé sur le MDA indéfiniment ou pour une période donnée.

Lorsque vous utilisez le protocole IMAP, vous accédez à vos messages qui sont stockés sur le MDA. Ils sont éventuellement transférés sur votre poste pour optimiser la consultation de vos emails. Cependant il reste sur le MDA jusqu’à ce que vous les supprimiez. Vous avez également la possibilité de créer des dossiers sur le MDA pour classer vos emails.

L’avantage d’IMAP sur POP3 est que les e-mails sont toujours sur le MDA. En cas de perte des données de votre poste, ils ne sont ainsi conservés. Il suffit de se connecter à nouveau depuis un autre poste pour pouvoir les consulter à nouveau. Avec POP3, cela n’est possible que si vous avez activé l’option permettant de les conserver sur le MDA. POP3 ne permet pas par contre de classer les mails sur le MDA. Vous ne pouvez le faire que sur votre poste.

IMAP est donc conseillé si vous devez utiliser plusieurs postes. Vous retrouver ainsi vos e-mails tels que vous les avez laissés sur le dernier poste où vous vous êtes connecté. Tous les fournisseurs d’accès ne permettent pas forcément l’usage de l’IMAP. Un point à vérifier avant de faire votre choix.

Cependant l’avantage de l’IMAP disparaît à partir du moment où le fournisseur d’accès met à votre disposition un Webmail. Il s’agit d’un client de messagerie utilisable depuis un navigateur Web, mais dont l’ergonomie n’est pas toujours aussi bonne que celle d’un logiciel de messagerie classique.

A lire sur le sujet une interview de Ray Tomlinson : « Je ne prévoyais pas le phénomène du spam »

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.