Ocarinabuntüs : une distribution GNU/Linux thématique par Emmaüs

closeCet article a été publié il y a 9 ans 9 mois 5 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Patrick nous présente l’histoire d’Ocarinabuntüs, une distribution GNU/Linux basée sur Ubuntu. Elle a été développée pour la recherche et l’enseignement en sciences humaines et sociales (SHS) et d’autres associations.

Cette histoire qui va vous être comptée aurait dû s’intituler Histoire de rencontres au pluriel. Des rencontres nombreuses qui de fil en aiguille ont conduit à la naissance de nouvelles distributions GNU / Linux : Emmabuntüs, Lemmabuntüs et Ocarinabuntüs. Ce texte est aussi un appel à l’action. J’aurais l’occasion de vous reparler de ces distributions de façon plus approfondie dans un prochain article.

Patrick c’est aussi une de ces rencontres qui vous font éprouver le phénomène du Petit Monde car en 1989, nous aurions déjà pu nous rencontrer sur les bancs de l’université.

Pour rebondir sur le commentaire de Ghis, on peut se demander si le concept de déclinaison thématique présenté ici avec Ocarinabuntüs n’est pas un bon point de départ pour montrer que les distributions GNU/Linux sont aussi faites et pensées pour les utilisateurs. Au-delà de l’assemblage de composants, elles peuvent aussi inclure un contenu adapté à un usage pour prendre l’utilisateur par la main et lui donner envie d’aller plus loin.

A votre avis ?

Pensez-vous que les distributions GNU/Linux mêlant sélection de programmes et contenus adaptés à une cible d'utilisateur soient une piste intéressante pour améliorer leur diffusion ?

  • Oui (54%, 22 Votes)
  • Non, cela va rendre plus difficile le choix d'une distribution en augmentant leur nombre (29%, 12 Votes)
  • Non, le contenu est déjà rassemblé par des portails web, le système d'exploitation n'a pas d'importance (17%, 7 Votes)
  • Sans avis (0%, 0 Votes)

Nombre de votes: 41

Loading ... Loading ...

Laissez aussi vos avis en commentaire.

Ocarinabuntüs : l’Histoire d’une rencontre

Texte signé par David, François, Gérard, Hervé, Alexis Marise, Morgan, Mourad, Patrick, Créateurs des distributions Emmabuntüs

Ocarinabuntüs, c’est l’histoire de rencontres, à la manière des films de Claude Lelouch, en voici le Storyboard synthétique.

En Mai 2010, j’ai voulu m’engager à ma manière pour changer la société, combattre la misère quotidienne que vivent des milliers, des millions de personnes en France.

Sur les conseils de Laurence, ma femme, j’ai décidé de mettre mes connaissances au service d’Emmaüs, et après contact avec le service bénévolat, nous sommes arrivés à la conclusion, qu’il était plus intéressant de participer au reconditionnement d’ordinateurs pour Neuilly Emmaüs Avenir (Communautés de Neuilly Plaisance et de Neuilly sur Marne), que de faire des formations.

C’est dans l’atelier d’Emmaüs Avenir, que j’ai rencontré Djebar, qui m’a accueilli avec son grand sourire, et m’a permis de mettre en œuvre mes idées de mise en place de scripts automatiques d’installation, de désinstallation, puis de nettoyage logiciel d’une machine. Nous sommes arrivés au bout de 4 mois de mise au point, avec l’aide d’Antony, à un ensemble permettant la remise en état d’un ordinateur en 4 heures.

A ce moment là, nous nous sommes posés la question : que faire avec les machines n’ayant pas de système d’exploitation pour débuter la remise en état, et c’est là qu’à commencé l’aventure Emmabuntüs avec l’idée de faire connaître les actions d’Emmaüs Avenir grâce à ce support, pour faciliter la vente de ces machines sous cet OS Libre et Simple.

Cela à conditionné ensuite ma participation à l’Ubuntu-Party de Paris, puis ma rencontre avec ceux vers qui vont mes remerciements :

  • YoboY et Kinouchou – Pour leurs accueils à la dernière Ubuntu-Party,
  • Gérard P. – Pour son soutien inconditionnel à mon travail, pour avoir fait du buzz sur ce travail lors de la dernière Ubuntu-Party et son idée géniale de Cyber-Espace interne au sein des communautés Emmaüs pour montrer « l’Emmabuntu », comme il souhaite que j’appelle cette distribution,
  • Hervé S. – Pour son travail pour une école au Burkina Faso, son soutien, son idée de faire une ISO de ces scripts, ses conseils techniques, et sans oublier ses corrections sur mon Catalan,
  • Les Bénévoles de chez Framasoft – Pour leur gentillesse, leur soutien, et leur humanité.

Suite à la rencontre avec ces bénévoles qui m’ont donné l’opportunité de faire une interview sur Framablog, l’idée m’est venue de diffuser ce travail par le biais d’internet, afin d’en faire profiter les communautés Emmaüs, les associations, et tout le monde, en particulier la très chère Madame Michu, mais également de :

Cette interview m’a aussi permis de rencontrer, et je tiens à les remercier :

  • Mourad S – Pour le reconditionnement de PC à Emmaüs Avenir,
  • David R – Pour la mise en place du site du projet sur Sourceforge.net,
  • Morgan – Pour son aide lors des tests, et la promotion du projet sur FreeTorrent.fr
  • Cyrille B. – Pour son soutien, et pour son Blog, qui m’a donné l’idée de faire une distribution à base de Lubuntu,
  • François F. – Pour la motorisation de la distribution, grâce à sa MultiSystem.

Dans le cadre de mes engagements, et de la promotion des principes ci-dessus, j’ai participé à la Fête du Libre de Joinville-le-Pont, sur les conseils de Stéphane L. membre Parinux, cela m’a permis de rencontrer Ambre Troizat ( alias Alexis Marise Bique ), ainsi qu’Alain P., qui m’ont proposé de travailler avec eux pour faire une distribution pour la recherche et l’enseignement en sciences humaines et sociales, les sociétés savantes en sciences humaines et sociales (SHS) et d’autres associations.

La diffusion du Logiciel Libre au sein des associations est une idée que j’essaye de faire avancer depuis quelque temps sans grand succès, mais avec l’enthousiasme et l’énergie des membres de la Société d’Histoire Saint-George et Dalayrac (Csgd94120), ce projet va se concrétiser par la sortie de la Ocarinabuntüs, lors de la Commémoration de l’abolition des traites et des esclavages à Fontenay/Bois.

Pour terminer cette présentation, comme le disent si bien les Bénévoles de Framasoft, « La route est longue, mais la voie est Libre », elle est surtout sinueuse et glissante par temps de neige.

Pour ma part, je l’ai prise lorsque j’ai lu la citation d’Albert Einstein « Derrière chaque difficulté, il y a une opportunité », cela m’a permis de rencontrer des personnes énergiques, enthousiastes, et généreuses, et j’espère ne plus la quitter, et rester à leurs côtés.

Alors, ne subissez plus, agissez, venez nous rejoindre sur cette route pour faire avancer la Liberté, l’Égalité et la Fraternité.

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

11 réponses

  1. Desidia dit :

    Bonjour,

    Je suis assez sceptique quant à l’intérêt de ces distributions adaptées. Ma principale question est: font-elles appel aux dépôts officiels de la distribution dont elles sont issues, ou bien demandent-elles des dépôts particuliers ? auquel cas, je m’inquiète de leur pérénnité.

    Mais même s’il n’y a pas ce problème, je n’aime pas trop sur le plan du principe et de la reconnaissance du travail de la distribution-mère. Personnelement, j’utilise la debian, et je sais qu’il serait parfaitement faisable d’en diffuser une version personnalisée via un script qui installe les paquets sélectionnés – ou d’autres créés de toutes pièces, pour l’apparence du bureau par exemple – à partir d’une installation standard minimale. On me dira que ça ne fait guère de différence quant au résultat, mais…

    Je ne voudrais pas être indélicat pour des auteurs de projets animés par de bonnes intentions, mais je m’interroge parfois sur les problèmes d’ego de certains. Faut-il vraiment laisser une trace avec un n-ième nom de distribution ?

    Sinon, que signifie le tréma sur le « ü » de ces distributions ?

  2. EauLand dit :

    Tout à fait d’accord avec toi Desidia.

    Sinon le u tréma représente le ü de Emmaüs.

  3. Desidia dit :

    J’ai pourtant tourné 7 fois ma souris sous la main avant de poster, parce que je réalise très bien que le travail réalisé est conséquent, et vus les objectifs sociaux, c’est vraiment méritoire.

    Mais bon, ces efforts n’auraient-ils pas été utilisés à meilleur escient en se raccordant à un projet existant ?

  4. Ghis dit :

    Félicitations pour le projet réalisé, et merci Philippe pour cet article. Je pense que pour les utilisateurs finaux, qui achètent ou récupèrent un ordi chez Emmaus, ça peut-être plus tentant ou motivant d’utiliser leur ordi avec un OS spécial Emmaus qu’un ordi avec « Linux » dont le mot fait encore peur ou ne représente peut-être rien chez l’utilisateur néophyte. Du genre un « Tiens y’a le système d’exploitation Emmaus », je me demande ce que ça doit être… plutôt qu’un « Oula, y a un linux sur mon ordi, c’est pour les informaticiens ça, ça doit être compliqué ». Et en plus, après s’il y a des invités qui passent à la maison et qui voient cette ordi, ça leur donnera peut-être l’idée d’aller chez Emmaus au lieu de Carrefour pour avoir un ordi qui fait ce dont ils ont besoin. Non ?

    @Desidia : Pas testé les distribs mentionnés ci-dessus, mais si c’est un peu comme PinguyOS je pense que c’est juste une ubuntu normale avec des logiciels préinstallés, quelques configs et des dépôts existants ajoutés (ex : Pinguy utilise le dépôt de la team OpenShot pour bénéficier des dernières MAJ).

    Une distrib pré-configuré au poil aux besoins d’un utilisateur économise peut-être une ou deux semaines de travail de sélection, d’installation et de configuration, à une personne s’y connaissant déjà. Alors imaginons pour l’utilisateur néophyte n’ayant jamais mis les pieds dans un OS sous GNU/Linux…

    Cela ne vaut-il pas la création d’une config sur mesure ? Ou sinon, Desidia comment imaginerais-tu le raccordement à un projet existant d’une telle configuration de la distribution qui éviterait à l’utilisateur néophyte de passer de très nombreuses heures à configurer son OS ?

    Je suis preneur de bons conseils car, face aux constats suivants :
    – Lors d’une formation à des étudiants de français qui ne connaissaient que Windows, ils ont vu mon OS configuré avec dicos, logiciels de mémorisation, conjugueurs etc. un nombre d’entre eux auraient aimé avoir la même chose ;
    – Lors d’une intervention dans un centre de formation en langue, l’organisation disposait d’une salle informatique toute neuve et sans internet et aurait aimé pouvoir utiliser cette salle pour faciliter l’apprentissage des langues ;
    – L’agence universitaire de la francophonie est passée sous ubuntu, et les étudiants de français dans le monde n’utilise pas le potentiels de certains logiciels libres pour faciliter l’apprentissage du français ;
    – La configuration d’ubuntu pour optimiser l’apprentissage des langues me demanderait au moins deux semaines, alors que j’ai déjà réalisé pas mal de veille, de tests et que j’utilise la bête depuis quelques années ;

    … ne penseriez vous pas que ce soit une bonne idée de réaliser une configuration d’OS libre sur DVD sur mesure pour l’apprentissage des langues ? Sans internet et sans trop de connaissances, on aurait un OS prêt en 40mn, le temps de l’installation ?

    Qu’en pensez-vous ? Comment se raccorder à un projet existant ? Que feriez-vous si vous deviez proposer des solutions aux objectifs ci-dessous et face aux constats mentionnés précédemment ?

    Les objectifs étant :
    – que l’utilisateur passe le moins de temps possible à configurer son OS en fonction de son objectif et ses besoins ;
    – qu’il soit séduit par l’OS (par expérience le dock ajouté séduit pas mal d’utilisateurs venant de windows ou de mac)
    – que sans internet il puisse faire le maximum de chose.

    Merci pour vos retours !

  5. Desidia dit :

    @Ghis

    Je ne conteste pas du tout la création d’une config sur mesure. Ce que je regrette, c’est que la création de ce qui se présente comme des distributions nouvelles casse l’image des distributions fondamentales et me semble plus entraîner de la confusion qu’autre chose.

    Comment faire ? Juste distribuer des ensembles de scripts réalisés de manière conviviale, mais qui soient clairement présentés comme des logiciels de configuration, plutôt que comme des distribs (à titre de comparaison, au temps du DOS, il existait des utilitaires payants qui amélioraient grandement le système: nouveau command.com, gestion de la mémoire, sécurité, etc. Ils ne se présentaient pas pour autant comme un «nouveau Dos», et les ayant-droits de l’OS n’auraient pas manqué de réagir… ).

    Sur les systèmes à base de paquets deb, ça peut consister en un simple paquet, mais qui peut se concrétiser par des dialogues fenêtrés où l’utilisateur laisse opérer une adaptation par défaut, ou bien peut affiner ses choix. Il ne faut quand même pas faire un dessin, la plupart des bons logiciels sous windows s’installent comme ça.

    Ce qui pourrait être adapté dans le système: les fichiers /etc/skel pour la localisation, les dictionnaires et correcteurs les plus appropriés, les icones et menus par défaut, les logiciels et codecs non-libres si ce choix est retenu…

  6. Ghis dit :

    @ Desidia
    C’est vrai que certaines config pourrait mettre un peu plus en avant l’OS configuré, il faut parfois un peu creuser pour savoir quel est l’OS configuré…

    Pour les scripts de config, ça serait un peu comme ceux de Nicolargo non ? (ex. http://blog.nicolargo.com/2011/05/script-de-pos-installation-de-debian-desktop.html ).

    Je retiens aussi l’idée des dialogues fenêtrés et des debs, ainsi que celui du skel, très pratique celui-là (http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=321147&p=2), c’est que je cherchais y a quelques semaines. A noter quand même qu’un DVD tout prêt de la distrib configuré, permet d’en bénéficier quand on a pas de connexion internet, et évite quelques manipulations de lancer le script ou d’ajouter un paquet. Les 2 méthodes (distrib configurée toute prête / script ou deb) seraient peut-être complémentaire… et comme tu l’as fais remarquer, sans occulter le nom de la distrib de base.

  7. bonob0h dit :

    roooo … oui y a plein d’arguments contres … mais contrairement à d’autres forks coté techniques la c’est un fork social … en ces temps d’indignés … même si y a pas grand chose dessous c’est déjà bien … de faire …

    ça permet de voir les possible erreurs, de faire parler, rencontrer, etc …

    Soit dit en passant je suis le premier à, déjà bouffer du curé 😉 , et râler contre la non évolution Misérabl’ iliste* d’Emmaüs.

    Mais qui sait ça pourrait faire bouger …

    On pourrait recycler les idées sorties de cette initiative sociale 😉

    Bon bien sur comme d’hab … les chemins mystérieux qui mènent à AUTREMENT … sont dans mon pseudo 😉

    Agissez au lieu de simplement vous indigner 😀

    * Si le principe de se bouger et de créer son emploi par une activité comme la chiffonnerie en 1954 était bonne … ce qui est dommage c’est que ça n’ai pas évolué, dans plein de secteurs
    Par ailleurs le reconditionnement / recyclage a la papa** en ces temps ou les matières premières valent de l’or c’est dommage qu’il n’y ai pas eu d’investissements

    ** N’oubliez pas que derrière des petits malin récupères les produits pour les revendre pour leur compte en afrique par exemple … sans compter les vieux ordi recyclé a la mano et feux de camps pollueurs a l’extrème, alors que la matière première revient notamment en europe*** !

    *** pour les trolls … je n’ai pas attendu de voir un reportage récent sur une chaine public pour voir le problème … je l’ai vu dès 1999 sur un projet d’ordi pour l’afrique que j’ai laissé tombé pour ces raisons … j’ai parlé du problème … personne n’a écouté … maintenant tout le monde va se scandaliser, s’indigner 😀

  8. Philippe dit :

    Je ne suis pas non plus un fan de la multiplication des distributions. Après la personnalisation d’une distribution c’est un peu différent tant que l’on s’appuie sur les dépôts de la distribution mère ce qui est le cas ici. Si c’était simple à faire (et ça l’est peut-être je n’ai jamais essayé) on pourrait avoir un « magasin » Ubuntu ou autre permettant de choisir une distribution toute configurée par rapport à un besoin donné. Cela faciliterait la prise en main de je pense aussi la diffusion dans certaines branches…

  9. dudumomo dit :

    Bonjour a tous,
    Il est vrai que c’est encore une autre distribution parmi personalise d’Ubuntu. Techniquement, rien de bien nouveau, il y a des applications deja installes qu’on trouve deja les depots, des pdf sur Emmaus ou des actions libres (La quadrature, April, etc…) qu’on trouve deja sur internet, des fonds d’ecran de Framasoft, etc…
    Bref, pas grand chose de nouveau au soleil, sauf avoir reuni tout cela.

    Sauf que,
    Cette distribution n’est pas fait pour les linuxiens averti. Mais pour les non inities, pour madame michu qui ne connait rien en informatique et qui achete un PC chez Emmaus.
    La distribution contient de la doc en offline au cas ou, des pdf de lecture fort interessant si, un choix varie d’applications puis des utilitaires pour aider la configuration.
    Par exemple, ils semblent vendre surtout des imprimantes HP, paf, ils ont ajoute le driver qui va bien dedans.
    Il ont deja ajouter un controle parental (Il est plus simple de dire: « Ah tiens, il y a un controle parental sur le PC, super je vais l’activer pour epargner mes enfants » que.. »hmm ca serait bien d’avoir un controle parental….bon on fait comment ? lequel ? ah mais faut telecharger…bon ca va me prendre du temps, » etc…
    Le but est vraiment de simplifier l’utilisation de l’ordinateur (Le dock aidant beaucoup) et d’eviter les problemes que parfois Linux peut poser et nous degoutter de son utilisation.

    En fait la distribution n’apporte rien de plus pour la communaute Ubuntu ou Debian…sauf…des nouveaux utilisateurs, ce qui est le but de la distribution ! Inities doucement Madame Michu au libre.

    Franchement, c’est a saluer, surtout que la personne en charge semble enchainer interview sur interview et presentation sur presentation.

  1. 8 septembre 2011

    […] – Rédaction d’un article sur le lancement de la distribution Ocarinabuntüs paru sur le blog de Philippe Scoffoni : http://philippe.scoffoni.net/ocarinabuntus-distribution-gnu-linux-thematique-emmaus/ […]

  2. 30 avril 2012

    […] suite de cette aventure est racontée dans ces articles : Ocarinabuntüs : une distribution GNU/Linux thématique par Emmaüs, les prémices de ces distributions dans Ne pas subir, toujours agir ! Rencontre avec Patrick […]