5 outils open source pour le cloud computing

closeCet article a été publié il y a 13 ans 2 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Le cloud computing représente un nouveau challenge pour l’open source. Les solutions propriétaires sont dominantes et le risque de voir des applications open source et leurs données en devenir prisonnières est grand. Voici un panorama de 5 outils open source établi par le site Ostatic.

EucalyptusEucalyptus :   un outil permettant de construire des infrastructures de cloud computing sur la base de serveurs en cluster. Il est également compatible avec l’interface de de commande d’Amazon EC2. Un nuage « Public » est accessible pour évaluer la solution.

JoyentJoyent/Reasonably Smart : Joyent a fait l’acquisition de Reasonably Smart une plate-forme basée sur JavaScript et Git. Les applications sont développées en HTML pour l’interface et en javasccript pour la partie serveur et disposent d’outils pour stocker les données. Des framework peuvent être clonés pour permettre la mise au point rapide de blog ou de wiki par exemple. Une fois développée l’application n’a plus qu’à être déployée sans ce soucier de l’infrastructure nécessaire à son fonctionnement.

GlobusGlobus Nimbus : une boite à outils open source permettant de transformer un cluster de serveurs en nuage. Nimbus vient de libérer une nouvelle version. Cet outil s’appuie sur l’hyperviseur XEN et une version supportant KVM est en cours de développement.

reservoirReservoir. Selon Ignacio Martin Llorente, Reservoir est la principale initiative européenne de recherche sur les infrastructures virtualisées et le cloud computing. Il ajoute :  « L’objectif principal de ce projet est de développer une technologie open source pour permettre le déploiement et la gestion de services IT complexes. Son approche open source doit permettre la définition de standards ouverts afin de casser les verrous imposés par les offres actuelles et ainsi offrir à n’importe quelle société la possibilité de déployer une infrastructure de cloud computing privée ou public.« 

open-nebulaOpenNebula.  OpenNebula 1.2 supporte les plate-formes de virtualisation Xen et KVM ainsi que le service « on-demand » d’Amazon EC2. Parmi ses fonctionnalités : gestion centralisée des machines virtuelles et des ressources physique, répartition de charges, extension des capacités par ajout de serveurs physique.

Beaucoup de ces solutions sont avant tout des solutions d’infrastructure permettant une gestion simplifiées d’architectures matérielles complexes. Il semblerait que ce soit dans ce domaine que l’open source puisse d’ors et déjà jouer un rôle important dans les solutions de cloud computing.

Reste à définir les protocoles qui permettront à des applications et à leurs données de migrer facilement d’un nuage à un autre. Pour plagier un célébre site : « La route est longue mais la voie est libre… »

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

2 réponses

  1. smouton dit :

    Attention : RESERVOIR utilise Open Nebula comme brique de base. Je compte donc plutôt quatre outils. Cependant les projets commencent à arriver : en plus d’Enomaly qui fait déjà l’objet d’un billet, citons Niftyname (http://src.ielo.net/wiki/niftyname) ou encore IN-VIGO )

  2. Philippe dit :

    Je vais aller voir ces nouveaux projets de plus prêt, merci de l’info.