Et si le succès des OS Libres passait par l’entreprise ?

closeCet article a été publié il y a 12 ans 2 mois 12 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

windows7Je viens de lire cet article faisant état d’une frilosité certaine des entreprises envers Windows 7 le futur OS phare de Microsoft.

Information d’autant plus vraisemblable que Microsoft semble avoir dors et déjà cédé à la pression d’un fabricant comme HP en acceptant le principe d’un downgrade de Windows 7 vers XP au moins jusqu’en avril 2010. C’est-à-dire la possibilité d’acheter une licence Windows 7 permettant l’utilisation de Windows XP.

Parmi les multiples raisons qui rendent les OS libres minoritaires sur le PC domestique de Monsieur Tout-Le-Monde, il y en a une qui me semble liée à la faible présence de ces derniers  sur les postes de travail dans les entreprises. Même si la part des postes équipés d’un OS Libre en entreprise est plus forte que chez le particulier, il reste encore bien minoritaire.

Bien souvent l’entreprise est le lieu où l’on est amené à utiliser du matériel informatique quotidiennement et donc à prendre ces premières mauvaises habitudes.  Quoi de plus logique que de vouloir les retrouver sur son PC familial.

De là à dire que si les OS Libres étaient majoritaires en entreprise, il le serait davantage à la maison, il n’y a qu’un pas.

Beaucoup d’entreprises ont décidées de sauter l’étape Vista. Microsoft nous promet un Windows 7 qui aura tiré les conséquences des erreurs de Vista. Mais qu’en sera-t-il réellement à l’heure du déploiement ?

Le doute qui plane pour l’instant sur l’adoption par les entreprises de Windows 7 représente une opportunité pour les OS Libres. : celle de renforcer leurs parts de marché dans les entreprises sur le poste de travail et par là même d’entraîner dans son sillage une adoption croissante de ces mêmes OS sur les PC domestiques.

Car à l’heure où il faudra évaluer l’impact d’un changement de Windows XP à Windows 7 , certains se poseront la question d’aller jusqu’au bout de la logique de changement et d’entamer une « rupture ».

Selon vous, quels autres facteurs peuvent favoriser l’adoption des OS Libres à la maison ?

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

8 réponses

  1. Arnaud dit :

    Effectivement, c’est une possibilité et une opportunité.
    Tu as tout à fait raison en disant que l’on cherche à avoir la même chose/habitude sur les PCs persos que sur le poste de travail au boulot.
    Les entreprises ont le moyen d’opérer ce changement en apportant en plus du support aux utilisateurs et quelques formations. Enfin, à partir d’une certaine taille d’entreprise peut-être.

  2. VV666 dit :

    C’est marrent, il vient de m’arriver le contraire : je suis utilisateur de Linux à la maison, et je l’ai apporté dans mes bagages dans mon nouvel emploi. C’est assez rare que cela ce passe comme ça (mais possible avec peu de poste à entretenir), mais ça fait plaisir 🙂

  3. En fait, en entreprise, ce n’est pas l’utilisateur qui choisit son OS, c’est le service info.

    Pour moi, l’un des facteurs limitant, c’est l’écosystème logiciel autour de windows.
    Utiliser un OS libre, c’est faire une croix sur le rayon logiciel d’Auchan et de la FNAC.
    C’est aussi prendre le risque d’acheter du matériel et de ne pas avoir le logiciel qui va bien pour l’utiliser.

    Par exemple, ma mère s’est acheté un camescope numérique. Bien évidemment, il y a un logiciel pourri et à moitité fonctionnel (« upgrade to premium version ») fourni sur un CD.
    Quelle application libre pour gérer le camescope, faire du montage de video simple et graver tout ça sur un DVD ? Et même si j’achète la version premium, elle tourne sous linux ?

    Pour pousser les OS libres sur le desktop, il faut aussi créer un marché pour des applications payantes, pour voir apparaître des « Micro Application » compatible Linux chez Auchan.
    L’obstacle aux OS libres sur le desktop, c’est finalement le manque d’applications non-libres….

    Par le passé, on croyait en Java pour solutionner le problèmes de applications multiplateformes, mais maintenant, je parierai sur XUL.

  4. thrawn dit :

    Pour l’entreprise, le gros frein à l’adoption du libre sont les compétence internes, je vois mal des services informatiques formaté windows vouloir passer à un OS libre. Pour moi, l’avenir du libre se joue dans les écoles d’informatique.

  5. Philippe dit :

    @Olivier : Des logiciels payant pour les OS Libres, pourquoi pas, rien ne l’empêche. Ils peuvent mettre être sous licence Libre… Va jeter un coup d’oeil au site de Cyrille Borne, il vient de fare tout une série d’articles sur le montage vidéo sous GNU/Linux. Cependant ton approche des logiciels propriétaires pour faire triompher le logiciel libre me laisse assez sceptique. Un article en vue peut-être 🙂
    @thrawn : Oui c’est aussi un frein dans beaucoup d’entreprises. Cependant c’est plus « facile » de toucher cette population et de la convertir que de le faire avec Monsieur Tout-Le-Monde qui ne sait déjà pas vraiment comment marche son PC. D’accord avec toi sur le travail à faire en amont, mais les écoles sont souvent sous la pression marketing des Microsoft et autres…

  6. @Philippe: Si windows est préinstallé sur la plupart des ordinateurs, actuellement, c’est aussi parce que ça permet au constructeur de fournir un paquet de logiciels préinstallés comme Norton pendant 3 mois, ou un lecteur de DVD limité à 90 jours. Ces logiciels payent pour être préinstallés, ce qui compense le prix du windows inclus.
    D’un autre côté, les applications payantes pourraient être libres, à partir du moment où l’achat d’une boite permettrait d’avoir du support et/ou de la doc papier….
    On verra le succès des OS libres le jour où il y aura un écosystème commercial autour.

  7. Philippe dit :

    Mmmm… c’est un peu l’histoire de la poule et de l’oeuf là… Pour qu’il y ait un écosystème commercial, il faut qu’il y ait un marché or avec 1% des PC installés on est loin du compte… Je ne suis toujours pas convaincu par ton argument.

    Et puis pourquoi chercher à reproduire le même modèle ? Il ne semble pas si efficace à te lire. Pourquoi n’aurions-nous pas tout de suite les meilleures logiciels d’installés ? Dans bien des domaines les logiciels libres n’ont vraiment plus à rougir face à leurs homologues commerciaux et propriétaires, même si je te l’accorde il reste certainement des zones d’ombre. Mais je pense qu’elles se comblent à grande vitesse…

  8. Justement, en développant en XUL, on touche tout le marché, pas seulement les linuxiens.
    Si on pouvait passer d’un OS à un autre en gardant les mêmes applis (même commerciales), on aurait plus de soucis.
    Si on avait Photoshop et tous les jeux 3D sous linux, je vois même pas à quoi pourrait encore servir windows.