Premier devcamp Dolibarr

closeCet article a été publié il y a 4 ans 6 mois , il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

devcamp DolibarrPetit retour rapide sur mon premier devcamp Dolibarr. Celui-ci a eu lieu le week-end du 10 décembre à Valence. Son organisation a été assurée par l’actuel président de l’association Dolibarr Maxime Kohlhaas et l’équipe d’ATM Consulting.

Tout d’abord, il s’agissait de mon premier devcamp tout court. J’avoue que les réunions de développeurs ne sont a priori pas ma tasse de thé. Discuter de la poésie que renferme une ligne de code n’est pas forcément un sujet qui me passionne 🙂

Pourtant j’ai été et par la force des choses je redeviens à nouveau un développeur. La reprise n’est pas simple pour moi. Mon passé de développeur remonte à plus de 10/15 ans maintenant. C’est là que le poids des ans vous assaille… A l’époque je travaillais sur des applications clients/serveurs écrites avec Borland Delphi 7. Une version que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

La transition d’un mode de développement client/serveur à du PHP pour des applications web est un pas à franchir. Certes pas immense, mais cela impose de découvrir pas mal de choses et un fonctionnement asynchrone auquel je n’étais pas habitué. Ce sont d’autres structures de programmes, d’autres façons d’envisager l’écriture d’une application informatique.

Ajoutez à cela la découverte des entrailles d’un ERP/CRM comme Dolibarr, la marche commence a être haute. Mais le bilan est à ce jour positif.

J’ai réussi à maîtriser dans les grandes lignes le fonctionnement d’un outil comme git. J’ai réussi à faire des Pull Request acceptées aussi modestes soit-elles sur le projet Dolibarr. J’arrive à coder des modifications plutôt conséquentes sur des modèles d’impression ou des extractions, bref je m’en sors pas trop mal. De là, à dire que je suis un virtuose du PHP, il y a de la marge et ce n’est pas vraiment mon objectif premier. Quand cela devient trop compliqué ou long à réaliser, je sous-traite.

Revenons-en au sujet premier, le devcamp Dolibarr. Il y a eu une grosse douzaine de participants avec un seul participant non français qui nous venait d’Espagne. Sans surprise, toutes les personnes présentes sont des professionnels dont l’informatique est le métier. Pas de contributeur « pour le plaisir ».

Ambiance détendue, Laurent Destailleur, chef du projet Dolibarr nous fait quelques présentations dont une sur les nouveautés de la prochaine version de Dolibarr qui devrait sortir en début d’année. Une mention spéciale avec la nouvelle API REST de Dolibarr, dont la rapide démonstration nous a permis d’envisager pas mal de possibilités. Elle va permettre de facilement faire interagir des sites web ou des applications externes avec Dolibarr.

Arrive le moment où est lancé la debug party de la version 5 essentiellement accès sur le module de comptabilité avancé et le multidevise. Je participe à hauteur de mes moyens et arrive même à pousser une correction et fermer une ou deux « issues ». Au passage j’ai pu apprendre plusieurs petites choses. La connaissance se partage sans contrainte et naturellement. L’esprit « libre » est bien présent.

Ce devcamp est aussi l’occasion d’échanger sur les évolutions futures de Dolibarr qu’elles soient techniques ou fonctionnelles. Celles-ci sont regroupées autour d’une dizaine d’items marqués en « priorité haute ». Il s’agit de fonctionnalités encore manquantes à ce jour et qui permettraient à Dolibarr de se hisser au niveau de ces concurrents. Évidemment certaines des fonctionnalités sont déjà existantes sous forme de modules complémentaires. L’objectif est ici d’en faire des modules standards de Dolibarr.

En résumé, un week-end très sympa qui a permis de faire connaissance « en vrai » avec certaines personnes que l’on ne croise que virtuellement par email ou sur Github. Quant à l’avenir de Dolibarr, je dirais qu’il est au beau fixe. Les demandes pour ce logiciel sont en constante hausse. En ce qui me concerne, c’est encore plus vrai depuis septembre et l’octroi par l’association du statut de Dolibarr Prefered Partner à ma société.

Pour aller plus loin avec Dolibarr

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

4 réponses

  1. Phipe dit :

    Yeah, alors moi je dis…
    Merci Philippe de t’investir dans Dolibarr toi z’aussi !
    Mmoi je fais ce que je peux, d’abord je l’utilise professionnelelment pour mon activité, ensuite j’ai acheté ton bouquin, celui de Dolibarr et je viens de « me payer » un plugin (ExtraODT) parce que je ne sais/peux pas mettre les mains dans le cambouis….
    Je n’ai pas activité le module compta, je suis de ceux qui commencent petit…

  2. @Phipe : Pour ce qui est du bouquin Dolibarr ce n’est pas moi qui l’ait écrit mais Romain Deschamps. Si on parle bien de celui-ci http://www.d-booker.fr/dolibarr/283-dolibarr-pour-societes-de-services-et-consultants.html
    Mais j’avais aussi fait un bon chapitre sur ce dernier dans mon guide.

  3. Bonob0h dit :

    @philippe … a noël tu te laisse pousser la barbe ? et la laisse pousser encore en 2017 🙂

  4. Non? Pas le droit sous peine de représailles de ma moitié 🙂