Outlook et les serveurs de messageries collaboratives open source, peine perdue ?

closeCet article a été publié il y a 7 ans 6 mois 9 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

outlook-logoMicrosoft Outlook est sur le poste de travail de l’utilisateur, un verrou important à la migration vers les logiciels libres. Un verrou à la fois technique, marketing et psychologique. Outlook, c’est un peu la messagerie doudou, celle que l’on ne peut se résoudre à jeter. Objectivement, si l’on se place dans le contexte d’une utilisation professionnelle de la messagerie, des fonctions d’agenda et de contacts, il n’y a pas grand-chose à lui reprocher. Encore moins lorsqu’Outlook est adossé à un serveur Microsoft Exchange et prend une dimension collaborative. Le combo Outlook pour le poste de travail, Outlook Web Access pour un accès nomade depuis un navigateur web et la synchronisation via ActiveSync avec les smartphones est particulièrement efficace.

Restons dans le cas d’un usage couplé d’Outlook et de Microsoft Exchange. Une récente demande de la part d’un prospect était la mise en place d’un serveur de messagerie collaborative open source couplé à Outlook pour le poste de travail. J’ai bien sûr demandé si le remplacement d’Outlook était envisageable. Le prospect n’a pas dit non, mais il souhaitait connaître l’impact pour ses employés, et si la solution alternative serait facile à adopter. Car ses employés, il ne souhaite pas les perturber avec trop de changement dans les outils informatiques qu’ils utilisent. L’ajout d’une fonction d’agenda partagé lui semblait un beau challenge.

J’ai refait un petit tour des logiciels de messagerie collaborative open source du marché pour voir où elles en étaient sur le couplage avec Outlook. Je me souviens par le passé avoir déjà souffert sur des projets de migration avec la mise en œuvre d’extensions destinées à permettre la synchronisation des agendas et des contacts.

Voici ce que j’ai pu trouver à ce jour pour les principales messageries collaboratives open source.

Bluemind propose un connecteur Outlook pour les clients disposant de la souscription professionnelle. Une fois installé, il permet d’utiliser l’agenda et les contacts de façon synchronisée avec le serveur BlueMind. Pour les emails, c’est le protocole IMAP qui assure la synchronisation.

Kolab propose plusieurs solutions selon la version d’Outlook. Tout d’abord pour les emails c’est là aussi le protocole IMAP qui est proposé. Pour les agendas et contacts, plusieurs solutions s’offrent à vous. Si vous disposez d’Outlook 2013, il est possible d’utiliser le protocole ActiveSync. Sinon, il existe un connecteur payant OutlookDAV utilisant les protocoles CalDAV et CardDAV. Un autre connecteur également payant est celui de la société Bynari.

OBM-Groupware propose OBM-Sync. Il s’agit d’un connecteur permettant de synchroniser les agendas, contacts et tâches. Les emails seront synchronisés en IMAP.

SOGo fournit un support natif de Microsoft Outlook grâce à l’utilisation du projet OpenChange développé par la société Inverse (la même que celle qui développe SOGo). Cependant si l’on prend la peine de lire la documentation, des limitations apparaissent dans le support de certaines fonctionnalités et ce ne sont pas des « détails ». Par exemple, les catégories ou les listes de diffusions des contacts ne fonctionnent pas. Le groupware proposant également les protocoles CardDAV et CalDAV, il est envisageable d’utiliser, le protocole IMAP et le connecteur payant OutlookDAV comme pour Kolab.

Zarafa propose un connecteur dans le cadre de la souscription, dont l’arrêt de la maintenance semble programmé pour mai 2016. À partir de cette date, c’est le module Z-Push qui fournit le support du protocole ActiveSync qui prendra le relais. Il est également possible de passer par les protocoles IMAP et CalDAV. Par contre, le protocole CardDAV n’est pas supporté en standard.

Zimbra propose également un connecteur Zimbra Collaboration Suite Connector for Outlook. Il gère la synchronisation des emails, agendas et contacts. À noter qu’il n’est disponible que dans l’édition professionnelle (donc payante). Si vous utilisez la version open source, il faudra mettre en œuvre les protocoles IMAP, CalDAV et CardDAV.

Il se peut que des imprécisions ou inexactitudes se soient glissées dans cette revue. N’hésitez pas à compléter/corriger en commentaire.

Premier constat : si vous voulez continuer d’utiliser Outlook, il vous faudra payer. Ceci ne représente pas forcément un surcoût selon les outils, dans la mesure où, pour une entreprise, prendre un contrat de souscription pour disposer d’un support (et donc des connecteurs) est une pratique courante, voir, fortement recommandée.

Cependant, la question de la fiabilité de ces connecteurs introduit toujours un doute dans l’esprit du futur utilisateur. Un doute qu’il n’est pas facile de lever. Les retours d’expérience ne sont pas légion sur le web et il faut souvent se contenter de l’affirmation de l’intégrateur ou de l’éditeur.

À titre personnel, je reste méfiant et je préfère tenir un discours assez clair à mes prospects et clients. Si vous voulez utiliser Outlook, sachez que cela implique un coût pour une couverture fonctionnelle qui ne sera pas 100 % de celle du couple Outlook plus Exchange. Attendez-vous à de possibles désagréments. De plus, je trouve qu’Outlook lorsqu’il fonctionne avec le protocole IMAP perd en ergonomie et peut également dérouter l’utilisateur habitué à un fonctionnement avec le protocole POP3 par exemple ou Exchange.

Passé cet avertissement, je reste convaincu que l’utilisation d’une messagerie collaborative open source implique de renoncer à Outlook. Il faut basculer à Thunderbird et son extension d’agenda Lightning avec la mise en œuvre de protocoles standards et ouverts comme IMAP, CalDAV et CardDAV.

Une autre approche possible est de n’utiliser que les clients web qui ont fortement progressé en terme d’ergonomie. Certains clients web comme celui de BlueMind fonctionnent également en mode déconnecté. Le smartphone ou la tablette jouent alors le rôle de complément lorsque l’on est en mode déconnecté. Une autre alternative pour le poste de travail est la version Windows de Kontact sur laquelle je vous ferais un retour prochainement.

Le saviez-vous ?

Le protocole CalDAV offre une synchronisation bidirectionnelle des rendez-vous d’un agenda ou des tâches associées. À noter que la gestion des disponibilités pour l’organisation des rendez-vous ne fait pas partie des fonctionnalités de ce protocole. Pour obtenir cette fonctionnalité, il faut mettre en œuvre des mécanismes complémentaires pour accéder aux disponibilités des personnes que vous souhaitez inviter. L’accès à leur calendrier au format iCalendar est une solution par exemple, mais sa mise en œuvre concrète peut poser pas mal de difficultés.

Le protocole CardDAV offre une synchronisation bidirectionnelle des contacts d’un carnet d’adresses.

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

16 réponses

  1. go dit :

    Bonjour,

    Avez vous regardé Zentyal ?

  2. Fred dit :

    Je suis passé d’un Thunderbird / Postfix + OpenXchange à Outlook / Exchange. On a fait la migration en 2 temps, d’abord le client, puis le serveur.

    A l’usage, Outlook en IMAP dans cette configuration était significativement plus lent que Thunderbird et franchement pas agréable du tout (1 ou 2 secondes de délai pour supprimer un mail). J’adhère à l’idée qu’Outlook n’est réellement pertinent qu’avec Exchange et, effectivement, ça tourne très bien dans ce cas.

    Même si ça fait peur à l’utilisateur, j’aime bien l’idée de fonctionner avec webmail uniquement. Tant qu’il y retrouve les agendas partagés des collègues, son carnet d’adresses et une synchro performante avec son smartphone, il peut s’en sortir. Et ça va dans le sens de ne plus faire dépendre l’usage d’un outil du poste de travail.

    J’aurai tendance à penser que Zimbra & Blue Mind sont les deux plus au point sur ces questions (modulo les soucis juridiques de Blue Mind qui peuvent, eux aussi, stresser la future entreprise utilisatrice)

  3. ekimia dit :

    Openchange n est pas développé par sogo, mais plutôt par zentyal depuis que Julien kerihuel en est devenu le cto.

    C’est est à mon avis la meilleure solution pour rester sur Outlook, et l extension sogo pour TB permet des fonctionnalités équivalentes.

  4. @go : ha ben non 🙂 Je ne le connaissais pas encore celui-là. Je vais regarder. A première vu ça fait une bonne solution pour remplacer un combo Windows Server / Exchange en entreprise. Je vois des packages pour Ubuntu 14.04, ça me semble jouable en test 🙂
    @Ekimia : ok

  5. mildis dit :

    Avez-vous regardé Kerio Connect ?

  6. Pi3R1k dit :

    L’interface du webmail zentyal est un sogo avec un thème flat. L’avantage par rapport à SOGo est que la version de openchange est plus récente.
    Reste donc a voir si les limitations annoncé dans la doc de SOGo ne se retrouvent pas dans zentyal.

  7. Les grands groupes font des économies en se passant de Microsoft. C’est par exemple le cas d’Air Liquide qui bascule progressivement ses 50 000 utilisateurs dans le monde vers Google Apps for Work.

  8. fr dit :

    Bonjour,
    Merci pour l’article. Qu’en est-il des alternatives à outlook pour se connecter à un serveur exchange (sans support IMAP) ?
    Mis à part davmail (http://davmail.sourceforge.net/) et exQuilla (https://exquilla.zendesk.com/entries/25235368-Licensing-Overview), j’ai trouvé peu de solutions pertinentes.
    J’ai utilisé davmail pendant 6 mois. Cela marchait globalement bien. Il avait quelques difficultés à gérer les gros répertoires ou les mails avec de grosses pièces jointes et se mélangeaient parfois un peu les pinceaux dans la gestion des rendez-vous.

  9. Bonjour, quelques précisions et compléments (je précise je suis de BlueMind) :
    – Utiliser Outlook 2013 via ActiveSync n’est pas une alternative car n’est valable que pour une utilisation personnelle (pas de partages,..) donc non collaborative.
    – « si vous voulez continuer d’utiliser Outlook, il vous faudra payer ». Ne pas oublier que Outlook est payant et sera de plus en plus dur (ou cher) à obtenir hors utilisation avec Office365. Microsoft augmente ses prix en On-premise et décourage les partenaires sur la vente d’Office en On-premise.
    – Oui Outlook marche mieux en natif avec Exchange (MAPI pur) qu’en IMAP et ceci avec tout connecteur. Un connecteur doit prendre en charge la synchronisation des contacts et agenda mais pas que, car beaucoup de fonctionnalités ne sont pas disponibles avec Outlook en IMAP. Ex : gestion du répondeur, gestion des partages et droits,..
    – Zentyal intègre SoGo et son connecteur OpenChange. La partie OpenChange n’est pas terminée ni prete pour de la production (nous travaillons avec eux)
    – « Il faut basculer à Thunderbird et son extension d’agenda Lightning ». Si Thunderbird peut convenir pour la partie mail (pas dans tous les cas, selon le niveau d’addiction à Outlook), l’expérience Lightning est catastrophique en entreprise. A BlueMind nous avons fait le choix de remplacer lightning par notre agenda et le résultat est direct : l’utilisateur apprécie (performances, couleurs, ihm identique qu’en web, fonctionnalités : ressources, tags, vues sauvegardées..) et Thunderbird redevient une alternative crédible.
    – vous pouvez utiliser la solution sans stress 😉
    Cordialement

  10. Merci Pierre pour ces précisions. Sur l’agenda de Thundebird, je ne suis pas tout à fait d’accord avec tes conclusions 🙂 . Mais nous ne parlons probablement pas des mêmes entreprises. Chez mes tout petits clients, il n’y au aucun soucis y compris avec du CalDav sur un Owncloud ou autre Baikal. Après, je suis d’accord le niveau de fonctionnalité n’est pas le même, mais le prix non plus :-p
    Pour Zentyal, j’ai rencontré quelqu’un aujourd’hui qui en déploie, qui plus est sur la version « développement », et qui m’a dit le contraire concernant Openchange, va savoir 🙂
    En cours de test chez moi en tout cas…

  11. Oui Philippe, ce n’est pas la même chose pour les tous petits clients ou TPE. Mais en général, cette catégorie n’a pas un serveur Exchange (pour 5 personnes ?) et je parlais effectivement pour les organisations PME / ETI / collectivités de 100 à plusieurs milliers de comptes.
    Pour OpenChange, la version intégrée dans Zentyal est spécifique à Sogo. On aura l’occasion de discuter plus en détail des orientations / impacts techniques et autres.

  12. @Pierre : cette catégorie n’a pas un serveur Exchange Et heureusement 🙂 ! Par contre ils ont déjà la piqûre Doudou Outlook et le besoin de fonctions d’agendas et contacts partagés. Donc autant leur éviter de partir sur de l’Office365 ou autre Exchange Hosted. L’autre position plus dogmatique est de leur dire de ne plus utiliser Outlook, ce qui serait bien plus souhaitable évidement. Mais personnellement je préfère les « capter » et pourvoir agir dans la durée. Sinon ils sont « perdus » 🙂
    Pour OpenChange, je ne suis pas « compétent » pour discuter du niveau de fiabilité de l’outil. J’aurais tendance à fonctionner en mode « Saint Thomas » 🙂 Après j’ai bien compris qu’il y a différents backends à développer pour chaque groupware et que le niveau de finition peut forcément différer… OpenChange pour BlueMind sera une très bonne chose en tout état de cause et que l’on aime Outlook ou pas 😉

  1. 22 juin 2015

    […] Un point sur la compatibilité des logiciels open source de messagerie collaborative avec Microsoft Outlook.  […]

  2. 22 juin 2015

    […] Microsoft Outlook est sur le poste de travail de l’utilisateur, un verrou important à la migration vers les logiciels libres. Un verrou à la fois technique, marketing et psychologique. Outlook, c’est un peu la messagerie doudou, celle que l’on ne peut se résoudre à jeter…  […]

  3. 22 juin 2015

    […] Microsoft Outlook est sur le poste de travail de l’utilisateur, un verrou important à la migration vers les logiciels libres. Un verrou à la fois technique, marketing et psychologique. Outlook, c’est un peu la messagerie doudou, celle que l’on ne peut se résoudre à jeter. Objectivement, si l’on se place dans le contexte d’une utilisation professionnelle de la messagerie, des fonctions d’agenda et de contacts, il n’y a pas grand-chose à lui reprocher. Encore moins lorsqu’Outlook est adossé à un serveur Microsoft Exchange et prend une dimension collaborative. Le combo Outlook pour le poste de travail, Outlook Web Access pour un accès nomade depuis un navigateur web et la synchronisation via ActiveSync avec les smartphones est particulièrement efficace. Restons dans le cas d’un usage couplé d’Outlook et de Microsoft Exchange. Une récente demande de la part d’un prospect était la mise en place d’un serveur de messagerie collaborative open source couplé à Outlook pour le poste de travail.  […]

  4. 24 juin 2015

    […] Microsoft Outlook est sur le poste de travail de l’utilisateur, un verrou important à la migration vers les logiciels libres. Un verrou à la fois technique, marketing et psychologique. Outlook, c’est un peu la messagerie doudou, celle que l’on ne peut se résoudre à jeter. Objectivement, si l’on se place dans le contexte d’une utilisation professionnelle de la messagerie, des fonctions d’agenda et de contacts, il n’y a pas grand-chose à lui reprocher. Encore moins lorsqu’Outlook est adossé à un s  […]