De nouvelles écoles plus « libres » ?

closeCet article a été publié il y a 10 ans 9 mois 26 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

L’éducation est un thème que je n’ai que peu traité sur ce site ou alors de façon superficielle. Le lien entre logiciel libre et éducation est pourtant particulièrement important. Je profite donc d‘un article paru sur ReadWriteStart qui aborde ce sujet pour me créer un point de départ à mes futures explorations de ce domaine.

Dans ma lecture du livre  de Marc Luyckx Ghisi : Surgissement d’un nouveau monde, l’auteur semble renoncer à réformer nos systèmes éducatifs devenu trop rigides et trop pyramidal. Pour lui le renouveau ne peut provenir que de nouvelles écoles. L’article de ReadWriteStart propose une liste des caractéristiques que pourraient avoir ces « nouvelles écoles » . Elles sont au nombre de cinq que j’ai classé en différentes catégories : Économie, gouvernance, contenus, Outils.

1. Économie : Conditions d’accès

L’article d’origine parle de Free(mium). Un modèle qui mixte gratuité et accès payan (pour la mise disposition de services complémentaires). Ainsi, quelques-uns payent pour beaucoup. Un système auquel on pourrait reprocher son asymétrie, mais le freemium est une approche avant tout commercial. L’article de RWW étudie la problématique du point de vue des startups liées à l’éducation.

Si l’on parle d’école publique, on ne devrait donc retenir qu’une solution : l’universalité de l’accès. La collectivité assumant les coûts d’infrastructure et de personnel.

L’économie solidaire (associations) apportent une réponse aussi à ce point en proposant des formations dont les coûts peuvent être indexés sur le quotient familial par exemple et en partie déductible des impôts pour les particuliers.

2. Gouvernance : Elle devrait encourager un fonctionnement de type « ascendant »

Le choix des méthodes reviendrait aux enseignants et enseignés. Ceci implique une certaine diversité des outils pour qu’un choix soit possible. Le corolaire de cette démarche, c’est qu’elle met en avant l’importance de l’interopérabilité entre les outils pour que personne ne soit prisonnier d’un produit ou d’un service. Qui dit interopérabilité, dit aussi des formats ouverts.

3. Gouvernance : Elle devrait encourager un « Apprendre et faire apprendre » du 21e siècle

On reste aujourd’hui majoritairement dans un modèle d’enseignement où le professeur est assis en face de sa classe. Les étudiants travaillent seuls à leur bureau. Sont mis en avant dans ce modèle l’importance :

  • de l’attention,
  • du porteur de la connaissance.

L’apprentissage du 21e siècle doit arriver à dé-centrer la classe en favorisant la collaboration. La classe s’étend également grâce aux espaces numériques et inclut les élèves quelque soit leur localisation géographique.

4. Contenus : Elle devrait contenir et encourager des contenus ouverts

La création de contenu numérique doit évoluer vers une approche plus collaborative. Ce qui implique que nous devons changer la façon dont nous considérons la propriété intellectuelle. L’usage de contenu sous licence ouverte comme les Creative Commons doit se généraliser.

5. Outils : La technologie utilisée devrait être libre

L’utilisation de logiciels libres facilite et encourage les points cités précédemment. Elle libère les écoles des logiciels à l’utilisation restrictive, mobilise des communautés de développeurs pour les réaliser (réorientation des budgets publiques). Elle permet même aux étudiants curieux de regarder dans le code des logiciels voir de les améliorer.

Il s’agit pour moi d’une première approche du sujet alors n’hésitez pas à laisser vos contributions constructives en commentaire.

Image originale : Certains droits réservés par Pink Sherbet Photography

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

13 réponses

  1. temps dit :

    « La création de contenu numérique doit évoluer vers une approche plus collaborative. » j’ai bien peur que cela ne soit pas le cas. J’ai contacté plusieurs chaines de TV française qui a un moment ont eu cette approche, et surprise toutes m’ont annoncé que depuis un an les choses avaient changées que des accords fixaient les utilisations et qu’il n’était plus question de copy left ou de domaine public.
    Je fini mon outil « http://www.constructeur-exo.com » et ce n’est pas trop grave, je contacterai d’autres lieux, Canada, Belgique, Pays d’Afrique francophone, iles francophone, Projet Open Source, … je trouverai bien mon bonheur. Mais au moment ou les chaines TV pensent à la reconnaissance et aux recettes publicitaires chacun se souviendra que rien ne vient de rien.
    Cordialement

  2. Bonob0h dit :

    Encore du Blabla 😉
    Et pourtant ça fait qq temps que tu (toi PS) en sais plus en privé et qui ne soit pas un livre qui en parle mais un vrai développement qui prend aussi en compte les soucis de « l’enseignement et des enseignants » qui sont les freins les plus importants aux évolutions !

    Et pendant que ça blablate depuis des années personne ne se mobilise quand on propose de FAIRE ! Autrement … sans avoir besoin de faire une énième réforme comme nombres on tenter de faire !

    Sinon coté blabla … faudrait pas oublier FREINET, qui il y a plus de 80 ans a expérimenté et développer « l’Ecole Moderne » qui est actuellement la base de l’enseignement en Finlande réputé pour être ce dont parle notamment ton article …

    Coté « réforme » le problème sont les méthodes pour y arriver … il y a d’autres solutions de Dégraisser le mammouth … ou autres Reforme X … C’est justement ce qu’on ne voit pas dans ce que tu connais et a eu plus d’info que celles publiées … et qui pourtant est le meilleur moyens d’y arriver … car en partie déjà testé y compris avec les Mammouth 😉

    @temps
    … la télévision est le plus mauvais vecteur d’enseignement ! Il tend à un enseignement à sens unique sans interaction … même si bien sur il faut l’utiliser … sinon dans la présentation de ton projet pense a faire un exemple / demo 😉 et si ça te tente … il y a le Web3D …

  3. Au niveau de la gouvernance, deux pistes m’ont intéressé :

    d’une part, coté fonctionnement ascendant, la collaboration entre enseignants est quelque chose qui se développe pas mal en France : voir Session éducation : un 360° autour de l’innovation et l’entreprendre ensemble en formation qui résume des journées sur le sujet qui se sont déroulées au Forum des Usages Coopératifs à Brest en juin.

    d’autre part, au niveau gouvernance, les universités doivent se repenser dans une perspective de collaboration à 5 niveaux, notamment pour les ressources éducatives qui bien entendu se doivent d’être libres pour toutes les raisons citées dans votre article et quelques autres

  4. Philippe dit :

    @Bonob0h
    Dans Blog, il y a Bl comme Blabla. Ne te sens pas obligé de t’infliger leur lecture 😉
    Pour ce que tu me dis en privée, je respecte ta demande de confidentialité, donc ne m’en veut pas de la respecter peut-être avec trop de zèle à ton gout.
    N’hésite pas à rédiger un article sur ton projet ou tes idées de ce qu’il faut faire, je le publierais avec plaisir 🙂

  5. Sur le même sujet George Siemens publie une liste complémentaire à l’article de ReadWriteStart, en mettant l’accent sur le coté social de l’apprentissage et la valeur du lien : http://www.elearnspace.org/blog/2010/08/31/5-ways-tech-startups-can-disrupt-education/

    Son axe de lecture est le connectivisme.

  6. bonob0h dit :

    @JMG
    9a fait plus de 20 ans que l’enseignement français développe soit disant la collaboration entre enseignants 😉 Dans les faits se sont les exceptions qui confirment la règle 😉
    Idem coté université

    Dans les deux cas c’est de toute façon très souvent les gueguerres, plus particulièrement d’egos qui priment …

    Si vraiment il y avait tout ce qui est dis d’evolutions … tous les gamins auraient des ordi, tous les manuels utilisés seraient en ligne et opensource … sans compter par exemple que pour les moyens manquant terriblement d’autres formes d’organisation seraient en place pour financer au lieu de limiter par exemple les déplacements car ne pouvant plus demander aux parents de payer !

  7. bonob0h dit :

    @PS

    Pour la confidentialité pas de soucis c’est parfait !

    Mais avant de publier / mettre vraiment en avant, je prefères trouver quelques personnes qui se bougent vraiment et qui ont l’idée de vouloir en savoir plus en suivant les perches tendues et viennent « me trouver » en disant : ça me branche, peut ont en parler, que puis je faire, j’ai telle idée qu’en penses tu, etc …

    Ceci afin que puisse se mettre en place ce qu’il faut de base pour être bien fait et bien diffusé.

    Avant, ayant déjà testé, ça part dans tous les sens sans queue ni tête … et surtout beaucoup de blabla et pas d’actions …

  8. @bonob0h

    ce qui est intéressant dans les collaborations entre enseignants, c’est qu’elles se font à coté de l’institution. Voire contre l’institution et avec des approches libres. Une association comme Sésamath est tout sauf anecdotique, et leurs livres sont en ligne et en Gnu FDL, tout comme les production du livrescolaire sont CC-by-SA. Bref, ça bouge et par des personnes qui sont dans la système et agissent à la bordure.
    Par contre, faire bouger le système de l’intérieur est terriblement difficile, malgré les bonnes volontés, on rejoint là la problématique de la gouvernance descendante (venant de l’institution) contre l’ascendante (prise en compte des besoins des enseignants/ élèves).

    Coté université, rien n’est fait, mais comme les relations avec l’international sont plus importantes, il peut y avoir des mouvements. Certaines écoles proposent des cours ouverts libres et rejoignent Open Course Ware.

    Ce qu’il y a d’intéressant dans des rencontres comme Autrans ou le Forum des Usages, c’est que les acteurs de ces changements se rencontrent, échangent, et construisent.

    Cela pourrait faire 20 ans, mais cela ne veut pas dire que cela ne se fera jamais.

  9. bonob0h dit :

    @JMG

    Oui je sais tout ça 😉 même si je n’avais pas préciser …

    Et tu te trompe pour faire bouger de l’interieur 😉 c’est possible ;)))) J’ai testé !
    Et si on sait faire entre l’interieur et l’exterieur on peut reformer sans faire de réforme ;)))))
    Il y a des stratégies … encore faut il avoir la curiosité de suivre les liens … et plus que d’en parler … de FAIRE :p de faire en ne prenant pas son parti pris … mais dans le cadre d’une prise en compte globale … car un des soucis sont les « paroissent » qui s’affrontent simplement parcequ’elles ont des clochers différents …

    Oui ça bouge … mais bien loin … très loin de ce qui pourrait se faire vraiment …

  10. @bonob0h

    ce n’était pas évident dans tes commentaires que tu agissais de l’intérieur 😉
    et d’accord avec toi pour dire que l’important c’est FAIRE.
    Et je crois que cela se fait tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, et de trouver ses synergies. Cela passe aussi par l’échange.

    En gros, pour reprendre le fil de l’article :
    – les éléments externes permettent de faire bouger, et différentes caractéristiques peuvent guider les innovations.
    – par contre, à mon avis (et au tien semble-t-il) cela ne se fera pas qu’à l’extérieur et une évolution interne des écoles (pas une réforme venue d’en haut) complètera ce mouvement.
    – si on prend un point de vue interne, on peut également prendre les caractéristiques citées ici et par George Siemens pour faire évoluer, et pas seulement de manière isolée dans quelques salles.

  11. bonob0h dit :

    @JMG
    Pour que ça fonctionne il faut surtout mettre en place les bases à l’exterieur sans l’interieur ni l’exterieur …
    Car sinon personne n’accepte !
    Une fois les bases en place il faut pouvoir commencer sans les uns ni les autres et ne pas dépendre d’eux tout en les informants, leur proposant de participer, et qu’il puissent s’approprier !

    Quand a faire … j’ai ce qu’il faut … manque les bras et neuronnes extérieurs des courants pour lancer les bases … bras et neuronnes qui agissent sans blablater :p enfin …

  12. Je reconnais que le problème est complexe mais il mérite de nombreuses et profondes rélexions. Ayant fondé en Belgique une école tout à fait originale (Schola Nova) qui fonctionne depuis 16 ans sans correspondre à aucune catégorie existante, et sans vouloir l’ériger en exemple à absolument imiter tel quel, je crois sincèrement que ceux qui le veulent peuvent venir nous consulter pour y puiser ce qui leur y paraîtrait bon.

  1. 30 août 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Philippe Scoffoni and Sébastien KUHL, P4tr1ck. P4tr1ck said: “De nouvelles écoles plus "libres" ? – Philippe Scoffoni” — http://philippe.scoffoni.net/ecoles-libres/ […]