Une fondation .Net, le scénario du pire pour le logiciel libre avance ses pions

closeCet article a été publié il y a 7 ans 2 mois 20 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

CassandreJe vais changer la baseline de ce site et me faire appeler la Cassandre du Libre tant je me rends compte que mes articles sont une ressassé des dangers qui guettent le « vrai » logiciel libre et que la grande majorité de ses acteurs veut ignorer. Comme si l’objectif de libérer les utilisateurs de leur informatique ne leur importait pas ou plus exactement que seule leur propre liberté avait de l’importance.

Il est évident que dans ses conditions cela ne peut que perdurer et il est probable que dans 30 ans le « vrai » logiciel libre n’aura pas progressé d’un poil. D’ici là tous les acteurs du numérique auront alors adopté d’une manière ou d’une autre le développement à code source ouvert pour leurs services et logiciels propriétaires. Nos utilisateurs en seront toujours au même point que sous l’époque de l’hégémonie de Microsoft. Nous surferons peut-être tous sur GoogleNet dont nous serons les otages dociles et volontaires.

Heureusement, certaines lectures me laissent à penser que je ne suis pas le seul à croire qu’il y a un réel péril en la demeure. Il est hélas triste de constater que la majorité (totalité ?) des libristes se contentent de penser que laisser faire la gentille fée du logiciel libre sera suffisant. Que nul « front uni » ne soit nécessaire pour lutter. Je passe sur les contradictions de l’ami Cyrille qui trouve que le bazar c’est pas si mal, mais que quand même il faudrait un leader charismatique au libre. Sauf que dans le bazar, il ne peut y avoir un leader. Sinon ce n’est plus le bazar…

Voici donc Microsoft qui fait « un pas de plus vers le logiciel libre » (rire) en créant une fondation .Net. Cette structure indépendante aura pour but de promouvoir et organiser une dynamique communautaire autour des projets open source gravitant autour de l’infrastructure de l’éditeur. La phrase résume bien le danger. Un danger décrit il y a déjà plusieurs années par François Elie dans son livre sur l’économie du logiciel libre. Un livre qui déjà il y a cinq décrivait les scénarios du pire pour le logiciel libre dont celui du logiciel propriétaire 2.0 qui est tout simplement en train de voir le jour sous nos yeux. Je cite le livre :

Imaginez qu’un jour on annonce que le code source du système d’exploitation pour ordinateur le plus utilisé dans le monde passe sous une licence libre. On oubliera très vite les premières réactions, qui seront probablement maladroites. Pour peu que la chose ait été un peu préparée (et l’on peut le supposer) cela s’accompagnera de dispositifs de production/collaboration à très grande échelle.

Nous n’en sommes pas là, mais cette ouverture est bien amorcée. Elle est surtout indispensable pour poursuivre le développement d’un système d’exploitation qui à défaut d’être ouvert (car il ne le sera pas) sera gratuit. Le mouvement est déjà en route. Il faut juste le temps nécessaire pour mettre en place tous les outils permettant d’externaliser une partie de son développement.

Cela commencera par la mise à disposition de dispositifs très puissants pour apprendre la programmation aux enfants. Des outils gratuits, performants et ludiques, qui glisseront progressivement vers les usages collaboratifs. Pourquoi donc encourager les gens à programmer, puis à programmer ensemble d’après vous ?

Nous y sommes largement. Vous connaissez l’initiative code.org ? Qui contribue à cette organisation à but non lucratif ayant pour objectif d’apprendre aux enfants à coder ? Bill Gates et Mark Zukerbger. Deux apôtres du logiciel libre…

Continuons à ne pas vouloir voir ce qui se trame et l’avenir qui s’approche sera tout aussi fermé que le passé que nous avons connu. Comptez sur moi pour continuer à jouer ce rôle de Cassandre et à proposer et tenter de mettre en œuvre « d’autres approches »  🙂 .

Ce serait peut-être l’une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait que du code.

N.B : « vrai » logiciel libre fait référence à des logiciels sous licence à copyleft fort.

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

43 réponses

  1. Cyrille BORNE dit :

    un commercial, pas forcément un leader c’est à nuancer quand même.

  2. Philippe dit :

    Quelle promptitude, je suis impressionné 🙂
    Soyons clair alors leader ou commercial ?

    Un commercial doit avoir quelque chose à vendre. Quoi ? Le bazar du Libre ? Mettre en avant une distribution plutôt qu’une autre ? De quel droit, avec quelle légitimité ? Il suffit de dire qu’il faut privilégier Debian pour que les Ubunteros pouffent de rire et les archlinuxien changent de page. Tu ne trouveras pas un commercial pour vendre sans une fiche produit bien construite et claire de ce qu’il y a dans le paquet.

  3. dada dit :

    Un Stallman en costard ?

  4. david96 dit :

    C’est vrai qu’au niveau com’… Tiens à ce propos, L’AFUL avec plusieurs autres associations ont lancé une pétition internationale pour dénoncer le racketiciel.

    https://secure.avaaz.org/fr/petition/computers_snowden_choose_before_paying/

  5. Cyrille BORNE dit :

    Ben en fait Philippe un commercial en « table » par exemple pour sa société qui vend des tables, ne vend pas qu’un modèle de table ce qui serait inquiétant. Tu peux donc très bien vendre du Linux et dire que tu en as tout plein pour tous les goûts :

    – debian pour les serveurs et les gens qui veulent la sérénité
    – handylinux pour les grands débutants
    – Ubuntu pour sa richesse en paquets, la reconnaissance des pilotes
    – manjaro pour avoir les paquets les plus récents et un système toujours à jour

    C’est pas si incohérent que ça, les fiches elles y sont en plus.

    Donc puisque tu veux jouer sur les mots, il manque un type qui présente bien, qu’il soit leader ou commercial, pour expliquer au reste du monde soit à peine plus de 98% de la population que les solutions libres existent, les solutions, pas la solution.

  6. Christophe dit :

    La force de l’injonction qui s’exerce sur les uns et les autres, au sein de la communauté, rigidifie le cadre et calcifie les liens entre les membres de la communauté. Le revers de cette rigidité c’est de rendre beaucoup plus friables les frontières avec les différentes communautés. Paradoxalement, plus une communauté se fait unanime, plus elle se fragilise.

  7. Philippe dit :

    @Cyrille : que tu conseilles un ou plusieurs modèle de tables revient à faire des choix. Ton commercial ne conseille pas d’Archlinux, pas de Gentoo ? A quel titre ? Cependant je suis totalement d’accord avec toi qu’il n’y a pas une solution mais des solutions. Je n’ai jamais prôné la solution unique, ça c’est juste le procès malhonnête que l’on me fait. Unifié, ne veut pas dire unique. Cela veut juste dire ensemble, TOUS ensemble. De toute façon ce que tu décris implique cette gouvernance. Gouverner c’est faire en sorte que les efforts de TOUS aillent dans le même sens, et donc faire des choix comme tu propose de le faire… Je pense que nous prônons exactement la même chose. Je ne vois pas de différence.

    @Christophe : Google est une société qui fonctionne en interne en mode bazar. Ce qui ne l’empêche pas de produire des services, logiciels et matériels plébiscités par les utilisateurs. Google apporte une surcouche au bazar pour l’exploiter dans des suites cohérentes. Le libre n’a que le bazar à proposer ce qui le fragilise tout autant, c’est ce que nous voyons au travers de son exploitation par le logiciel propriétaire qui lui ne se gène pas pour faire des choix ce qui ne le fragilise en rien bien au contraire.

    Mais continuons en tout cas d’éluder la réalité de ce qui se passe et à attendre que tout se résolve comme par magie. De la magie, il n’y en aura pas. Microsoft et bien d’autres produisent et incitent à produire du code ouvert qui sera intégré dans des logiciels et services fermés avec lesquels ils généreront bien plus de revenus que n’importe qui d’autres. Et d’autant plus qu’ils n’auront plus à supporter comme par le passé la charge de l’intégralité du poids du développement de la maintenance. 80% des logiciels commerciaux intégreront des « piles » open source. Ce n’est pas moi qui le dit, mais la Fonction Linux. Et ses logiciels ne seront probablement pas libre. Le libre comme moteur du propriétaire. C’est cela que nous voulons ?

  8. David Mentré dit :

    Je ne comprends pas le sens de votre billet. Où est le danger ? Ou plus précisément, qu’est-ce qui vous fait peur ?

    Microsoft fait de plus en plus de logiciel libre, c’est bien non ? Cela le crédibilise puisque même les gros acteurs du propriétaire (Microsoft, Oracle, Facebook) en font.

    Je suis moi aussi un partisan des licences libres de type GPL, mais si c’est sous BSD, c’est aussi du Libre.

    Après, oui, la communauté de Libre a encore pleins de défis comme le succès d’Android qui est n’est libre qu’en partie, le succès des applis centralisées sur le web ou les problèmes de drivers pour les OS libres. Mais ce n’est pas pire qu’avant. 🙂

    Cordialement,
    david

  9. Julien-Claude dit :

    « Microsoft fait de plus en plus de logiciel libre »
    @David Mentré

    Non Microsoft fait du faux open-source sous couvert de beaux discours en tentant de s’insinuer dans le monde Libre, y mettre des logiciels privateurs/propriétaires (il me semble par exemple qu’il y a un projet d’un MsOffice Linux ou encore d’autres initiatives « open-sources », ou même le rapprochement d’avec Novell (Suse) il y a quelques années).

    Le danger réside dans :
    « […] projets open source gravitant autour de l’infrastructure de l’éditeur. »

    En gros, ce ne seront que des projets open-source (et non Libre) (il y a une jolie nuance) qui seront réalisés uniquement dans l’optique de l’OS de Redmond. Donc continuer à promouvoir un OS privateur/propriétaire en disant « venez faire des jolies projets open-sources autour de Windows » (sous entendu, ca nous aidera à vous faire oublier GNU/Linux … enfin, c’est ainsi que je le comprends)

    A contrario, un projet Libre ne vise pas un contexte (plusieurs OS et non juste un – en gros les sources doivent être le plus générique possible ou disponibles pour tous les contextes) et doit respecter les 4 règles de libertés fondamentales citées sur le site de la fsf. Chose dont je doute fort dans l’optique de Microsoft.

    Libre et Microsoft sont antinomiques

  10. Cédric dit :

    Je ne vois pas non plus le problème, en fait je trouverais complètement absurde de la part de Microsoft de ne pas se diriger vers l’opensource (qui n’est donc toujours pas du libre). J’annonce volontiers leur mort depuis quelques temps en tant qu’éditeur logiciel, car il n’y a rien que Microsoft puisse développer que le libre ne saurait faire lui aussi.

    De mon point de vue, le libre est l’avenir. La seule raison qui fait qu’il est encore aussi contraint dans son expansion est le système monétaire sous-jacent, qui favorise clairement les acteurs à fort capital existant (c’est là toute l’inertie de Microsoft d’ailleurs – tu le dis bien @Philippe, ils *incitent*, tout simplement parce qu’ils en ont les **moyens**).

    Dans un tel cadre, le libre ne peut fonctionner qu’à la marge, puisque les développeurs ne peuvent être payés que par les plus gros déjà installés, qui sont largement déjà dépendants historiquement de Microsoft et désormais de sa forte inertie. D’ailleurs, Microsoft et cie n’ont aucun intérêt dans l’émergence des logiciels libres : cela comproment gravement leur modèle économique de rentiers.

    En cela, je trouve que le libre à déjà fait une percée titanesque, dans un milieu qui lui est pourtant hostile. Je n’ose imaginer sa place au sein d’un système monétaire libre.

    Bref, sans monnaie libre, point de salut.

  11. Julien-Claude dit :

    @Cédric oui, c’est vrai. Et ce que je me dis aussi, problèmes monétaire mis à part, c’est que même si ce genre d’initiative peut poser des problèmes d’ombrage sur le monde Libre (pffff et encore), il n’en reste pas moins que l’optique n’est pas Libre mais une incitation à faire de l’open-source autour de Windows avec les outils de Redmond.

    Du coup je me dis qu’au final, même s’il y a en effet un problème comme le souligne @Phillipe, bien ça ne reste qu’au final qu’un fait de plus, qu’une tentative de Grosoft pour mettre un autre pied dans l’OpenSource (et pas dans le Libre).

    Alors, oui Microsoft à le droit (et vu la conjoncture informatique j’ai envie de dire « la nécessité ») de faire de plus en plus d’OpenSource et Non cela n’est pas un réel danger à long terme, selon moi, car Libre != OpenSource && Libre != Microsoft (ne serait ce que dans la philosophie et comme tu le soulignes, @Cédric, dans le business plan).

  12. cep dit :

    Et concrètement que proposes-tu ?
    Dans ce billet, mis à part ta mise en scène de victimisation et ce prétendu phantasme d’unification à quelque chose qui, justement, est déjà un savant mélange d’unifications multiples et de créativité, je ne vois rien de concret dans tes propos. Et toujours aussi cette charge contre le bazar que tu prends au sens étroit du terme.
    Donc l’initiative de Microsoft serait un danger pour le Libre ? faudrait vraiment expliquer en quoi elle présente un danger. Développer donc et non prendre en otage citations et travaux des autres.
    Et un danger pour qui ou pour quoi ? pour le libre ? pour l’open source ? pour les utilisateurs ? quel danger nouveau par rapport aux dangers déjà sériés du propriétaire ?
    Moi j’en vois un autre de danger, c’est celui du cloud applicatif. Mais de celui-là tu n’en parles jamais. Et pourtant là aussi il peut y avoir des briques savamment mélangées pour représenter un danger certain pour les utilisateurs.
    cep

  13. Philippe dit :

    @cep : ce que je propose ? la gouvernance par les usages et par les utilisateurs, le développement des applications métiers, etc… j’en ai déjà parlé. J’ai un résumé en préparation.

    Quand aux dangers ils concernent principalement les utilisateurs qui resteront encore longtemps sous la dominance des produits fermés (construit sur de l’open source) qu’ils soient sur leur poste ou dans les nuages. Mais bon après tout c’est pas bien grave si c’est leur choix 😉

    heu juste comme ça le danger du cloud j’en ai tellement parlé que Cyrille en a fait un indigestion à une époque 🙂
    http://philippe.scoffoni.net/category/cloud-computing
    http://philippe.scoffoni.net/category/services-libres/
    ou mes conférences sur le sujet :
    En 2009 déjà je mettais en garde contre les risques :
    http://philippe.scoffoni.net/diaporama-de-ma-presentation-sur-le-cloud-computing-et-les-logiciels-libres-des-jdll-2009/
    http://philippe.scoffoni.net/open-cloud-support-conference-foosa-2011/
    On voit où on en est rendu cinq ans plus tard… Les utilisateurs sont à 98% enfermé dans des services propriétaires et fermés. Mais c’est leur choix c’est ça :-p ?

  14. cep dit :

    J’attendrai ton résumé alors car là, encore une fois, je ne vois rien de concret.

    Et rien non plus pour le cloud applicatif. Une suite de billets, de news, mais pas de précisions sur les dangers, les risques donc moi je voudrais bien une indigestion de détails circonstanciée sur le sujet.

    Je vois par contre des inquiétudes sur la gratuité : « Y aurait-il une prise de conscience en cette rentrée sur la nocivité potentielle de la gratuité des sites web proposés au grand public? »

  15. Philippe dit :

    @cep tu te moques de moi ? tu as lu toutes les présentations ? Visiblement pas. Rien que celle de 2009, slide 24 les dangers sont listés et tu as ensuite de nombreux slides avec les solutions pour libérer les nuages. je ne perdrais pas plus de temps à discuter avec toi. Ta malhonnêteté pour défendre tes positions est flagrante. Et ne viens pas me dire que tu n’as pas le temps de lire sinon à quoi bon écrire, tu ne liras pas. C’est d’ailleurs un constante dans tes billets. Tu récris et prêtes des propos, intentions que je n’ai pas formulé.

  16. cep dit :

    Malgé ta charge et de ton procès en « malhonnêteté » non je maintiens, je n’ai rien vu de précis sur les risques du cloud applicatif.

    J’y ai trouvé par contre, je cite : « 5 raisons de choisir un nuage privé pour une entreprise » et le terme privé s’entend intra muros mais avec cette précision :« bénéficier des mêmes avantages techniques du nuage public, mais cette fois tout en restant chez soi. »

    Alors comme moi je me base sur des faits et non des intentions (ou des procès d’intention), et comme, non, je n’ai pas le temps de relire tous tes écrits, 2009 et au-delà, je vais attendre un lien plus précis de ta part ou, mieux encore, un prochain billet à jour et en phase avec l’actualité de ce que l’on trouve pour le cloud applicatif afin de savoir tes craintes sur le sujet, de même que j’attendrai ton résumé détaillé et concret comme annoncé plus haut.
    À te lire donc, mais une lecture critique, tu t’en doutes, et en billet et non en commentaire.

  17. Philippe dit :

    @cep : oui je te fais un procès en intention. je copie/colle la fameuse diapo qui selon toi ne contient rien de précis sur les risques du cloud applicatif

    -Retour vers des terminaux passifs,
    -Pas de maîtrise sur l’évolution des applications utilisées,
    -Pas de maîtrise sur la réalité de l’utilisation de nos données,verrouillage par la donnée
    -Le caractère très pratique du nuage masque la perte de contrôle de nos données
    -Interopérabilité faible entre les services
    -Disponibilité

    Donne-nous alors ce que tu considères comme étant les risques que cloud applicatifs ? On ne doit pas parler de la même chose.

  18. cep dit :

    Je peux avoir un lien ? pas que je doute mais pour remettre dans le contexte et dater.

    Ce que je « considères comme étant les risques que cloud applicatifs ? »
    Non, pas ici et en commentaire, tu t’en doutes.

  19. j33 dit :

    Vous avez tous raison !
    Le libre est de plus en plus exploité par des margoulins qui le revendent ré-emballé sous n’importe quelle forme et en se faisant une plus value au passage, c’est le buZiness !

    Ensuite, il y a un danger. (lequel)
    Si-si, à force de se caresser en pensant que puisque le libre existe/resiste depuis si longtemps qu’il finira par l’emporter. Oui, mais l’emporter sur quoi ?

    De quoi parle-t-on, finalement ?
    Microsoft a perdu la guerre de l’OS propriétaire sur PC, pourquoi parce que le PC est mort de sa belle mort…

    Et le monde s’excite, mais pourquoi ?
    Le buZiness modèle de micromou repose sur son troyen « Winbouze », forcément…
    …à voilà, y-a-t-il péril de voir disparaitre enfin cette M ?
    Non, à mon avis, parce qu’un pLus GrOOs est en LissE (la réponse dans l’anaGramme)
    ;+)

    Et le libre, ben je partage le point de vue initial que tant qu’aucun « couillue » ne reprendra le flambeau, ben… un peu à l’image de feu-Steve. Depuis sa pomme ne sent-elle pas un peu, non ?
    Et quand Richard ou Linus s’en iront… devront nous compter sur Google, ou bien Oracle ou VmWare pour entretenir du code libre ? (lol)

    Arrêtons de se leurrer…
    …pour voir l’avenir, il suffit de regarder l’histoire : un autre prendra la place laisser libre.
    Et tout recommencera, encore et encore… (les moutons se contenteront de l’herbe et les autres, les plus vigoureux d’esprit iront voir ailleurs)

  20. David Mentré dit :

    @Julien-Claude : un exemple de code Microsoft où il y a les sources mais ce n’est pas du Libre ?

    Je suis peu les annonces de Microsoft, mais à chaque fois qu’un produit m’intéressait, c’était du vrai libre.

    Quelques exemples :
    – Plateforme de compilation .NET (Roslyn) : Licence Apache 2.0 (https://roslyn.codeplex.com/license)
    – Dafny : Microsoft Public License (https://dafny.codeplex.com/license), licence libre reconnue par la FSF (https://www.gnu.org/licenses/license-list.fr.html#ms-pl)
    – Visual F# : Apache 2.0 (https://visualfsharp.codeplex.com/license)

    Microsoft ne fait probablement pas tout ça par hasard et a probablement une stratégique. Mais critiquons sur des faits et pas sur du FUD.

  21. Cyrille BORNE dit :

    Je crois que Philippe et Cep ne passeront pas leurs vacances ensemble, c’est dommage Cep fait du bateau.

    En fait Philippe ce qui me gène, je n’ai pas l’impression que nous disons exactement la même chose. Quand tu dis, il faut que tout le monde aille dans le même sens, si tout le monde convergeait dans le même sens cela supposerait un projet unique dans presque tout. Parce que bon, si on regarde par exemple Mint, elle se contente de réinventer la roue de Ubuntu, la logique serait que les deux projets fusionnent si on veut vraiment aller dans le même sens. C’est en tout cas ce que je comprends de ce que tu dis.

    Moi je dis, il semblerait que de toute façon il soit difficile de travailler autrement que dans le bazar le plus complet dans le libre, pour preuve la multitude de projet et ça ne va pas en s’arrangeant, mais il nous faudrait une figure emblématique, charismatique qui serait suffisamment médiatisé et crédible pour faire connaître le libre, sans préciser que telle distribution est meilleure qu’une autre mais et là nous sommes d’accord, pour dire que les solutions existent.

    Le discours ensuite qui consiste à dire qu’on perd une énergie colossale à faire des forks, à faire d’autres logiciels quand on aurait pu se mettre au service d’un projet existant, je le connais pour l’avoir déjà tenu. Néanmoins aujourd’hui je suis plus modéré car je me dis que peut être humainement parlant le type est incapable de se mettre au service des autres et que s’il a fait son fork j’ai envie de croire qu’il ne pouvait pas faire autrement. Donc entre un truc de plus et un truc qui se fait pas, je préfère un truc de plus.

  22. Philippe dit :

    @cep le lien est déjà dans mon commentaire de 12h35.
    http://philippe.scoffoni.net/diaporama-de-ma-presentation-sur-le-cloud-computing-et-les-logiciels-libres-des-jdll-2009/
    Mes écrits sont en ligne, tu n’as qu’à les parcourir ou pas. C’est ton choix et ton problème 😉 .

    @Cyrille : Et ce leader, il viendrait d’où ? Il serait payé par qui pour faire ça ? Un bénévole ? Là encore on en est rendu à s’en remettre à la fée providence. Je ne crois pas en la fée providence ni au père Noël. Aide toi et le ciel t’aidera, c’est ma devise 🙂

    Tu soulèves cependant un autre sujet intéressant et pour lequel je n’ai jamais vu d’étude et pour lequel j’ai dans ma suffisance une théorie. Pourquoi le logiciel libre attire-t-il des individualistes. Des gens pour qui forker est plus fort que tout ? Cela ne tiendrait-il pas à la nature même des licences ? Un vrai bonheur pour l’individualiste, un système où l’on peut faire ce que l’on veut sans avoir à rendre de compte du moment que l’on produit du logiciel libre. je suis sur qu’un ethnologue pourrait nous produite une étude passionnante sur le sujet. D’ailleurs, la rencontre avec le logiciel libre est souvent un choc pour certains habitués à travailler dans un monde de solidarité. Te souviens-tu du coup de gueule de Patrick d’Emmabüntu ? C’est encore sur le site de Framasoft : http://www.framasoft.net/article5062.html
    Tout un symbole pour moi.

    Je ne peux pas regarder comme d’autres mon prochain se perdre car il l’aura « voulu ».. Moi ça me fait mal au ventre et ça m’est insupportable… C’est probablement pour cela que j’ai cette démarche volontaire pour aller chercher par tous les moyens possibles les gens et les amener au libre. Les voir se noyer un peu plus tous les jours dans des services qui les exploitent et en plus ruine notre société m’est insupportable.

  23. Philippe dit :

    @david : merci de remettre le fil de commentaire dans le sujet de l’article 🙂
    Ce que produit Microsoft tu l’as remarqué est à base de licence permissive. Ce qui est nouveau c’est que désormais ce sont des composants comme .Net qui sont quand même au cœur de l’OS de Microsoft qui deviennent open source. Nous ne sommes plus en périphérie. Le logiciel libre et ceux qui y contribue, participe au développement du système d’exploitation propriétaire de Microsoft. Tout comme ceux qui contribuent à Chromium (licence permissive) contribuent qu’ils le veuillent ou non à Chrome le logiciel propriétaire tant décrié. C’est exactement ce que pointe Laurent Seguin dans sa tribune : https://aful.org/blog/logiciels-libres-fiers-chemin-parcouru-n-en-sous-estimons.

    Après la FSF reconnaît ces licences comme des licences de logiciel libre. C’est pour cela que j’ai bien pris la peine de définir en fin d’article ce que j’appelais personnellement un « vrai » logiciel libre : des logiciels sous licence à copyleft fort

  24. Cyrille BORNE dit :

    Le bénévole ou le payé c’est pas forcément là le problème, personnellement je ne m’interroge pas pour savoir d’où Stallman sort son argent ou par qui Linus Torvald est payé, ce qui m’intéresse c’est le bonhomme. Pour le reste je suis prof, c’est aussi une partie de mon métier d’aller voir des gens dans le mur alors que tu as tendu la main, averti et tout fait pour aider, au bout d’un moment les gens sont aussi responsables de leurs actes.

    Pour être honnête, je n’ai pas l’intelligence de suivre ce débat, tout ceci me dépasse un peu. Je n’ai toujours eu la prétention que de faire ce que je pouvais à mon niveau, mettre en avant des projets, faire des remontées de bug, installer des Linux, aider les gens, pour le reste … 🙂

  25. wilfried18 dit :

    Bon billet , c’est avec plaisir que je lis la plupart de tes articles.
    Je suis de ton avis , car si au premier abord on pourrait croire a que l’open source peux se réjouir de ce revirement mais en réalité ce n’est pas bon , que de grande entreprise s’approprie et met a néant le combat de l’opensource

  26. Philippe dit :

    @Cyrille : le voilà le gars qu’il te faut 😉
    http://korben.info/windows-xp-cest-termine-maintenant.html
    Déjà tenté de le faire bouger, sans succès…

  27. MipsTux dit :

    Bonjour

    Je ne mettrais pour autant pas complètement Zuckenberg et Gates dans le même sac

    Parce que autant j’ai cela d’un coté : https://code.facebook.com/projects/
    Autant de l’autre coté …. c’est quand même de l’open très « closed » ou en tous cas beaucoup plus « closed ».

    D’un coté c’est « facile » de participer, de l’autre coté je suis beaucoup moins convaincu.

  28. Cyrille BORNE dit :

    Korben n’est que le commercial de lui même, comme d’autres d’ailleurs

  29. Bonob0h dit :

    ah j’arrive après la bataille 😉
    Mais bon !

    A notre époque plus qu’un Philippe Cassandre je dirais que tu pourrais changer de nom pour Philippe Attali 😀

    En ce qui concerne le développement de l’exploitation jeunes futur codeurs, le phénomène est déjà la depuis longtemps et pas que dans le code, comme je le dénonce depuis biens des années.

    Dès fin 90 débuts 2000 avec par exemple l’exploitation des modérateurs de tchat chez le fameux feuc camarail et quelques autres ! Imaginez qu’à cette époque Caramail n’avait de 250 employés et plus de 1000 modérateurs bénévoles qui pour ce qu’ils pensaient l’intérêt général passait des heures par jours à modérer avec d’une part des outils mal fichus pour faire correctement le travail et en plus pour ceux avec modem rtc a se payer des factures à n’en plus finir et sans jamais aucune prise en charge ! Je sais de quoi je parle puisque un jours on m’a demander de faire le modé, j’ai accepté en ralant car pas payer, mais c’était notamment pour une affaire sérieuse … Bref ! j’ai fait ça pendant 15 jours et j’ai tellement râlé et menacer de balancer aux médias s’ils ne se bougeaient pas à améliorer les choses qu’ils m’ont viré 😀 ni une ni deux j’ai fait un rapport à la DILTI ce qui était a l’époque la Déléguation interministériel au travail illégal ! Résultat même pas un an plus tard Caramail s’arrêtait enfin au moins sont tchat car visiblement il ne pouvait pu y avoir de modérateurs bénévoles!

    Bref ce que je dénonce depuis presque 15 ans et avant même le web gratuit en échange de nos données, n’est pas pour moi quelque chose de nouveau !

    Mais il faut un Jaron Lanier
    >> http://www.laviedesidees.fr/Misere-de-l-humanite-numerique.html
    >> http://clesnes.blog.lemonde.fr/2013/10/22/jaron-lanier-linternet-ruine-la-classe-moyenne/
    qui fait un mea culpa en parlant notamment de s’excuser de s’en rendre compte seulement maintenant
    >> http://meta-media.fr/2014/03/24/aveu-dun-pionnier-dinternet-nous-nous-sommes-trompes-de-bonne-foi.html
    pour que d’autres surf sur la vagues
    >> http://www.alliancy.fr/2014/03/14/le-gratuit-vous-appauvrit_9358.html
    et soient quelques part un peux plus entendu que je n’ai pu l’être ou ne l’est Philippe notamment sur le registre du logiciel libre.

    Mais on est encore loin d’une prise de conscience général puisque, encore récemment un journaliste de France2 à interviewer Bill Gates sur sa fondation !
    Il l’a interviewer sans même aborder le fait que celle ci à 98 % de ses fond investis dans des entreprises dont certaines bien loin de respecter l’environnement, l’homme etc. Il traine du reste à se sujet une sorte de raccourci approximatif (pas le tps de chercher mais gogole est votre ami hein 😉 ) :
    >>> La fondation à investit dans une société pétrolière qui saccage un lieu et la santé de ses habitants ! La fondation recupère mettont 25 M€ de bénéfices annuels alors que sur place il faudrait presque autant pour réparer les dégats sur la nature et sur les hommes y compris pour des maladie ! Le pompom ! La fondation alloue allègrement 250 k€ pour l’aide à la région sinistrée par le pétrolier !

    Hé oui c’est ça la nouvelle générosité : je mets tout ou presque mon argent dans une fondation mais je ne donne que même pas 1,5% et dépense 0,5 de frais de fonctionnement !

    En France nous avons notre Xavier nationale et son école « gratuite mais démerdez vous pour vivre » alors que les étudiants passent plus de 12 h jours dans l’école ! Certains passent même 24h ! Et si une inspection sanitaire passait l’école devrait fermer ! ou ne plus avoir d’étudiant incapable d’avoir les moyens de manger, se loger, etc !

    Donc oui il se trame des choses qui vont encore empirer, d’autant plus que du coté numérique les libristes n’ont jamais su êtres une vrai force d’opposition au proprio ! Tellement sectaires à l’image d’extrémistes, comme Arlette Laguiller ou maintenant Jean Luc Mélanchon, ils font quelques par bien plus peur que les monstre commerciaux !

    Il se trame aussi autre chose avec le crowd/sourcing/funding comme la récente affaire Occulus
    Qui connait l’histoire récente de l’imprimante 3D MakerBot qui part du libre, Reprap, elle même issue de brevets monté dans le domaines public au lieu d’inventer, et Makerbot, racheté par je ne sais plus qui lache le libre pour (re) devenir du proprio !
    En passant il ne faut pas oublier que de la Reprap d’origine prévoyait l’impression de carte électronique et la découpe laser. Or le nombre de fork plus d’une centaines en restent tous à la seule impression 3D !

    Bref ! Que faut il pour faire changer les choses ! Un leader ou un commercial ?

    Mais au lieu de parler si vous « faiziez » comme le dit si bien Alexandre jardin qui vient de lancer son mouvement non pas de think tanker mais de Do tanker Les Zébres : http://bleublanczebre.fr/

    Pour rappel ce n’est pas la première fois qu’ici même sur le blog de Philippe Attali, pardon Scoffoni nous proposons de faire, de faire autrement et de venir participer à un autre libre, Équilibré et par une rupture le Web3D++ :
    >> Image https://www.dropbox.com/s/i7ujmfjvlcr61by/MEZA_Synth%C3%A8se_Mail%26WebWeb_920.jpg
    >>PDF https://www.dropbox.com/s/a1kz6yssv6abym0/MEZA_Synth%C3%A8se_UnCoupDOeilWeb.pdf
    Mais visiblement vu le peux de retour les libristes ne sont pas prêt de porter un autre masque que celui d’Arlette ou Jean Luc !

    Alors voyons comment les Zebres vont ou pas Zébrer en Web3D++
    >> https://twitter.com/bonob0h/status/451762406796955648
    >> https://twitter.com/LesFanfanautes/favorites
    qui lui aussi à par exemple un projet de Code ! Mais un projet de code accessible au plus grand nombre,
    >> https://www.dropbox.com/s/1ou50ol9fqry9ls/ProgrammerAutrement.png
    et dans l’esprit de créer, développer etc non pas sous la coupe des monstres du numérique mais dans l’esprit d’une économie associative …

    Ah le Web3D++ n’est pas une fin en soit et sait aussi imaginer des projets dans des domaines qui a la base ne sont pas le Numérique :
    >> https://www.dropbox.com/s/6kdjgiazlm982gb/lAvenirAgricoleEnTransversalites_topo_1.png

    Alors Mesdames et Messieurs libriste !
    Vous comptez attendre que des Zèbres se bougent
    >> https://www.dropbox.com/s/sf85xzs0vdh47nl/MEZA_FicheProjetLesZ%C3%A8brezEnWeb3D%2B%2B.pdf
    avant vous, et vous moquent pour qu’enfin penauds vous raccrochiez aux wagons ?
    Que direz vous au contraire de vous mobiliser dès maintenant pour un autre Libre ?

    @Philippe Après « j’ai pas le temps car j’ai piscine », puis pendant les jeux « il à curling » , va falloir trouver une autre expression 😉

  30. j33 dit :

    Je souris à la lecture des échanges que génère le billet.
    En effet, c’est très révélateur du domaine du Libre. Chacun ajoute son grain de sable, histoire de charger encore plus et au final cela devient tellement lourd que ça n’avance plus…

    Exactement le syndrome d’un manque de tête, non ?

    Je résume, tout le monde est d’accord sur le fond mais ergote sur la forme !

    Alors, votons pour un chef !

    Ensuite, celui-ci élu sera obligé de partir sous la pression d’un pseudo-scandale (monté ou pas) et son remplaçant sera exactement l’opposé du précédent chef charismatique et mènera le projet ailleurs que sous de bons auspices…

    Alors, comment fait-on pour sortir de là ?

  31. Bonob0h dit :

    @j33
    Ais-je parlé de chef ?
    Et si au lieu de chef le libre suivait participait à un modèle différents et des actions concrètes proposées ?
    Bien sur, à priori, la plupart répondront : « désolé mais j’ai trolling »

  32. Cédric dit :

    On n’a pas besoin de sortir de là : le logiciel libre est adopté librement par ses utilisateurs et ses développeurs, il n’y a pas besoin de forcer quoi que ce soit, ni tenter d’attirer qui que ce soit en utilisant des techniques plus ou moins commerciales, ou que sais-je encore.

    Mais bon sang, qui sommes-nous pour oser prétendre ce qui est bon pour autrui ? Si beaucoup choisissent des logiciels privateurs, c’est leur choix.
    S’ils ne connaissent pas les logiciels libres, alors on peut leur faire découvrir et expliquer leur intérêt.

    En tous les cas, on n’a pas besoin de séduire ni besoin de contraindre. On explique, on propose, chacun choisit.

  33. Bonob0h dit :

    Le libre n’est adopté que par ses développeurs et une poignée de passionnés, donc a peine la moitié du marché des postes de travail d’Apple, alors que le grand public cède lui à des sirènes comme : https://twitter.com/bonob0h/status/453848226802982912

  34. Cédric dit :

    Et à ses premiers instants, le libre n’était adopté que par son concepteur. Aucun problème là-dedans.

    Quant aux sirènes, encore une fois, libre à chacun de décider d’y céder et d’en accepter les conséquences.

  35. Philippe dit :

    @MipsTux : Le « gitHub » de Microsoft : https://www.codeplex.com/ : « Microsoft’s free open source project hosting site ». C’est très open au contraire 🙂
    @Bonob0h : Trop de lien tu le lien. Personne ne lira. Déjà quand tu met deux liens…
    @j33 : oui il y a de quoi sourire et il vaut mieux en prendre le parti :-). Il n’y aura jamais de chef du bazar. C’est mécaniquement impossible. C’est pour cela qu’il faut passer par les utilisateurs (les neuneu qui savent pas coder) et les amener à prendre leur responsabilité pour libérer leur informatique en piochant dans le bazar pour répondre à leurs besoins et en payant des développeurs pou finir le travail. Actuellement ce sont des sociétés qui font cela mais dans leur intérêt et pas toujours celui des neuneu qui savent pas coder.
    @Cedric : C’est bizarre ce que tu dis. On dirait que tu n’es pas convaincu que les logiciels libres c’est mieux pour autrui puisque tu n’es pas dérangé par le fait que la majorité fasse le « mauvais » choix. Donc si les gens préfèrent Windows c’est pas grave, cela n’a pas de conséquences ? J’ai vraiment du mal à comprendre… Soyons clair, je ne parle pas d’imposer, de contraindre qui que se soit. Mais le Libre pourrait essayer d’être plus séduisant sans pour autant tomber dans le piège du pot de Yaourt Nabilla.

  36. Bonob0h dit :

    @ Philippe … ben que veux tu ! pour le moment nous n’avons pas Nabila ou https://twitter.com/FrederiqueBel/status/453844825868345344 comme égérie alors il faut informer les libristes à leur manière :p

  37. Cédric dit :

    @Philippe : bien sûr que si ça a des conséquences, mais surtout pour eux ! s’ils choisissent de se priver de liberté pour plus de confort, ça les regarde ! c’est alors leur choix (« mauvais » de mon point de vue, mais par forcément du leur).

    Quant à rendre le Libre séduisant, je pense qu’on entre là dans un biais plutôt malsain entre causes et conséquences. Le but du logiciel libre est de libérer l’utilisateur, pas d’être séduisant. En revanche si d’aventure les développeurs du Libre souhaitaient faire de lui quelque chose de séduisant (en plus d’être libre), alors là il n’y a aucun problème. Mais le cheminement n’est pas du tout le même ! Et les résultats non plus 🙂

    On ne fait pas la guerre à Microsoft, on souhaite libérer les utilisateurs, dont nous-mêmes. C’est fondamentalement différent !

    Pour faire une analogie, ce n’est pas en se disant que « l’on veut gagner » que l’on gagne effectivement une compétition sportive. La victoire n’est que la conséquence du bon jeu, pas d’une volonté de gagner (ça à même tendance à faire l’effet inverse avec la pression que l’on peut s’infliger).

    Bref, ouste ces commerciaux et autres « leaders » : on veut du libre, du bon libre, parce la liberté est la seule chose pour laquelle on se bat. Si d’autres n’ont que faire de travestir leur liberté, je ne les en blâmerais pas 🙂

  38. Philippe dit :

    @Cédric : Et si c’était les utilisateurs qui voulaient rendre le Libre séduisant en payant des développeurs pour le faire, c’est acceptable 🙂 ?

  39. Cédric dit :

    Tout dépend de la raison sous-jacente : si c’est pour faire la guerre, je ne vois pas où ça va nous mener, mais sûrement vers de piètres horizons. Si c’est pour le confort des utilisateurs, go go 😉 !

  40. Christophe dit :

    @philippe, sans discuter de la pertinence ou de la nécessité d’avoir leader, je me demande juste une pareille idée est réalisable. Et je dois bien avouer que je ne vois pas. Des assises internationales du Libre? Vraiment je ne vois pas. Ça me semble complètement fantasque ou farfelu.

  41. Bonob0h dit :

    @ cédric les raisons peuvent être multiples non ?

    @christophe … le leadership peut se faire a travers un projet qui sait être global et transversale ! Mieux qui ne soit pas suiveur mais précurseur tant sur les techno que les usages ! C’est ce qui est proposé à travers les liens de ce commentaire : http://philippe.scoffoni.net/fondation-net-scenario-pire-logiciel-libre-avance/#comment-17511
    que je récapitules ici :

    une rupture le Web3D++ :
    >> Image https://www.dropbox.com/s/i7ujmfjvlcr61by/MEZA_Synth%C3%A8se_Mail%26WebWeb_920.jpg
    >>PDF https://www.dropbox.com/s/a1kz6yssv6abym0/MEZA_Synth%C3%A8se_UnCoupDOeilWeb.pdf
    >> https://www.dropbox.com/s/1ou50ol9fqry9ls/ProgrammerAutrement.png
    et dans l’esprit de créer, développer etc non pas sous la coupe des monstres du numérique mais dans l’esprit d’une économie associative …

    Ah le Web3D++ n’est pas une fin en soit et sait aussi imaginer des projets dans des domaines qui a la base ne sont pas le Numérique :
    >> https://www.dropbox.com/s/6kdjgiazlm982gb/lAvenirAgricoleEnTransversalites_topo_1.png

    Alors Mesdames et Messieurs libriste !
    Vous comptez attendre que des Zèbres se bougent
    >> https://www.dropbox.com/s/sf85xzs0vdh47nl/MEZA_FicheProjetLesZ%C3%A8brezEnWeb3D%2B%2B.pdf

    Prenez la peine de lire merci 😉

  42. Christophe dit :

    Je voulais dire : je me demande juste comment une pareille idée est réalisable…

  43. Bonob0h dit :

    @ Christophe … de quelle idée parle tu ? Si tu parle de MEZA, du Web3D++ et ses projets propres ou ceux tels que proposés aux Zèbres qu’a lancé Alexandre Jardin, c’est réalisable si une bonne poignée de geek ayant des connaissances techniques, mais aussi quelques autres non geek dans des domaines comme la com, le graphisme, le secrétariat, jusqu’a des petites mains pour des petits besoin commencent à participer ensemble pour mettre bien en place les bases. Ensuite la mayonnaise peux mieux prendre par différents canaux de ceux qui vont se raccorder. Exemple avec les Zèbres qui si ça leur plait viendront pour les Zebres et le Web3D++ et alexandre se fera une joie de faire le Zèbre en Web3D++ sur les plateau TV ou il est invité et bon client 😉 A peine le mouvement lancé qq jours avant le premier tour des municipales il a eu plusieurs ITW a propos des Zèbres et hop les gens on commencé à se précipiter … et après les deux tours ça continue … maintenant il faut aussi d’autres mouvements plus ou moins rassembleurs … Nous avons par exemple des propositions pour les Députés et l’Assemblée Nationale ! Image que partie des députés commencent par eux même a reconstituer l’AN et leurs permanences … qui par capilarité peuvent s’étendre du carrefour d’a coté au quartier, etc …
    Etc etc etc
    En faizant et avec la participation du grand public … les choses se développent et peuvent prendre de l’ampleur … donc apporter autant les moyens humains que financiers … Qui dit moyens dit plus de dev, et ainsi de suite …
    Y a pas de Miracle … parler dans le désert comme les think tank ne fait pas avancer grand chose et rapidement … en Faisant … oui ça avance … et chez nous on peux faire tout autant participer des enfants de maternelle primaire jusqu’au plus agés dans les maisons de retraite qui s’emmerdent devant la TV 😉