Quand je vous dis que Microsoft devient un éditeur open source

Le 20 mar, 2009 • Catégorie: Opinions Libres, Planet-Libre
Tags :
closeCet article a été publié il y a 5 ans 4 mois 6 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Microsoft Security Engineering Center

Bon, le titre est un peu provocateur. C’est l’approche du week-end et l’arrivée du printemps qui me rend d’humeur légère.

Après avoir lancé sa chasse au Gourou de l’open source et réussi à harponner une proie de taille : Sam Ruby qui a finalement accepté l’offre de Microsoft.

Après avoir annoncé sa participation à des échanges avec ses principaux concurrents de l’open source sur l’avenir des systèmes d’exploitation, l’éditeur libère un outil d’analyse des plantages intervenant lors des phases de tests : !exploitable Crash Analyzer. Cet outil a pour fonction de repérer les incidents similaires et ceux susceptibles de présenter les caractéristiques d’une faille de sécurité. Les mauvaises langues ne manqueront pas de se gausser sur le choix de l’outil.

Plus sérieusement, cela fait beaucoup de signes en l’espace de quelques semaines en direction de la communauté des développeurs open source.

Doit-on considérer que Microsoft ne changera jamais et restera le monstre privateur de liberté ou va-t-il quelque peu assouplir ses pratiques  face à la montée en puissance des solutions open source ? Ou encore est-ce une nouvelle stratégie pour mieux approcher son ennemi et l’achever ? Pour finir et si Microsoft avait choisi de s’allier avec l’open source pour contrer un autre concurrent : Google ?

Que d’hypothèses… D’autres idées ?

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le avec votre réseau : Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Ou abonnez-vous au rss Flux RSS Complet ou email Abonnez-vous par Email

Aucun trackback»


    11 Commentaires»

    1. Audiofeeline
      20 mars, 2009 à 23h29

      L’autre idée c’est aussi que Microsoft va devoir s’ouvrir un peu plus pour pouvoir proposer la même chose que l’open source, c’est à dire des systèmes capable de s’adapter parfaitement aux besoins des utilisateurs.

    2. xiloa
      21 mars, 2009 à 10h37

      C’est tout simplement la force du capitalisme anglo -saxon que de ouvoir se remettre en question : l’objectif ne change pas etre numero 1 et faire le maximum de dividendes pour l’actionnariat. Ce changement stratégique n’est pas une bonne nouvelle pour l’open source.

    3. Nizarus
      21 mars, 2009 à 15h37

      il faut pas oublier que dans l’histoire microsoft (qui avait MSDOS en mode texte) a fait un rapprochement avec apple (qui avait un système en mode graphique). Le résultat de ce rapprochement était la sortie d’un certain système qui s’appelle Windows !!!

    4. Gaëtan
      21 mars, 2009 à 16h43

      Je l’ai déjà dit ici il me semble mais tu as visiblement omis de prendre en compte ce détail philippe.

      Les licences de microsoft sont open source ET non libre, le fait que l’on est le droit de lire le code de chez Redmond (sous condition), ne fera JAMAIS d’eux un acteur des logiciels libres.

      Il faut mettre ces actions de détentes en regard avec le procès qu’il intente à la société TomTom pour la violation présumée de 5 brevets dont 3 qui portent sur l’intégration du noyaux Linux.
      J’ai envie de demander de quel droit s’arrogent ils le privilège de déposer des brevets qui portent sur le kernel Linux?

    5. Philippe
      21 mars, 2009 à 17h58

      @Gaêtan : Nous sommes d’accord. Microsoft utilise des licences open source, pas libre, je ne crois pas confondre. Et je ne me fais pas d’illusion, Microsoft ne libérera jamais le code d’office sous GPL :) . On assiste juste à l’ajustement de la mécanique Microsoft qui pourrait bien reprendre du poil de la bête. Comme le dit xiloa ce n’est pas forcément une bonne nouvelle…

    6. strider
      21 mars, 2009 à 21h37

      Microsoft utilise des licenses Shared Source, pas Open Source.
      Les licenses Open Source SONT libres

    7. Vlad
      21 mars, 2009 à 21h49

      En fait, MS utilise des licences shared source (souvent), mais aussi de vraies licences libres (rarement).

      Je n’ai plus les détails, mais ils ont rédigé 3 ou 4 licences, certaines shared source, certaines libres.

    8. David Mentré
      30 mars, 2009 à 13h13

      @Gaëtan, @Philippe, @strider : il faut se documenter un peu avant de raconter des bêtises. Microsoft fait des logiciels sous des licences vraiment libres :

      http://www.gnu.org/licenses/license-list.fr.html
      «
      Microsoft Public License (Ms-PL)

      C’est une licence de logiciel libre ; elle a une gauche d’auteur qui n’est pas forte, mais incompatible avec la GNU GPL. Nous vous demandons de ne pas utiliser la Ms-PL pour cette raison.

      Microsoft Reciprocal License (Ms-RL)

      C’est une licence de logiciel libre. Elle est basée sur la Microsoft Public License, et a une clause additionnelle qui rend le copyleft juste un petit peu plus fort. Elle est aussi incompatible avec la GNU GPL et nous vous demandons de ne pas utiliser la Ms-RL pour cette raison.
      »

      Cordialement,
      d.

    9. strider
      30 mars, 2009 à 15h14

      Vraiment libres pas vraiment, puisqu’elle sont “incompatibles avec la GNU GPL” et comme les gens de la FSF sont les seuls détenteurs de la notion de liberté alors Microsoft serait incapable de faire du libre.
      Après ces licences sont approuvées par l’OSI qui a, a mes yeux, les mêmes critères de sélection que la FSF.

      J’ai fait le raccourci de Microsoft = Shared source pour ne pas contredire a 2 reprises les commentaires précédents (c’est a dire ajouter que oui effectivement Microsoft fait des logiciels totalement Open Source et donc libres.)

    10. Philippe
      30 mars, 2009 à 22h07

      @David : Ok Mea maxima culpa, il me semblait avoir lu le contraire… Libre, pas compatible avec la GPL et à ne pas utiliser ça fait un peu beaucoup. Mais visiblement ce n’est pas la seule. je vais tenter un tableau comparatif pour pointer les licences open source/libre histoire d’y voir (peut-être ?) plus clair…

    11. Philippe
      30 mars, 2009 à 23h24

      Le tableau est . A vos commentaires :-)