Les logiciels libres ne sont pas gratuits, ils sont libres d’usage

closeCet article a été publié il y a 11 ans 3 mois 15 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Voici encore penserons certain, un article de ma catégorie opinons libres. Probablement que je ne trouve pas à l’actualité de sujets qui retienne mon attention. Ce billet est une réponse à Jean-Paul Moiraud et je me suis dit que cela pouvait peut-être en intéresser d’autres.

Le sujet c’est cette petite phrase : « les logiciels libres ne sont pas gratuits, ils sont libres d’usage, subtilité langagière qui fait toute la différence » que j’ai laissé en commentaire d’un de ces articles (EDIT : article disparu).

Prenons là par petits morceaux : les logiciels libres ne sont pas gratuits. Rien n’empêche effectivement de vendre un logiciel placé sous licence libre. Sur ce point, il n’y a guère de doute, c’est écrit sur le site de la Free Software Fundation.

A tel point d’ailleurs que beaucoup de thèmes WordPress sont vendus mais accompagnés d’une licence GPL. Je vous l’accorde ce ne sont pas des logiciels. D’ailleurs, on pourra s’intéresser aux vives discussions en cours sur le sujet.

Cependant, la vente de logiciels libres n’est pour ainsi dire pas pratiquée sauf par quelques malins qui réussissent à convaincre des personnes peu informées qu’il faut payer pour utiliser Open Office ou Firefox. Car une fois un logiciel libre acheté, la licence vous autorise à le diffuser sans aucune obligation de reverser une quelconque somme à l’auteur. C’est un peu comme si seul le premier acheteur payait. Encore une fois je vous renvois aux discussions sur les thèmes WordPress ou à cet article sur les états d’âmes d’un développeur.

J’en reviens au terme gratuit et pourquoi je préfère dire « libre d’usage ». Gratuit désigne une chose que l’on donne et pour laquelle on n’attend clairement aucune contrepartie. Ce n’est pas vrai dans le cas des logiciels libres. C’est la licence sous lequel il est mis à disposition qui lui confère son caractère de libre, pas sa gratuité.

Ce qui m’amène donc à la deuxième partie de ma phrase, les logiciels libres sont libres d’usage. C’est en référence aux quatre principes fondamentaux du logiciel libre :

  • Liberté 0 : La liberté d’exécuter le programme — pour tous les usages ;
  • Liberté 1 : La liberté d’étudier le fonctionnement du programme — ce qui suppose l’accès au code source ;
  • Liberté 2 : La liberté de redistribuer des copies — ce qui comprend la liberté de vendre des copies ;
  • Liberté 3 : La liberté d’améliorer le programme et de publier ses améliorations — ce qui suppose, là encore, l’accès au code source.

Jean-Paul, j’espère que cela répond à votre demande 😉

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

3 réponses

  1. Cela va de soi, c’est pour cela qu’il est bon de le rappeler que « libre » ne veut pas dire « gratuit ».
    Cette confusion sémantique a pour origine la traduction de l’anglais « free » qui veut tantôt dire « libre » et tantôt dire « gratuit ».

    Ceci dit, le débat sur les logiciels libres (non propriétaires), et les licences libres existent dès l’origine.

    Tout cela fait un peu écho à un débat récemment soulevé dans la communauté WordPress sur les thèmes gratuits ou payants sous licence libre notamment GPL où certains modifient le code de certains thèmes pour les rendre gratuits s’ils étaient payants, et inversement.

  2. Geek dit :

    En parlant des petit malins qui arrivent à vendre du logiciel libe (Le pare-feu Open Office? Cf C. Albanel et son discours sur les logiciels et HADOPI sur Youtube pour comprendre ce flood) La Licence l’autorise OK, mais quand la Fnac nous vend Mandriva Power Pack pour 80€ gravé sur un disque à 0,20€ y’as comme un bug…

    Dommage qu’il n’y pas de conditions pour vendre de l’Open Source, comme des prix plafonnée ou l’interdiction pour les grand groupes d’en vendre…

    Libre ne veut PAS dire FORCEMENT gratuit et j’insiste sur le forcement, on est d’accord, mais quand la grande distribution en profites, le grand publique va finir par croire que Libre veut dire forcement payant

    Ce que je comprends pas, c’est que quand on conseil à un personne de se tourner vers le libre, elle le fuit comme la peste, quand c’est la FNAC qui le vend à des prix abusifs, de temps en temps des gens l’achetent, comme si le coté gratuit d’un logiciel lible était un défaut…

  1. 20 novembre 2009

    […] This post was mentioned on Twitter by Raphaëlle RIDARCH and PingouinInfo, rthibert. rthibert said: logiciels libres ne sont pas gratuits, ils sont libres d’usage, article de @pscoffoni en réponse @moiraud : […]