StatusNet, parce qu’il ne suffit pas de faire des logiciels décentralisés pour décentraliser

closeCet article a été publié il y a 9 ans 8 mois 4 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Il existe des logiciels parfois anciens et qui ont été conçus pour permettre une décentralisation des données et des traitements. Pourtant, on constate que c’est insuffisant pour que dans les faits elle se mette en place.

StatusNet, il était une fois un logiciel de micro-blogging décentralisé

J’ai découvert le site web identi.ca de micro-bloging et son logiciel qui le motorise StatusNet il y a maintenant 2 ans, 8 mois et 16 jours. A l’époque il s’appelait d’ailleurs Laconica, un nom un peu moins parlant que l’actuel. Il reprenait les fonctionnalités d’un Twitter dans un logiciel libre. Mais surtout il intégrait dans ses objectifs la possibilité de fonctionner de façon décentralisée.

Un objectif qui prit concrètement forme avec la version 0.9 du logiciel sortie en mars 2010. Elle inclut notamment le support du nouveau standard OStatus, basé sur PubSubHubbub, Salmon, Webfinger, et Activity Streams. Un petit rappel dans cet article du rôle de ses protocoles dans Ostatus.

C’est cette version qui me poussa à franchir le pas et à décentraliser « pour de vrai » en installant ma propre instance. Une expérience qui ne fut pas sans douleur et montra quelques limites du système qui à ce jour doivent d’ailleurs encore exister.

On peut décentraliser, mais le veut-on ?

Dans les faits, peu ont franchi l’étape qui consistait à quitter identi.ca pour installer leur propre instance. A cela plusieurs raisons :

  • Il fallait disposer d’un hébergement pour installer le logiciel et donc des compétences techniques (pourtant dans la communauté du logiciel libre ce n’est pas ce qui manque)
  • Pas d’offres clé en main visibles sauf celle de StatusNet (la société) mais qui ne connut pas un grand succès et fut arrêtée jusqu’à nouvel ordre… Pourtant, un français s’était lancé sur le créneau proposant même de reverser une petite partie de ses revenus à Framasoft. Hélas il ne fut pas trop aidé…

Il y a bien quelques « gros institutionnels » comme Mozilla qui ont déployé leur instance et la liste fournie sur le Wiki de StatusNet n’est pas vide, mais cela me semble loin de ce qu’il aurait été possible de faire.

Quant à toucher le grand public, on est très loin du compte. Je me souviens de l’époque où l’initiative pour un #bigswitch pour faire basculer les utilisateurs de Twitter sur identi.ca avait été lancée pour de bien maigres résultats.

Je suis tout aussi à blâmer que d’autres, je me contente d’utiliser un protocole comme XMPP en utilisant les serveurs de Jabber.org au lieu d’installer mon propre serveur. Les freins sont les mêmes que pour Statusnet bien qu’il semble exister dans le cas présent des solutions simples à mettre en oeuvre. Mais pour être honnête pour l’instant je ne veux pas prendre ce temps aussi minime soit-il…

Des solutions « In the box »

Il me semble que la réponse à ce problème passera par des solutions toutes faites. Une boîte que je branche sur une prise électrique d’un côté et sur ma box ADSL de l’autre. Une simplicité que je réclame même si je suis conscient que trop de facilité tue notre capacité à apprendre et créer…

Il y a des projets dans ce sens, la FreedomBox d’Eben Moglen. D’ailleurs dans l’interview de James Vasile que l’on voit sur le site de la fondation qui soutient le projet, il cite notamment StatusNet comme pouvant être hébergé sur la FreedomBox.

Plus proche de nous il y a encore l’équipe de BeedBox qui continue de travailler sur sa solution d’auto-hébergement. Je passe aussi sur les solutions plus ou moins ouvertes que l’on trouve déjà sur le marché du SheevaPlug au TonidoPlug et j’en oublie sûrement.

Mais force est de constater qu’aucune solution n’a à ce jour percé. Il manque probablement encore « la bonne raison » (elle ne manque pourtant pas) qui donnera envie à la grande majorité de mettre en oeuvre ce type de dispositif.

A moins que la décentralisation totale ne soit qu’une illusion de Geek et nous continuerons de vivre dans un mixte de décentralisation et d’inévitables silos à données. Concernant identi.ca pour l’instant StatusNet ne fait rien des données. Mais c’est une entreprise et qui sait demain ce qu’un changement d’actionnariat peut provoquer… Mais au moins aurons-nous une porte de sortie.

Illustration de l’ami pydubreucq en provenance d’OpenClipart

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

17 réponses

  1. p4tr1ck dit :

    manque surtout de la vitesse en upload pour la plupart des gens ,ce qui freine l autohebergement ,au lieu de vouloir du 100M pour tous en adsl ,du 8 à 10 en sdsl serais plus judicieux ( moins rentable pour faire du minitel certe …) et permettrai à la france d avoir un vrai internet.Comme on a pu le voir hier du centralisé (blackberry et son mail ) à de grosse limite (en plus du danger que ça représente ).

  2. frinux dit :

    Il manque encore trop de choses pour que cela perce :
    – au niveau technique, des serveurs tout en un faciles et rapides à installer, pré-configurés et avec des services de qualité
    – au niveau architecture, une bonne bande passante pour que chacun puisse s’auto-héberger dans de bonnes conditions
    – au niveau économique, des serveurs peu chers et fiables (qui voudrait payer pour un service qui est actuellement gratuit ?)
    – au niveau culturel surtout : que tout le monde comprenne que c’est un besoin pour la liberté de tous (mais j’ai peur que cela doive passer d’abord par des grosses attaques répétées sur les géants du web social)
    – l’émergence d’un standard du social qui permette aux logiciels de s’inter-connecter (la multiplication des réseaux sociaux commence à en énerver plus d’un…)

    Même si tous ces points avancent, c’est le culturel qui résistera le plus je pense…

  3. franek dit :

    Une solution à l’auto-hébergement d’un statusnet ou équivalent pourrait peut-être être en France l’hébergement sur les box des FAI (genre sur les freebox V6) mais j’imagine que quelqu’un l’a déjà soufflé à l’oreille de Xavier 😉

  4. Bernard dit :

    commentaire non technique

    trop de facilité tue notre capacité à apprendre et créer

    là je dis, on rejoint les Todd et les Lordon
    j’éxagère mais ce n’est pas de l’ironie

    Pour être plus sérieux, compte tenue de la masse d’outils divers, logiciels et matériels, qui nous occupent et nous servent dans notre quotidien, le temps nous est compté.
    Et je ne parle pas que d’informatique !
    Le temps d’appropriation et de mise en oeuvre doit être proportionnel au désir qui nous meut

  5. Philippe dit :

    @Bernard : Tu m’expliqueras pour Todd et Lordon, petit manque culturel de ma part 🙂 . Sinon c’est pour cela que je dis souvent que les logiciels (mais ça peut s’appliquer à tout) doivent être « facile à apprendre » pour gagner du temps dans leur appropriation par opposition à « facile à utiliser » 🙂 . J’ai un vieil article en brouillon sur la simplicité qu’il faut que je finisse un jour pour éclaircir cette notion de facile à apprendre. Il y a très peu de logiciel facile à apprendre car on met toujours l’accent sur la simplicité d’utilisation genre « Cochez la case pour accepter, suivant, suivant, suivant, Terminer ». Simple, mais…

    Sinon je ne pensais pas spécifiquement et uniquement à l’auto-hebergement, il y a de la place aussi pour l’hébergement mutualisé qui permet lui aussi dans une certaine mesure de décentralisé…

  6. frinux dit :

    @Philippe : Effectivement, utiliser un hébergement mutualisé ou dédié permet déjà de s’affranchir des difficultés techniques liées ) l’architecture système, et du problème de bande passante.

  7. Pierre-Yves dit :

    Salut,
    Content de voir que mon image soit utilisée 🙂
    Bonne journée

  8. Galuel dit :

    C’est un vrai sujet !Pour y avoir réfléchi je pense que ce qui permettrait en grande partie à ce type de solutions de se déployer vraiment en mode décentralisé (et je mets Diaspora dedans au même titre) serait que les hébergeurs mutualisés, qui sont la plus grosse part de l’autonomie serveur (gérer son propre serveur prend beaucoup de temps et le rapport désir / temps est trop faible et je rejoints Bernard sur ce point), proposent l’installation automatisée de tels logiciels.

    Ils proposent souvent déjà WordPress, Joomla, et beaucoup d’autres logiciels libres qui nécessitent d’être ainsi en mode « toujours accessibles ».Car c’est bien le point ! Pour que ça fonctionne il faut que ce soit « toujours accessible ».

    Ce qu’en effet ne permet pas un simple logiciel à la maison où l’on éteint la machine…Donc on pourrait réduire le facteur temps en proposant ces solutions dans les modes mutualisés !

    Voilà un créneau concurrentiel qui a de l’avenir 😉

  9. Galuel dit :

    J’ai beau sauter des lignes… mes commentaires ici sont toujours et encore en mode gros tas… Balises ou sauts de lignes, j’y arrive pas décidément…

  10. Bernard dit :

    @Philippe

    Je digresse de plus en plus
    Pour Emmanuel Todd
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Todd
    et Frédéric Lordon
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Lordon

    On peut les voir débattre régulièrement sur le site (payant) Arrêt sur Image
    http://www.arretsurimages.net/

    Je les considère avoir une certaine hauteur de vue, tout en étant bien dans le monde réel
    comme ta citation qui nous a vraiment beaucoup plus (je l’ai diffusée)

  11. Philippe dit :

    @Galuel Il faut vraiment laisser une ligne blanche donc en fait deux retours chariots. J’ai éclairci ton précédent commentaire 🙂 .

    D’ailleurs (et c’est dans les branches de projets en cours) on pourrait imaginer un mixte entre auto-hébergement et mutualisé avec un box qui se réplique de chez toi vers un mutualisé, assurant ainsi sauvegarde, permanence et disponibilité. L’un remplaçant l’autre en cas d’absence. Comme ça quand je pars en vacance, je peux éteindre l’électricité à la maison mais toujours avoir accès à mon « petit monde » ou si le mutualisé flanche, je peux palier avec l’auto-hébergé même si en mode dégradé….

  12. Bonob0h dit :

    Il faut juste un élément déclencheur … qui permette la rupture … en ayant encore mieux que ce qui existe tout en prenant en compte le meilleur de l’existant …

    Quel élément déclencheur !!??? un web 3.zero ! tsss voyons ça c’est une évolution … sans rupture …

    Alors … quoi !

    Mais c’est bien sur ! de la 2D à la 3D …

    Le souci
    … Alors qu’on a tout sous nos pieds … toutes les technos sont dispo … même l’air de rien la bande passante
    C’EST
    « Quand vous ferez quelque chose souvenez-vous que vous aurez contre vous :


    … »

  13. Bonob0h dit :

    Le pire … pour la 3D façon le lien c’est que c’est qu’un peux comme le marketing … les Michutilisateurs de 3 à plus de 77 ans ont tout compris, sont partant … mais que manquent ceux, les « techniciens », qui peuvent mettre en place les bases techniques, contenus et usages …

    On les attend 😉 et pas que pour ça … pour un EquiLibre 😉 et notamment décentralisé … mais pas bordélique 😉

    Il serait donc temps de ce bouger … c’est en plus un des meilleurs remède anti-crise, au sens d’en même temps couillonner ceux qui l’ont créée !

  14. Smat dit :

    Pour l’association dont je fais parti j’ai tenté d’installer StatusNet. sur un service mutualisé 1and1. Ca rame, c’est lent, et très peu configurable car pas d’accès au serveur. Dés qu’il faut optimiser et « jouer » avec StatusNet c’est en ligne de commande php.

    En fait c’et aussi un moeyn pour l’équipe de StatusNet de filtrer en partie l’adoption du produit et de permettre de renforcer leurs services avec la valeur ajoutée. Je peux comprendre. Mais c’est contreproductif pour une adoption masive et efficace par beaucoup.

    Plein d’hébergement avec StatusNet et d’adoption par des associations seraient je pense, plus profitable pour StatusNet et la propagation de son protocole OStatus..

    C’est dommage. Le coup des serveurs dédiés est trop cher, et je ne compte pas garder cette installation d’instance pour l’association, pourtant cça a été plutôt bien perçu par les adhérents, surtout les plus jeunes et dynamique.

    J’adore StatusNet et le projet, vraiment prométeur !!! J’espère qu’il va s’améliorer. C’est vrai qu’une installation en un clic via l’interface de Free ne serait pas pour me déplaire !

  15. Bonob0h dit :

    @ smat … attention aux procès d’intention 😉 ce n’est pas parcequ’il faut avoir accès au serveur en ligne de commande que c’est obligatoirement une volonté de filtrer, imposer de passer par le service hébergé … avant d’affirmer il faut se renseigner 😉

    N’oublie pas qu’un des gros souci du libre c’est avant tout la dictacodure … qui fait que les devellopeurs veulent que les utilisateurs deviennent des mécano … et ne pensent pas aux utilisateurs lambda …

    Par ailleurs pour une asso … un simple hebergement est il vraiment productif ? C’est vrai que les simples hébergements devraient être eux mieux foutus que de devoir forcément prendre un dédié … qui n’est pas forcément si cher … on trouve des serveurs dédiés à 15 € / mois alors que des hébergements mutualisés sont de 1 à 12 € mois ! Mais avoir un serveur permet plein d’autre choses … l’archivage des données, installations de multiples outils collaboratifs, etc …
    Je t’accorde qu’il faudrait que la aussi ce soit plus simple !
    Mais la encore il y a encore du chemin a faire … encore faudrait il que les asso se bougent elles aussi quand certains proposent de s’y prendre autrement pour faire un EquiLibre … le souci … c’est que les asso elles même ne se mobilisent pas …

  1. 13 octobre 2011

    […] StatusNet, parce qu’il ne suffit pas de faire des logiciels décentralisés pour … Il existe des logiciels parfois anciens et qui ont été conçus pour permettre une décentralisation des données et des traitements. Source: philippe.scoffoni.net […]

  2. 17 octobre 2011

    […] est sous license Creative Commons BY. Vous pouvez également le consulter à la source  > http://philippe.scoffoni.net/statusnet-logiciels-decentraliser. Bonne Lecture […]