Découverte du WebOS social Open Humanity et interview de son créateur Xavier Boubert

closeCet article a été publié il y a 11 ans 7 mois 23 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Open Humanity (OH dans la suite de cet article) a été lancé avec un art consommé du buzz. Méfiant et curieux de nature, je m’étais penché sur le sujet afin d’en savoir un peu plus et d’éclaircir certains liens dont nous ne parlerons pas aujourd’hui car ils sont hors sujet.

S’il y a une chose que l’on ne peut pas reprocher à ce projet c’est de ne pas avoir tenu ces dates. Annoncée pour le 1er juillet, le logiciel a été mis en ligne en temps et heure avec soirée de lancement et jeunes filles en tee-shirt à la clef 🙂 !

Il ne me restait donc plus qu’à télécharger l’archive du logiciel et à l’installer. Sur ce point aucune surprise, tout est archi-classique :

  • Décompression de l’archive
  • Création d’une base Mysql
  • Lancement d’un joli script d’installation qui vous guide pas à pas dans la configuration du logiciel

Le moment tant attendu de la première connexion et patatra… Ca ne marche pas. Je signale donc mon problème sur le forum où je trouve tout de suite un compagnon d’infortune. Visiblement un problème lié à ma plate-forme car avec le même navigateur OH marche très sur la version mise à disposition pour les démonstrations.

Après quelques aller et retour de scripts avec Xavier Boubert le créateur d’OH le problème se solutionne très rapidement et j’accède enfin à mon bureau social ! Sauf que je suis tout seul 🙁 !

Pour ceux qui n’aurait pas lu le premier article que j’ai écrit au sujet d’OH, il s’agit d’un bureau virtuel accessible depuis un navigateur. On appelle aussi ce type de logiciel des WebOS car ils reproduisent les fonctionnalités d’un système d’exploitation et de son interface graphique au travers d’un navigateur. Ce n’est pas le premier projet de ce type. Il existe déjà depuis pas mal de temps EyeOS qui est sur le même créneau.

La différence d’ OH c’est la dimension « social ». En effet ce logiciel inclus de bases des fonctions que l’on retrouve habituellement sue les réseaux sociaux comme : sa page personnel pour se présenter, la possibilité de se faire une liste d’amis, une messagerie instantanée par exemple.

Sans vouloir me lancer dans un comparatif qui tournerait aujourd’hui forcément en la défaveur d’OH en tout cas sur le volet fonctionnalités  entre les deux logiciels, je voulais comparer le comportement des deux WebOS dans les fonctions de base que sont l’ouverture des fenêtres, leur déplacement et donc plus généralement la réactivité.

Sur la même plate-forme serveur et le même navigateur le comportement d’OH me semble plus fluide. Les fenêtre d’OH s’ouvrent rapidement et avec un petit effet de fondu rapide et sympathique. Un avis subjectif car je n’ai utilisé aucun des deux WebOS de façon intensive et régulière.

Pour l’instant il s’agit des fondations de ce WebOS que nous découvrons aujourd’hui. Les applications et les utilisations possibles restent à inventer.

xbPour en savoir plus j’ai posé quelques question à Xavier Boubert le papa d’Open Humanity qui a bien voulu y répondre.

Philippe : Est-ce que l’on peut en savoir un peu plus sur toi ? Que fais-tu dans la vie réelle ?

Xavier Boubert : Je suis développeur de sites freelance (www.xavierboubert.fr). Je suis spécialisé dans la création de plateformes sociales types facebook et Twitter. J’ai développé également un framework Open Source « Social Creative Core » qui est spécialisé lui aussi dans les réseaux sociaux. Pour pouvoir maintenir le code j’ai monté avec un associé une SARL qui s’appelle « Sociale Creative » et qui nous permet de prendre en plus de gros contrats. Nous avons déja à notre actifs plusieurs réseaux sociaux et quelques autres gros sites (pari en lignes, widgets…).

Open Humanity est mon coté « éthique ». Je voulais pouvoir créer un gros projet qui ne me rapporte pas forcement d’argent mais qui soit le plus ouvert à tous.

Dans ma « vie numérique » je suis aussi blogeur sur www.defaite.fr et twitter addict !

En dehors il me reste peu de temps mais je le consacre en priorité à ma vie de famille et amis, et quand j’ai vraiment vraiment le temps, j’ai encore pleins d’autres passions comme le saxophone, l’harmonica, le Tiltshift…

P :  Comment s’est faite ta première rencontre avec les logiciels libres ?

XB : Ma première rencontre avec les logiciels libres c’est Knoppix ! Un Linux (Debian) fondé par des Niçois. A l’époque je ne comprenais presque rien à Linux et j’ai donc du me documenter et c’est là que j’ai découvert tout ce monde dit libre. Ensuite est venu les CMS comme phpBB et j’ai découvert que moi aussi je pouvais participer ! J’ai donc appliqué des licences GPL sur toutes mes créations et j’ai commencé à les poster sur mon site :

A l’époque je développais en Visual Basic. Je créais des logiciels surtout pour passer le temps au lycée. J’ai encore énormément de logiciels sympa et rigolos dans mes archives mais je ne sais pas si je les publierai un jour.

Pour info, j’ai jamais été foutu de compiler mon noyau sur Knoppix ^^.

P: Comment est né le projet Open Humanity ?

XB : L’étincelle est venue d’un besoin. A l’époque je bossais sur quelques projets perso et lorsque j’avais une pause au boulot je voulais continuer à bosser dessus. Manque de pot je n’avais pas les mêmes logiciels et je n’avais pas non plus mes fichiers sources. C’était donc très difficile d’avancer et j’avais l’impression de perdre énormément de temps. J’avais donc dans l’idée de développer une plateforme qui me permette de travailler de n’importe où sans devoir : réinstaller des logiciels, refaire un espace de travail, récupérer les données, etc etc. A force de réfléchir j’en suis arrivé à la folle conclusion qu’il me fallait carrément un bureau accessible de n’importe où ! J’ai recherché sur le web pour voir ce qu’il existait mais rien ne me plaisait, ça manquait de rapidité, de puissance, et surtout de fonctionnalités. J’ai mis ce projet dans un coin de ma tête en attendant d’avoir le temps.

De son coté, Antonin recherchait une solution de centralisation sociale de membres pour le parti politique dans lequel il est. Nous nous connaissons depuis le collège et nous avons longuement parlé de cette idée. Nous sommes tous les deux passionnés de nouvelles technologies et nous avons la chance d’avoir suffisamment de temps pour nous y consacrer. Nous avions tout les deux une idée et elles étaient compatibles ! Alors on en est vite venu à : « Pourquoi ne pas fusionner nos besoins et créer quelque chose de nouveau et d’innovant ? »

P : Pourquoi un bureau virtuel social ? En quoi cela est-il différent de mon navigateur qui me permet d’accéder à tous les outils Web  dont j’ai besoin pour collaborer ?

XB : Le Bureau social permet de centraliser aussi bien dans l’espace et les données que dans l’ergonomie et la facilité de navigation. Avec ce bureau vous allez pouvoir très facilement faire dialoguer deux, trois, quatre, ou plus, applications simultanément. De plus une application est très simple à développer, elle s’appuie sur le framework ainsi que sur la base du bureau. Elle possède donc une grande bibliothèque de fonctions qui lui permet d’interagir avec le bureau. Tout est extensible et permet de rajouter des fonctionnalités avec un minimum de travail.

P : Aujourd’hui, combien de personnes contribuent au projet Open Humanity ?

XB : Nous ne sommes malheureusement que 4. Antonin s’occupe de la communauté, moi de la création du bureau avec toutes ses applis actuelles sauf l’administration que Timothée Huynh développe. A coté Ghislain Lambert est celui qui fait les fonds d’écran ainsi que les icônes.

Nous avons eu des contributeurs de passage comme Michael Jurenaz qui s’est occupé de la base de la messagerie, Ludovic Fargeas, et Jean-Bernard Piot pour un plugin de recherche sur Google Map

P : Pourquoi être reparti de zéro pour faire un bureau virtuel alors qu’il existe déjà un projet comme EyeOs assez avancé ? Vous auriez pu lui ajouter les fonctions manquantes en vous consacrant à ces dernières.

XB : Comme je l’ai dit plus haut, la puissance. En fait, on s’est rendu compte avec Antonin que tous ces bureaux s’axent sur la productivité. Le coté social est très important, surtout sur internet ! On s’est aussi rendu compte à quel point ils étaient « fermés » au niveau des fonctionnalités. Par exemple sur Open Humanity vous allez pouvoir créer un thème complètement sur mesure. Et quand je dis sur mesure, c’est que vous allez pouvoir le créer avec un menu « Démarrer » comme sur Windows par exemple, ou carrément un dock style Mac ou bien même des barres de navigations comme sur Ubuntu. Tout est possible, les plugins, les applications, tout à été pensé pour être le plus ouvert en matière de possibilité d’extension et surtout de personnalisation du bureau.

Le bureau est également intelligent, il détecte les erreurs et essaye de les réparer ou de s’accorder sur des solutions. Il existe une multitudes de choses comme ça qui font d’Open Humanity un bureau vraiment très complet. Je suis en train de rédiger la documentation, vous aurez bientôt toute une liste des fonctionnalités et possibilités qu’offre ce projet.

P: OH s’appuie-t-il sur des composants open-source, un framework ?

XB : Il s’appuie sur 2 frameworks en fait. Le premier, coté client (navigateur) c’est ExtJs. Un framework très puissant qui évolue très vite. Pour moi qui ai fait d’énormes tests entre lui est ses concurrents, je peux vous dire qu’il est bien au dessus à presque tout les niveaux. Je suis étonné qu’il ne soit pas plus connu que ça en France, dans les autres pays, il est déja utilisé par plus de 140 000 personnes.

Le second, pour le coté serveur, c’est « Social Creative Core », un framework PHP conçu par moi-même et qui est au nom de ma société (comme dit plus haut). Il évolue lui aussi très rapidement et est très modulaire. Il est sur la même logique qu’Open Humanity : extensible et basé pour du social.

C’est 2 frameworks sont sous licences Open Sources. Rien n’est propriétaire dans Open Humanity.

P : Sera-t-il possible à des instances différentes d’OH de communiquer entre-elles ? Pour qu’une communauté A voit la communauté B, voir que les deux réseaux puissent être vu comme un seul. En allant à l’extrême, chacun pourrait-il avoir son instance du bureau et de connecter à d’autres serveurs OH en fonction de ces centres d’intérêts ?

XB : Ha ha ! Là on parle d’une évolution qui est dans nos cartons et qui est prévu pour la version 1.0. (fin août on espère) ! Nous sommes en train de travailler sur une API externe. Elle va permettre de communiquer avec les sites extérieurs comme Facebook ou Twitter mais aussi de communiquer avec d’autres bureaux !

Prenez un exemple : Vous êtes inscrit sur le bureau de votre association. A votre boulot on vous demande de vous inscrire sur un autre bureau. Et bien à partir de ce point le bureau cette nouvelle fonctionnalité : « Vous avez déjà un compte sur un autre bureau ? Renseignez le nous et on s’occupe de tout ! ». Il ira lui même récupérer toutes vos informations sur l’autre bureau et créera en plus un lien entre les deux qui se synchroniseront à chaque événement !

Bien sur, tout ceci sera au choix de l’utilisateur qui pourra cocher les actions et les données qu’il souhaite partager entre les bureaux. Mais la puissance est là ! Imaginez un grand nombre de bureaux tous connectés les uns aux autres. Un réseau dans un réseau !

P : Allez-vous développer des applications bureautique collaborative où les utilisateurs devront-ils utiliser d’autres applications en ligne ?

XB : Pour le moment nous savons que nous voulons en intégrer. Maintenant on aimerait que la communauté prenne et qu’elle lance d’elle même ce genre d’initiative. Ça serait vraiment intéressant de pouvoir en plus travailler en collaboration. J’imagine bien une équipe de développeurs travailler à même leur serveur grâce à un bureau installé. La rapidité de travail et la mobilité seraient vraiment au top.

P : Encore une fois ce travail de développement ne pourrait-ils pas être mutualisé en intégrant à OH des solutions comme OpenGoo (aucune idée de la faisabilité technique bien sur, je rêve tout haut 🙂

XB : Si ! Il est très facile d’adapter des sites ou applications déjà existantes et dans faire des « applications Open Humanity » ! Il ne faudrait que quelques petites modifications pour que ça fonctionne, comme je le disais c’est toute la puissance du projet. Comme je le disais je suis en train de rédiger la documentation, elle expliquera comme faire.

P : Les fonctionnalités de Firefox 3.5 peuvent-elles ouvrir de nouvelles perspectives pour les WebOS ?

XB : Complètement ! La localisation par exemple, c’est quelque chose d’énorme ! J’ai quelques bouts de codes qui permettent de localiser une personne suivant sont adresse IP mais c’est très compliqué à mettre en place et c’est plutôt lourd. Là nous entrons dans quelque chose de vraiment puissant, surtout si c’est natif. Le seul problème, comme toujours, c’est que les autres navigateurs ne suivent pas et donc on ne peut pas vraiment encore l’utiliser.

P : Encore merci Xavier pour temps consacré à répondre à ces questions !

Si vous souhaitez soutenir ce projet vous pouvez vous rendre sur cette page où une liste de suggestion vous sera faite.

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

6 réponses

  1. Open Humanity comme Social Creative Core a été murement pensé pour proposer une base technique performante, puissante, simple et ouverte à la fois.

    Le plus intéressant parmi les fonctionnalités à venir vont aller vers plus de mobilité, de portabilité des données et la communication inter-bureau.

  2. Philippe dit :

    @Ghislain : la possibilité au bureaux de s’interconnecter sera à mon avis un gros atout pour OH.

  3. Defaite dit :

    Entièrement d’accord. La documentation (que je commence à écrire la semaine prochaine) va aussi être un très gros plus. Les développeurs extérieurs vont enfin pouvoir bosser dessus, et avec l’API externe ils pourront adapter le bureau aux autres plateformes très facilement.

    Demain sort la version 0.2 qui comprend à ce jour 33 nouveautés ^^

  4. Philippe dit :

    @Defait : Bon courage !

  5. ovensia dit :

    Bonjour,

    je suis étonné du choix de Extjs qui est très lourd en poids et en temps d’exécution (c’est plus relatif). N’est-ce pas un facteur limitant pour ceux qui voudraient accéder à leur bureau via un mobile ?

  6. Defaite dit :

    Un très grand « non ». ExtJs n’a qu’un défaut, le poids, certes. Mais pour ce qui est du temps d’exécution, des possibilité, de la puissance du code, de la vitesse des animation, etc etc, il est bien plus puissant que tout les autres JQuery, Mootools, Prototype et j’en passe. J’ai passé une semaine de test pour choisir le meilleur et c’est vraiment avec une énorme marge que j’ai pris Ext. En plus il évolue très très vite, il intègre maintenant nativement Adobe Air. Pour ce qui est du mobile, on va faire un thème spécifique ainsi qu’un plugin et ça devrait bien tourner je pense 😉