Enfin le décollage pour Canonical ?

closeCet article a été publié il y a 10 ans 3 mois 10 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Canonical supporte les efforts de développement de la distribution GNU/Linux Ubuntu depuis déjà prêt de 6 ans. Cette société fut fondée en 2004 par le très médiatique Mark Shuttleworth qui fit fortune en créant la société Thawte spécialisée dans la sécurité internet puis en la vendant à Verisign.

N’oublions pas non plus le projet Debian qui reste de façon indirecte un gros « sponsor » du  projet. Ubuntu est fabriqué à partir de cette distribution. Canonical a adopté un modèle qui s’appuie sur une forte communauté, un modèle similaire à celui décrit par Stephen R. Walli.

Canonical est une société commerciale dont l’objectif reste de réaliser des profits. Mais pour cela il faut encore qu’elle arrive à trouver des clients. Le travail réalisé ces dernières années sur le plan technique et marketing pourrait bien enfin porter ses fruits.

La version 10.04 est la troisième mouture a bénéficier du support long terme (3 ans pour les versions poste de travail et 5 ans pour les serveurs) après les versions 6.06 et 8.04 et semble voir son usage décoller dans les entreprises.

Un article récent paru sur le site The Register apporte quelques informations à ce sujet.

Neil Levine, en charge du commerce chez Canonical annonce de très bons résultats financiers pour cette année. Pour les trois derniers trimestres, le nombre de contrats de support pour les versions poste de travail et serveur aurait doublé chaque trimestre. Levine prévoit un triplement des revenus issus du support. Comme souvent sans chiffre pour juger, il est difficile de savoir exactement de quoi l’on parle. Les revenues de la branche serveur seraient en augmentation plus rapide que celle des autres contrats de support.

Levine toujours, indique que les récents chiffres de Netcraft sur les distributions GNU/Linux utilisées sur le web montrent une forte progression d’Ubuntu. Ces chiffres ne sont pas forcement à mettre en corrélation avec ce que l’on peut trouver en entreprise.

D’autres chiffres toujours selon Levine montrent que le nombre d’installations de solutions de virtualisation basée sur Ubuntu est en forte progression aussi. Il y aurait eu 12 000 installations réalisées si l’on se base sur les IP uniques qui se connectent aux dépôts. Tous ces chiffres sont à prendre avec des pincettes.

Le récent rachat de Novell pourrait bien donner un coup de pouce aux ventes d’Ubuntu. L’avenir soudain incertain de la distribution SUSE pourrait pousser certains DSI à se tourner vers Ubuntu.

Le plan à long terme de Shuttleworth serait-il en train de fonctionner  ?

  1. Développer une alternative à Windows (bug N°1) pour les postes de travail et constituer une communauté d’utilisateurs enthousiastes,
  2. Développer une alternative à UNIX et Windows pour les serveurs, augmenter le nombre d’enthousiastes,
  3. Faire des profits !

Reste à savoir l’usage qui sera fait de ces profits et s’ils permettront à Ubuntu de consacrer davantage de ressources à reverser du code à la communauté Debian ou à d’autres projets comme GNOME.

Illustration Certains droits réservés par jurvetson

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

8 réponses

  1. Malaria dit :

    À noter qu’aux dernières nouvelles Canonical n’était toujours pas rentable, c’est à dire que sans l’argent que Mark injecte de sa fortune personnelle dans l’entreprise, rien ne tournerait.

    Le moment ou Canonical deviendra auto-suffisante semble cependant se rapprocher, et c’est tant mieux.

  2. marceldo dit :

    Il est effectivement souhaitable que la société dégage des profits, c’est la seule garantie de la pérennisation d’Ubuntu. On ne vit pas que d’amour et d’eau fraîche…..

  3. Indyana dit :

    « Canonical est une société commerciale dont l’objectif reste de réaliser des profits. »
    Non, Canonical est une société commerciale dont l’un des objectifs est de générer des profits afin de devenir complètement autonome et ce, dans le seul et unique but de développer et soutenir la distribution Ubuntu.

    C’est un poil plus fleur bleue et naïf, peut être, mais semble réellement plus en accord avec ce que dit Mr Shuttleworth.

  4. Tanéléo dit :

    C’est une bonne nouvelle si cela se confirme.

    En dehors de tous les trolls et débats que cette distribution génèrent, elle a réussi un bel exploit pour le desktop (par exemple elle est utilisée par certaines institutions : gendarmerie, école, parlement).

    Si cette aventure devait s’arrêter faute d’un minimum de rentabilité, la perte serait importante pour l’environnement GNU/Linux grand public.

  5. Seb24 dit :

    Il faut voir aussi que ce serait une excellente nouvelle d’avoir une seconde entreprise moteur sur les environnement Linux à coté de Red-Hat. Canonical apportant en plus son investissement dans le desktop.

    Bref c’est vraiment une bonne nouvelle. Il y a pas assez d’acteur de ce genre profitable.

  6. T_____U dit :

    Ben oui, je suis d’accord avec tout le monde. Le but n’est pas de devenir un monstre mégalo à la Google ou MS ou Apple, mais tout simplement, de pouvoir équilibrer les comptes, et pérenniser le travail effectué par les développeurs (& autres) sur la distribution Ubuntu.

    Si on est contre ça, ben faut pas l’utiliser… Faut être un peu cohérent, si le logiciel libre ne devait être financé que par la philanthropie de milliardaires, ça tournerait pas bien rond.

  1. 27 novembre 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Philippe Scoffoni and Laurent Espitallier, Wilfried Caruel. Wilfried Caruel said: RT @pscoffoni: Chez Philippe : Enfin le décollage pour #Canonical ? http://bypsc.fr/0s1 […]

  2. 4 décembre 2010

    […] Illustration Certains droits réservés par jurvetson Réagir à cet article […]