Mon logiciel est libre, voilà comment tu peux m’aider

closeCet article a été publié il y a 3 ans 5 mois 8 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

contributionCe billet fait suite à mon récent grognement qui s’adressait principalement aux « free riders » du logiciel libre et de l’open source. Ceux qui prennent sans rien donner voir s’indignent quand on leur demande de participer pour améliorer. Comportement d’autant plus choquant, qu’il s’agit  d’outils utilisés pour réaliser une activité économique donc gagner de l’argent et de propos venant de « professionnel » du logiciel.

Notez bien que mes propos se situent dans un contexte de relations entre professionnels que ce soit de l’informatique ou simples utilisateurs. Mais le raisonnement peut-être étendu au grand public bien que dans ce cas les modalités soient potentiellement différentes.

Quand j’écrivais, « Je ne te dois rien » c’était principalement au sens de l’obligation juridique. Néanmoins, si je me place sur le plan moral et donc plus glissant, je reconnais quand même une forme d’obligation, celle de ne pas mettre à disposition tout et n’importe quoi sans prévenir si ce « quoi » est potentiellement difficilement utilisable. Il n’est en effet pas rare de trouver des bouts de codes plus ou moins conséquents et plus ou moins fonctionnels.

Si je reviens sur le cas « d’école » qui me touche directement, nous avons fait le choix de distribuer ce module librement. Dans le contexte Dolibarr, il est courant que les modules complémentaires soient vendus sur la place de marché Dolistore. Plutôt que vente, je préfère utiliser le terme de contribution plus proche de la réalité. Je reviendrais prochainement plus en détail sur les avantages et inconvénients de cette place de marché par rapport à la bonne compréhension des modèles économiques du logiciel libre.

WooSync module demande pas mal de compétences aussi bien côté Dolibarr que WordPress, sans parler des éventuels soucis d’environnement, version de PHP, bibliothèques manquantes, certificats, modules complémentaires, etc… Les chances de rencontrer des soucis sont réelles.

Nous avons donc pris de soin de mettre des avertissements de tous les côtés, à commencer sur le dépôt, mais aussi dans les emails adressés à ceux qui avaient téléchargé le module en proposant à chaque fois notre assistance.

Cette assistance s’adresse à celles et à ceux qui rencontrent des difficultés, n’ont pas toutes les compétences requises où qui ne veulent pas perdre de temps. A ce jour ceux qui ont fait appel à nos services ont un client de synchronisation opérationnel. Certains ont même fait sans nous, c’était donc possible. Reste le cas de ceux qui n’ont pas les moyens financiers et techniques, là je dirais que cela devient compliqué pour une entreprise d’aider même avec toute la bonne volonté du monde.

A l’inverse, pour nous aider, c’est assez simple, il suffit de :

  • faire remonter les problèmes rencontrés avec un maximum de détails (sans pour autant que cela nous engage à les corriger) ;
  • proposer des corrections et améliorations sur le code source ou la documentation ;
  • financer du temps pour corriger et améliorer ;

Sur ce dernier point, je réfléchis d’ailleurs à proposer un tarif d’assistance « spécial contribution » sur la boutique d’Open-DSI. C’est l’idée du week-end, je dois en discuter avec l’équipe 😉

La contribution qu’elle soit directe ou indirecte est un élément incontournable pour le bon fonctionnement et la pérennité du logiciel libre, ne l’oublions jamais. A chacun selon ses capacités techniques ou financières d’y participer. Et je concède également que nous autres acteurs dudit logiciel libre avons encore beaucoup de travail à faire pour inciter les utilisateurs à participer !

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

4 réponses

  1. La contribution techniques est malheureusement trop souvent la plus mauvaise qui soit. En effet regarder, analyser et prendre une décision sur un merge request peut coûter plus cher (en temps, donc en argent) pour le mainteneur que de produire lui même le code tel qu’il l’attend.
    C’est pourquoi la meilleure contribution possible dans un logiciel libre est de financer « celui qui maintien ».

  2. Même si elle a des limites, la contribution technique est quand même à la base de la construction de beaucoup de logiciel libre. Dolibarr par exemple. Il est maintenu et amélioré par « la foule » sous l’œil il est vrai vigilant de son dictateur bienveillant.

  3. Buzut dit :

    @Laurent Je ne suis pas tout à fait d’accord.
    Il arrive régulièrement d’effectuer des ajouts – fussent ils – mineurs qui correspondent à un cas d’usage spécifique. Si le code est bien écrit et que l’ajout n’est pas trop volumineux, c’est tout benef.

    Du côté utilisateur, lorsque je profite d’un logiciel open source, c’est agréable de pouvoir rendre en retour. Si l’on a fait une modif pour soit, il serait dommage de ne pas la partager.

  4. Bonob0h dit :

    Les contributions ne sont pas seulement que techniques …
    Bien des domaines sont nécessaires pour concevoir à maintenant un logiciel !

    Il ne faut pas confondre du code conçu pour n’être amélioré que par celui qui la initié / fait car il a codé comme il avait envie lui … et documenté dans sa tête …
    face à un vrai développement initialement conçu comme collaboratif …

    Si vraiment ça ne fonctionnait pas … comment se développeraient des outils qui demandent des contributions de nombreuses connaissances ?

    Tout à ses limites bien sur …
    Mais il ne faut pas tomber dans l’excès inverse de limitations et seulement des ligne de code !

    Donc la meilleur solution n’est certainement pas de dicter une orientation qui plus est limité sur bien des points !

    Elle serait déjà de tenter de faire Autrement que ce qui est fait depuis des lustres et ne fonctionne pas si bien …

    Bref …