La main mise des GAFAM sur nos institutions publiques

closeCet article a été publié il y a 4 ans 10 mois 4 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Je pourrais faire de long discours, mais je pense que l’image seule suffit. J’imagine que les outils de Google seront juste cités à titre d’illustration de ce qu’il est possible de faire à notre époque et que le coaching individuel saura orienter de façon neutre et objective les entrepreneurs à la recherche de solutions. J’imagine que l’on parlera des solutions libres et open source que l’entreprise peut installer et contrôler sur ses propres serveurs ou hébergement. J’imagine même qu’on leur parlera de ses services en ligne proposés par des sociétés françaises et locales (et même pas libre) !

Vous pouvez me reprocher de taper encore sur la CCI de Lyon, mais je pense qu’il le mérite bien 🙂

Si la CCI de Lyon, le souhaite, je suis sur que nous trouverons un terrain d’entente pour refaire la même journée gratuite avec les membres du PlossRA…

GAFAM

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

5 réponses

  1. Ghislain Fabre dit :

    Oui ça explose en ce moment… Après les accords Microsoft avec l’éducation nationale, Canopé avec Amazone, j’ai même reçu un sondage google form de la CAF pour qu’ils enquêtent…

  2. Denis dit :

    Même chose à la CCI de Rouen. C’est pathétique qu’une partie des produits de la taxe d’apprentissage servent à renforcer la position d’entreprises dominantes qui nous pillent nos données.

  3. Bonob0h dit :

    Il faut leur coller au fesse un DeboutContreGAFAMenCCI 😉

  4. Phipe dit :

    CCIP (Paris/Idf) ne croyez pas qu’ils soient plus « ouverts » hein…

  1. 5 mai 2016

    […] Quand les GAFAM et les institutions publiques font amis/amis pour le meilleure… et le pire ?  […]