Virtuel, il ne faudra pas dire que vous ne saviez pas…

closeCet article a été publié il y a 5 ans 2 mois 30 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Le futur c'est maintenantCela fait quelques années que je vous parle régulièrement au travers de mes articles de la nécessité pour le logiciel libre de s’investir dans le domaine du virtuel 3D et de prendre une position de précurseur en la matière plutôt que de suivre la traditionnelle longue route de la remédiation.

Être précurseur, innover n’est pas chose facile d’une manière générale. L’innovation, c’est parfois un coup de chance ou le fruit d’une longue série d’essais et d’échecs ou encore le résultat d’un travail d’analyse des usages et problèmes que peuvent rencontrer les gens aux quotidiens. C’est parfois aussi (souvent ?) le mélange de tout cela.

De quoi suis-je en train de parler ? Je vous parle d’usages mettant en œuvre un environnement virtuel immersif en trois dimensions comme plaque tournante de toute une série de dispositifs logiciels ou matériels. Pour ne citer que ceux, qui chacun dans leur coin et sans lien entre eux, font le buzz : les imprimantes 3D, les drones, les lunettes de réalité augmentées, les scanners 3D, etc.

Je connais par cœur les contre-arguments de ceux qui disent que cela ne marchera jamais, que cela a déjà échoué. Sur ce dernier point ils n’ont pas tort, si l’on se réfère à Second Life qui connu son heure de gloire auprès du grand public en 2006/2007 en passant de 500 000 utilisateurs à 3,5 millions en 6 mois pour retomber dans un quasi-oubli.

A qui la faute ? Aux usages qui n’étaient pas prêts. Tant et si bien que personne, si ce n’est les joueurs et les amateurs de sexe virtuel, n’y a trouvé d’intérêt. D’ailleurs, c’est mieux ainsi, LindenLab, la société derrière SecondLife est connue pour son peu d’ouverture et sa faible considération envers ses clients.

Près de 10 années se sont écoulées depuis ce premier échec. Un échec qui à mon sens ne remet nullement en cause la pertinence des usages que l’on peut bâtir autour de ce type d’outil. Des usages mêlants réel et virtuel, permettant de développer des activités et des interactions difficiles à réaliser à grande échelle à cause des limitations du monde physique : simulation de catastrophe naturelle, incendie dans des usines ou encore aménagement collaboratif d’un quartier ou d’un village. Les exemples ne manquent pas.

Soyons clairs, je ne propose nullement de transcender notre quotidien pour faire un monde à la Matrix. Loin de moi cette idée. Il s’agit de mettre à disposition de notre quotidien des outils destinés à l’améliorer. Nous ne sommes pas dans la transcendance, l’évolution vers un homo-numericus au détriment de ce que nous sommes aujourd’hui. Je suis même particulièrement méfiant quant aux apports de certaines « nouveautés » technologiques censées nous « augmenter ».

D’autant plus méfiant quand ces innovations sont portées par des industriels dont le seul objectif est de nous enfermer dans un cocon commercial duquel nous ne pouvons pas sortir. C’est tout le combat qui est aujourd’hui mené contre les GAFAM.

Mais se battre sur leur territoire est aujourd’hui peine perdue pour le logiciel libre. Il n’arrivera au mieux qu’à faire naître quelques CHATONS dont l’influence ne viendra que marginalement faire bouger les positions des mastodontes du numérique.

Il faut créer de nouveaux territoires pour y attirer les utilisateurs et surtout le faire à grande échelle. Bien entendu, ce projet se doit de mettre en œuvres des logiciels libres et une approche respectueuse et proche des utilisateurs et de leurs données. C’est ce que propose depuis 2007 Meza|Lab. Mais c’est un projet qui pour ceux qui le découvrent fait peur. Peur, car il ne vise pas à bricoler une petite expérimentation dans un coin. Peur, car il met en avant des usages dont on pense que le commun des mortels trop maladroit avec l’outil informatique ne saura pas se saisir.

Tout est sous nos pieds. Nous disposons des logiciels libres permettant de bâtir une approche décentralisée et libre. Sur le plan financier et humain, le mécénat des particuliers et des entreprises si peu utilisé en France pourrait financer la recherche et développement nécessaire. Il ne manque que la volonté et une masse critique de participants actifs.

Que martèle désormais Facebook dans les grands événements ? Que le temps de la réalité virtuelle est venu. Je vous laisse méditer sur cette simple phrase de Mark Zuckerberg lors d’un récent événement « South By Southwest »

Demain nous n’irons plus SUR Facebook, mais DANS Facebook

Amis libriste, réfléchis, entre deux bouchées de chocolat, au sens et aux implications que je trouve terrifiantes de cette phrase. Que se passera-t-il quand plus d’un milliard d’utilisateurs seront à quelques clics de nouveaux territoires et d’usages, qui s’ils sont bien mis en œuvre, seront bien plus addictifs que ce que pourra proposer n’importe quel réseau social libre et décentralisé. N’oublie pas que le grand public a déjà failli sauter le pas en 2006. Alors les conditions techniques d’accès à ces outils étaient bien plus limitatives. Un simple smartphone suffit aujourd’hui ou presque. Même Amazon recrute pour se lancer à fond dans la réalité virtuelle. Alors ne vois-tu rien venir ?

Il reste encore un peu de temps, mais plus beaucoup, je pense. Le chimpanzé qui hante les commentaires, mais qui est le meilleur ami de l’homme, te montre le chemin et dans quel sens souffle le vent. Il ne tient qu’à toi de le suivre ou au moins de pousser la porte par curiosité. Ne sois pas inquiet, il ne mord pas, sauf ceux, qui sous couvert de défendre une éthique ou des principes, bloquent ou nient toute possibilité de faire autrement 🙂

Joyeuses Pâques, maintenant, tu sais !

Sondage

Etiez-vous au courant des projets et annonces de Facebook ?

Loading ... Loading ...

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

6 réponses

  1. Bonob0h dit :

    @Philippe : Est ce que j’ai une gueule de chimpanzé ? ralalala faut pas me confondre avec mes cousins voyons :p

    Et sinon donc je constate que 72% de tes lecteurs/trices ne seraient pas informés des projets de Facebook ?

    Pourtant ça fait déjà deux ans que Zuck en parle ! Depuis le rachat d’Oculus !

    Cet article à incité un lecteur à nous rejoindre ! Ça tombe bien il va pouvoir aider en communication !
    Il en faudrait cent de plus dans des domaines aussi varié que la programmation C++ à dev Web en passant par AdminSys, ou graphistes 2/3D, et bien d’autres compétences encore tels des communicants ou des spécialistes métiers en tout genre http://www.mezalab.org/meza-a-besoin-de-vous/
    Tout le monde peux participer même pour simplement faire l’hôte/sse d’accueil ! On peut aussi faire participer ses enfant dès l’école primaire !

    C’est maintenant qu’il faut bouger …
    Après faudra pas venir se plaindre sinon je ferai le Bonob0h déguisé en ALF qui adore se délecter de « chatons » 😀

  2. Olm-e dit :

    on sait, et on a organisé une rencontre sur le sujet en novembre … succès d’estime mais pas de masse, il semble en effet que pas mal de libristes se contrefichent du média VR qui pourtant à plus d’un intérêt…
    http://lvrm.f-lat.org

  3. Bonob0h dit :

    @Olm-e
    Je dirais même plus c’est une très large minorité qui fait l’effort d’à peine tendre l’oreille … ce qui est LE problème car les simples utilisateurs sont eux demandeur et pas seulement de virtuel en immersion … ils veulent plus complet et des usages liés à leur réalité … même s’ils veulent aussi en profiter pour s’évader

  4. Popol dit :

    L’occasion ou jamais de ressortir le VRML de sa tombe ?

  5. Bonob0h dit :

    @popol … le VRML d’aujourd’hui c’est les vidéo 360° … ça peut être joli mais pour le moment et avant longtemps c’est pas très interactif hormis papoter … ou baiser puisque c’est le porno qui semble s’en emparer http://hightech.bfmtv.com//internet/pornhub-lance-une-section-dediee-a-la-realite-virtuelle-961635.html

    On peut être plus constructif avec un environnement virtuel 3D plaque tournante d’autres techno comme ce que propose MEZA …

    On peux même faire une révolution constructive 😉 https://twitter.com/bonob0h/status/716190978835628032 si bien sur on trouve quelques compétences pour bien mettre en place des bases et accompagnement pour que tout le monde puisse participer …. https://twitter.com/bonob0h/status/715951624557084672

  1. 31 mars 2016

    […] Faut-il attendre que tout le monde soit tomber dans le piège du futur monde virtuel de Facebook ? Meza|Lab propose tout le contraire, avec des usages, des  […]