Mozilla et Pocket, le prix à payer ?

closeCet article a été publié il y a 6 ans 1 mois , il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

mozilla pocketJe profitais de ce dernier long week-end de mai pour mettre la dernière touche à mon potager d’été. Tout en plantant, paillant, arrosant, je repensais à cette nouvelle inclusion de Mozilla dans son navigateur : Pocket. Vous avez dû en entendre parler, au vu de l’émoi que cela a suscité, notamment de la part du porteur du projet Wallabag Nicolas Loeuillet. Celui-ci expliquait dans un article pourquoi Mozilla se trompait. Développant une alternative libre à Pocket, sa montée aux créneaux est bien légitime.

Passons sur Firefox et les DRM, mal nécessaire je l’avoue, si l’on veut que Firefox puisse tout simplement continuer d’exister, et ne pas devenir « le navigateur qui ne marche pas pour les vidéos ». Passons sur les développements de Firefox pour la plateforme iOS d’Apple… Mais l’ajout de Pocket me provoqua un petit picotement et ma première pensée fut, que ce n’était ni la première ni la dernière fois que Mozilla se trompait, mais que l’accumulation commençait à devenir quelque peu dramatique.

Et puis j’ai lu l’article de Fred sur les articles « Putaclic » dont Mozilla Firefox était victime. A ce dernier, je rappellerais que si les derniers ajouts de Mozilla se désactivent facilement, il ne faut pas oublier que plus de 80% des utilisateurs ne changent jamais les options par défaut. Une fonction disponible par défaut est une nouvelle fonction tout court. Il reste deux approches, celle qui consiste à dire, tant pis pour eux, et celle qui consiste à se poser la question du faire autrement. C’est le moment où je suis parti jardiner.

Que faire donc face à cela ? Dire que ce n’est pas bien que Mozilla se trompe, etc. ? Possible. Mais d’un autre côté pourquoi cette « accumulation » de ce qui peut sembler des « bourdes » ? D’une certaine manière, je dirais que les premiers responsables sont les utilisateurs de Firefox. Ce qui pousse probablement Mozilla à prendre les récentes décisions, c’est tout simplement le besoin de se financer. Je pense que c’est un peu marche ou crève pour Mozilla. Évidement, ils pourraient chercher d’autres voies, utiliser les moyens dont ils disposent encore pour faire une grosse campagne et dire à ces millions d’utilisateurs : paie ou demain tu n’auras plus que les yeux pour pleurer.

J’ai repensé (normal j’étais le nez dans mes légumes) aux AMAP. Nous soutenons par nos achats le développement d’une agriculture locale et raisonnée (voir BIO, mais je ne suis pas fan). Alors je me suis dit que si je voulais bénéficier d’un navigateur web libre et respectueux de mes données, je n’avais pas d’autre solution que de le soutenir d’une manière ou d’une autre.

Alors j’ai fait un don de 10 $ à Mozilla. En échange, j’attends donc de Mozilla qu’il nous fournisse un navigateur web libre exempt de « cochoncetés » et ouvert à des services web sans exclusivité. Si vous aussi, vous souhaitez que les VRAIS logiciels libres continuent d’exister, vous n’avez pas d’autre solution que de mettre la main à la poche. Bien évidemment si vous contribuez déjà par le code, la documentation, les tests ou d’autres moyens non monétaires, vous êtes exemptés 🙂 .

Au passage, cela montre une fois de plus le rôle central de la monnaie dans le développement possible des biens communs. D’où l’importance du code de cette monnaie et de la façon dont elle est créée. Sans une répartition équitable de sa création, les projets vraiment libres continueront de se développer avec difficulté. Leur seule issue est de céder une part de leur « âme » aux modèles de développement actuel comme celui de l’open source. Au passage c’est une part de liberté pour l’utilisateur qui est aussi soustraite.

En attendant, soyons lucides et cohérents. C’est très certainement loin d’être le cas de la grande majorité des utilisateurs de logiciels libres qui se contentent d’utiliser sans mettre la main à la poche et se révoltent lorsque le porteur du projet n’ayant plus d’autre choix pour poursuivre l’aventure se met à tenter de monnayer tant bien que mal son œuvre. Dans l’immédiat, il n’y a pas d’autre solution que de financer avec les moyens qu’il nous reste ou nous taire.

Temps de rédaction : 1h30

Pour savoir

Avez-vous déjà fait un don pour Mozilla ?

Loading ... Loading ...

Utilisez-vous Firefox et Pocket actuellement ?

Loading ... Loading ...

Connaissiez-vous le projet Wallabag avant de lire cet article ?

Loading ... Loading ...

Utilisez-vous Wallabag ?

Loading ... Loading ...

Etes-vous favorable à l'intégration de services web du type de Pocket dans Firefox ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

15 réponses

  1. Gilles dit :

    Moz a répondu à Nico au passage.

  2. Seboss666 dit :

    Je ne vais pas réécrire ce que j’ai dit dans les commentaires de l’article de Fred, puisque tu propose le lien 🙂

    Non par contre, c’est une des questions « sondages » qui me perturbe, et à laquelle je n’ai pas répondu du coup. Utilisez-vous FIrefox et Pocket actuellement, doit-on répondre non si l’on n’utilise que l’un des deux ?

  3. « A ce dernier, je rappellerais que si les derniers ajouts de Mozilla se désactivent facilement, il ne faut pas oublier que plus de 80% des utilisateurs ne changent jamais les options par défaut. »

    Et combien utilisent toutes les options disponibles ? Qui utilise Hello ? Qui utilisera le service pocket ?

    Impossible de le dire.

    Simplement, il faut que certaines personnes prennent conscience qu’il faut savoir rester pragmatique, ne serait-ce que pour être encore en vie !

    Mozilla Firefox se fait lentement égorger par Chrome et la politique de Google qui impose son navigateur par tous les moyens.

    Étrangement, ce point est rarement abordé. Pourquoi ? J’avoue que je n’ai aucune réponse à proposer, je me pose juste la question.

  4. Alexandre F. dit :

    « Alors j’ai fait un don de 10 $ à Mozilla. En échange, j’attends donc de Mozilla qu’il nous fournisse un navigateur web libre exempt de « cochoncetés » et ouvert à des services web sans exclusivité. »

    Lorsqu’on fait un don on n’attend rien en retour. Si on veut vraiment infléchir les positions de Mozilla :
    – faire comme les grosses boîtes : monter un partenariat financièrement intéressant ;
    – faire partie du conseil d’administration ;
    – faire un barouf pas possible contre ces positions.

    Mais franchement, je ne pense pas que faire un don apporte une quelconque contrepartie en terme de gouvernance. En revanche, ça aide à soutenir financièrement les activités de promotion et les bénévoles : « Les dons seront reversés à la Mozilla Foundation, une organisation 501(c)(3) et seront utilisés à des fins caritatives. Ils sont déductibles des impôts aux États-Unis dans la mesure autorisée par la loi. »

    Ici il s’agit donc plutôt d’un problème de gouvernance que d’un problème financier. L’argent est un moyen de mettre en place une politique, mais pas la cause d’une orientation politique, ce qu’on oublie le plus souvent.

  5. @Alexandre F. : Et si la gouvernance est influencée par des problèmes financiers ?
    @Seboss666 : oui c’est utiliser les deux en même temps (via l’extension existante par exemple) ou en parallèle

  6. Manque pas un mot dans la conclusion juste après Grande ?

  7. n-g dit :

    « il ne faut pas oublier que plus de 80% des utilisateurs ne changent jamais les options par défaut. »

    Et c’est pareil dans une distribution.
    Si je suis développeur d’une alternative à un logiciel proposé par défaut, je serais donc, selon toi, légitime pour exiger que le logiciel par défaut ne soit pas installé par défaut.
    Il faut savoir prendre du recul pour être cohérent: si l’installation par défaut sur Firefox est un problème, alors, l’installation par défaut de Gnome sur une distribution est aussi un problème, surtout si cette distribution est choisie pour d’autres raisons (par exemple parce qu’elle est en général supportée, parce qu’elle a beaucoup de packets, parce qu’elle est facile à prendre en main, …).

  8. @n-g : le choix des fonctionnalités mise en avant ou par défaut dans un système informatique sont structurantes pour l’usage qui en sera fait par les utilisateurs.Le design d’application a souvent été pensé pour « mettre en avant » les fonctions importante. Que ce soit dans l’intérêt de l’utilisateur ou de celui qui porte le logiciel.
    Pocket était déjà disponible sous forme d’extension. Son intégration en tant que fonction standard est-elle uniquement faite pour « rendre service » à l’utilisateur ou pour en monétiser la présence ? Les utilisateurs du service Pocket qui voulait l’utiliser dans Firefox avait déjà une solution. Le mettre en standard relève de la même démarche que celle qui consiste à mettre un moteur de recherche par défaut. C’est une démarche de monétisation avant tout.

  9. n-g dit :

    Et ? Quel est le problème si l’utilisateur peut, s’il le veut, ne pas l’utiliser, voire même le désactivé.
    Il faut rester cohérent: le seul argument utilisé pour dire que cette nouvelle implémentation est « plus grave » que ce qui existait avant, c’est le fait de dire que l’installation par défaut à un impact différent sur les utilisateurs.
    Dans ce cas, c’est pareil pour une distribution et les logiciels pré-installés.
    Je trouve que c’est d’ailleurs pire quand il s’agit de deux logiciels open-source mis en concurrence, vu que les dons, les contributions et l’usage dépendent plus de la popularité.

    Pour recentrer ce que je veux dire, voici une autre question:
    Imaginons qu’il existe 2 solutions *libres et gratuites* de type wallabag, et que Firefox implémente l’une d’elle uniquement, sans aucun accord financier.
    En quoi est-ce moins scandaleux ?
    Pourtant, l’argument de la fonctionnalité par défaut mise en avant est identique.

    Ce qui me dérange, c’est vraiment le passage « il ne faut pas oublier que plus de 80% des utilisateurs ne changent jamais les options par défaut. » qui est un argument réellement hypocrite (consciemment ou pas, on a tendance à se trouver des « excuses » objectives pour justifier qu’on n’aime pas des situations qu’on n’aime pas de manière simplement subjective)

  10. nicosomb dit :

    En tant que développeur de wallabag, je ne me bats pas pour que wallabag soit la seule solution et la solution par défaut.
    Je me bats pour que Pocket ne soit pas la seule solution intégrée. La nuance est énorme quand même.

  11. Moul dit :

    Petites corrections :
    * Firefox puisse tout simplement continu(ait -> é) d’exister
    * C’est très certainement loin d’être le cas de la grande (majorité) des utilisateurs

    Super article au passage 🙂

  12. Sabcat dit :

    « …si l’on veut que Firefox puisse tout simplement continuAIT d’exister »

    Ouais, c’est fatiguant le jardinage… 😉

  13. @n-g : Imaginons qu’il existe 2 solutions *libres et gratuites* de type wallabag, et que Firefox implémente l’une d’elle uniquement, sans aucun accord financier.
    En quoi est-ce moins scandaleux ?

    Si il n’y avait qu’une seule solution libre proposée cela me dérangerait bien moins. Mais c’est un cas qui ne se serait pas présenté car l’ajout d’une telle fonction n’aurait pas eu d’intérêt pour Mozilla et les utilisateurs car déjà possible depuis longtemps au travers d’extensions. La seule raison d’être de cet ajout est la monétisation. Or il n’existe pas de service en ligne basé sur Wallabag qui puisse apporter les mêmes ressources financières qu’un Pocket qui est un service fermé dont le moteur est les données qu’il capte de ses utilisateurs.
    Quand aux 80% ce n’est pas une excuse hypocrite, c’est un fait. C’est une pratique courante chez bien des éditeurs de logiciels. Quand Microsoft (champion en la matière) configure Internet Explorer comme navigateur par défaut ou LiveMail pour la messagerie, il sait très bien que c’est une bonne façon de se garantir que la grande majorité des utilisateurs n’iront pas voir ailleurs. Idem quand il propose dans Word ou Excel d’enregistrer ses documents sur Office365. Pourquoi pas Dropbox par défaut ? Alors on peut dire que c’est bien fait pour ces 80%, que se sont des fainéant incultes 🙂 . Ou on peut essayer de les tirer « par le haut » en leur évitant de tomber dans les mains de ceux dont le business est l’exploitation de nos données. Il me semble que cela fait parti des missions de Mozilla, un web ouvert, ce que n’est pas vraiment Pocket.

    @Moul, Sabcat, Baptiste Jerome : merci pour les corrections

  14. Alexandre F. dit :

    @Philippe : « Et si la gouvernance est influencée par des problèmes financiers ? »

    Si la gouvernance est influencée par des problèmes financiers, c’est que la finance (l’économie) prend le pas sur l’objectif (la politique). Et on a vu, et on voit encore, ce que ça donne y compris dans d’autres domaines 😉

    Pour le sujet qui nous concerne, parle-t-on de Mozilla Foundation (association à but non lucratif) ou de Mozilla Corporation (filiale à but lucratif) ? La première peut très bien conserver son cap, même sans gros revenus financiers (avec principalement des dons), alors que pour la seconde ce n’est pas possible voire antinomique avec son objectif…

    Donc si on trouve d’où vient l’influence pour intégrer Pocket (cf. gouvernance), on comprendra mieux l’enjeu et il sera temps de savoir si on soutien réellement, ou par pragmatisme, le projet Mozilla. Personnellement, j’attends aussi de voir ce qu’il en sera de Iceweasel.

  1. 4 juin 2015

    […] fait plusieurs mois que je vois son évolution, je lis les billets de Philippe Scoffoni [1] Cyrille Borne [2] ou encore Frederic Bezies [3] et autres blogueurs : j’en conclus que […]