Le Palm Pre et son WebOS, chronique d’une mort annoncée ?

closeCet article a été publié il y a 11 ans 11 mois 23 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

PalmC’est le buzz du moment, difficile d’y échapper. D’autant plus que je suis toujours à la recherche de mon « dream smartphone » . Parmi mes attentes un système d’exploitation open source bien entendu. Donc forcément le Palm Pre m’a attiré. Synthèse des informations recueillies sur ce sujet.

Palm Pre WebOSCommençons par les caractéristiques (Source Les Mobiles) :

• Dimensions : 59 x 100 x 17 mm
• Poids : environ 135 grammes
• Téléphone quadri-bande EDGE / 3G
• Ecran tactile à capteur de mouvements 2,1 pouces (320 x 480 pixels)
• Appareil photo 3 mégapixels
• Wi-Fi 802.11 b/g
• GPS intégré
• Clavier coulissant
• Courriel, incluant Outlook EAS (pour accéder aux serveurs Microsoft Exchange d’entreprise) et comptes personnels (POP3, IMAP)
• Navigateur Web
• Bluetooth 2.1 + EDR et prise en charge du profil Bluetooth A2DP stéréo
• Mémoire interne de 8 Go
• USB 2.0 haute vitesse avec port MicroUSB
• Prise Jack 3,5 mm pour écouteurs

A première vue rien ne manque. Certains critiquerons les 3 megapixels de l’objectif, 5 étant plutôt la norme sur ce genre de produits. Le clavier coulissant, lui donne un petit air de BlackBerry et la présence  d’un connecteur logiciel pour pour Exchange montre que Palm vise aussi la cible des entreprises.

Coté système d’exploitation, Palm a fait table rase du passé. Adieu donc probablement aux anciennes applications du PalmOS.

Le nouveau système d’exploitation s’appelle WebOS. Un terme bien générique qui jusqu’à présent était utilisé pour désigner des systèmes d’exploitation sur le Web, en tout cas c’est la définition qu’en donne Wikipédia. Cependant ce terme désigne bien ce qu’est ce système d’exploitation dont les programmes seront développés à l’aide des technologies standards du web : les CSS, le HTML, le XML et Javascript. Un avantage qui pourrait permettre à Palm de compter sur une communauté importante de développeurs même si une application pour mobile n’est pas identique à une application web.

Palm Pre ProfilUn point sur lequel peu d’informations circulent est le noyau système utilisé par le Palm et si tout les composants de ce smartphone sont réellement open source. Sur la page dédiée au WebOS de Wikipédia, il est indiqué : « Source model : Closed source (with open source components) ». Un doute plane donc sur le coté totalement open source du Palm.

Bien entendu qui dit applications dit magasin en ligne pour les télécharger. Palm annonce donc le App catalog qui va concurrencer les Application Center de RIM (Blackberry) , Skymarket de Microsoft (Windows Mobile), App Store d’Apple ou encore Android Market de Google.

Au final quel avenir peut-on prédire à ce nouveau smartphone et son OS dont la disponibilité est annoncé pour le premier trimestre aux USA et peu de temps après dans le reste du monde ?

Chris Ziegler sur le site anglais d’Engadget Mobile a la dent dure à ce sujet. Il énonce pas moins de 8 raisons pour lesquels le Palm Pre ne connaîtra pas le succès annoncé :

  • Le Palm Pre n’est pas le seul smartphone basé sur WebOS prévu par Palm, il sera décliné en de multiples versions aux configurations matériels bien différentes;
  • La version qui sortira pour l’opérateur américain Sprint ne supportera pas tous les réseaux GSM le limitant ainsi au territoire américain;
  • Il n’est pas compatible avec les anciennes applications Palm;
  • Il ne sera pas une plateforme de jeu comme l’Iphone à cause de son utilisation des standards du Web mal adaptés à la réalisation des effets visuels nécessaires à un jeu;
  • Le Pre ne sera pas construit par HTC  et Palm n’a d’ailleurs pas indiqué qui sera chargé de la production;
  • Un problème de prononciation lié au choix du nom  : « Pree », « Pray » ou « Pree-ay »;
  • Une seule couleur au choix : le noir;

Pour compléter cette revue de presse sur le Palm Pre, un petit tour sur le site de Gizmodo avec un comparatif Palm Pre, iPhone,  Android G1. Sur 13 points étudiés, le Pre semble avoir l’avantage sur ces concurrents.

En ce qui me concerne, je crois que je vais devoir attendre encore un petit peu et continuer de lorgner du coté du Neo Freerunner d’Open Moko qui reste ma référence en matière de smartphone open source.

Ce qui est certain c’est que Palm est en train de jouer ces dernières cartouches et le choix d’un OS annoncé comme open source me semble relever d’un choix plus marketing que stratégique.

Bien entendu, je finis cet article avec la vidéo Youtube déjà vue probablement par des milliers d’internautes.

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

9 réponses

  1. fab dit :

    Tout à fait d’accord pour le coté opensource. Neo Freerunner est le seul vrai téléphone opensource, mais manque de sexappeal pour une utilisation quotidienne.
    Le Pre ne sera pas opensource, mais juste un peu plus accessible.

    Désolé, mais je me permet un petit commentaire troll à la lecture des remarques d’engadget mobile.
    8 raisons pour lesquels l’iPhone ne connaîtra pas le succès annoncé :
    * L’iPhone n’est pas le seul smartphone basé sur un mini-macOS il sera décliné en de multiples versions aux configurations matériels bien différentes (et même une version sans téléphone)
    * La version qui sortira pour l’opérateur américain ATT ne supportera pas tous les réseaux GSM, ni 3G, le limitant ainsi au territoire américain;
    * Il n’est pas compatible avec les anciennes applications PDA (Palm et Windows mobile);
    * Il ne sera pas une plateforme professionelle de son absence de protocole standard.
    * L’iPhone ne sera pas construit par HTC .
    * Un problème de prononciation lié au choix du nom : “aie-fone”, “ï-fon »;
    * Une seule couleur au choix.

  2. Alastor 2262 dit :

    Bonjour,

    J’ai regardé la présentation de Palm Pre au CES, et à aucun moment il n’est présenté comme plateforme open source !

    Il n’a donc aucun moyen de combler vos attentes sur ce point particulier 😉

    Par ailleurs, le « probablement » de votre « Adieu donc probablement aux anciennes applications du PalmOS.  » n’est pas de mise, il n’y a pas de retro compatibilité de la part WebOS, peut-être que des applications tiers verront le jour, comme il y en a déjà sur IPhone ou Windows Mobile.

    Autrement dit, vous me semblez le jugé un peu vite ce téléphone, même si le verdict est peut-être le bon.

    Cordialement

  3. Philippe dit :

    @fab : Excellent le troll ! L’Iphone est je pense un coup de génie de Jobs. Espérons que sa santé lui permette d’ avoir d’autres dans l’avenir 🙁 .

    C’est propriétaire, on aime ou on aime pas, mais quelle capacité d’innovation. Si seulement il avait rendu le MacOSX open source, je crois que le paysage informatique aurait changé ces dernières années…

    @Alastor2262 : je le juge peut-être un peu vite c’est vrai, mais j’ai comme l’impression que Palm a fait un peu les choses à moitié et prenne ici un gros risque. Mais sa situation l’exige probablement. Qui vivra verra.

  4. Invité dit :

    J’émettrai les mêmes remarques que fab (y compris le parallèle – qui n’a rien d’un troll puiqsue factuel à mort – avec l’iPhone)…
    De plus, avant d’avoir un SDK permettant d’avoir des applications natives, Apple utilisait exactement les mêmes technologies (HTML et Javascript) pour fournir des applications (y compris des jeux) à sa plate-forme. Ici on va même plus loin puisqu’on a accès au matériel grâce à JSON et au stockage local grâce au HTML5 ! (et au passage, il faut que quelqu’un m’explique comment « les technologies du web » ne sont pas adaptées au développement de jeux alors qu’il existe tant de jeux en Flash et qu’on peut avantageusement remplacer Flash par la combo CSS + Javascript + SVG)
    Il me semble avoir lu quelque part que, bien que les applications Palm ne puissent plus fonctionner sur le Pre, on pourra toujours importer les données des anciennes applications (les fichiers .pdb)… Ca serait bien de se renseigner avant d’enterrer cette machine avant même qu’elle ne soit sortie, non ?
    La seule ombre au tableau semble être la batterie (dont tous les représentants ont refusé de parler lors du CES), qui semble bien faiblarde (1200mAh ?) compte tenu du matériel embarqué dans le Pre. Ca et l’absence de stockage externe.
    Oh, à propos d’autonomie ridiculement limitée… Bon courage avec Openmoko ! On attend toujours une distrib capable de justifier l’utilisation quotidienne du Freerunner comme téléphone principal, et qui a tous les « avantages » sus-cités. A part être libre, pour l’instant, cette plate-forme n’a rien pour elle. Mais c’est un autre sujet (dont on pourrait faire une « chronique d’une mort annoncée » tellement il y a à redire dans l’état actuel des choses)

  5. Philippe dit :

    Les annonces continuent avec des fonctions intelligentes pour le Pre http://www.mobinaute.com/252056-partenaires-palm-devoilent-secrets-pre-web-os.html

    Pourquoi ne l’ont-ils pas dit plus tôt 🙂

  6. Bruno dit :

    Il me semble que l’écran fait 3.1″ et non 2.1″. Voir (http://www.palm.com/us/products/phones/pre/index.html#tab2)

    Techniquement ce palm est très bien mais .. cela ne suffit pas toujours. Pourvu qu’ils tiennent la route commercialement car c’est surement leur dernière chance.

  7. palm pre dit :

    Bon, on avance un peu, on a vu des videos de l’émulateur palm os qui sont très impressionnates !

  8. Pierre dit :

    « Chronique d’une mort annoncée » !!! Quel visionnaire !

  9. Philippe dit :

    Franchement il s’en est fallu de peu… Mais c’est vrai qu’avec le rachat de Palm par HP, cela donne une nouvelle chance au Palm OS. A voir dans quel contexte HP le mettra en oeuvre.