1 milliard de repas, et moi, et moi…

Le 8 déc, 2012 • Catégorie: Autrement, Opinions Libres
Tags :
closeCet article a été publié il y a 1 an 10 mois 17 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Les Restos du CoeurCet hiver, les Restos du Cœur repartent en campagne avec déjà plus d’un milliard de repas distribués. Va-t-on battre encore des records ? En ce moment, c’est le Telethon qui s’y applique… Cette année on dirait que les campagnes de dons, appels à la solidarité,  explosent ! En cette fin d’année, des publicités caritatives “Vu à la TV” fleurissent comme au printemps !? Tout va si mal ? N’y-a-t-il rien d’autre à faire ?

Les Restos du Coeur ont ouvert leur 28e campagne d’hiver le lundi 26 novembre 2012. « Putain 28 ans déjà » ! Dirait Coluche ! Cette association créée pour ne pas durer n’en finit pas d’exister.

“8 millions de repas en 1984, 115 en 2012 ! Combien à financer pour 2013 ? ”La moitié de leurs ressources proviennent des dons (environ 52%) et on s’attend encore à un afflux record cet hiver. Alors que le nombre d’inscriptions a déjà augmenté de 5 à 7%, les retards pris sur la négociation des budgets européens d’aide alimentaire, font également peser de lourdes menaces sur les associations comme les Restos.

Et la pauvreté en Europe atteindrait 25% de la population ! Bref rien ne va plus très bien.

Le don contre la faim

Le don, c’est une des sources de revenus (parfois exclusive) choisies par nombre d’associations qu’elles soient caritatives ou pas (1). “Les dons : à peine 2 milliards, le CA de la Française des Jeux est de plus de 11 milliards en 2011”Un paradoxe, car on sait bien que plus les temps seront difficiles, plus il sera difficile de compter sur ces derniers.

En tout cas pour les associations qui font appel au grand public pour cela. Car du côté des grandes fortunes et des entreprises, le don est quelque chose de particulièrement bien géré. J’ai dit optimisation fiscale ?

Logiciel libre, liberté d’internet

A coté de ces causes humanitaires, on pourrait être tenté de penser que celles du logiciel et de l’internet libres relèvent du luxe. Vaut-il mieux manger à sa fin en prison ou avoir le ventre vide en liberté ? Chacun tranchera.

Or là aussi, le don reste bien souvent la principale source de revenu. Ainsi le trio APRIL, Framasoft et Quadrature du Net nous proposent la deuxième saison du Pack Liberté. Un pack où vous choisissez la répartition de votre don entre les trois associations. Vous pouvez également aider ces associations au travers de la boutique EnventreLibre où vous trouverez pas mal de goodies, livres et autre Framakey.

Et la recherche ?

Comment la recherche ? Tout le monde connaît probablement la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer au moins pour le grand scandale qui ébranla cette fondation dans les années 2000. Pourtant aujourd’hui cette fondation est probablement l’une des mieux gérées qui soit.

Le don pour financer la recherche est aussi un autre moyen d’aider notre économie à surmonter la crise (2). Du reste une des problématiques du manque de compétitivité des entreprises en France n’est elle pas la baisse des budgets recherche depuis des années ?

Pourtant quand on parle de don, de mécénat pour de la recherche, autre que les grandes causes comme le Sida, le cancer, ou les maladies génétiques, on vous regarde bizarrement. D’autant plus en France où cette pratique est très peu répandue dans les secteurs technologiques. Pas de fondation Apache ou équivalent en Europe…

Chez Meza|Lab, association d’intérêt général (3), c’est ce que l’on propose depuis plusieurs années. Mais difficile de convaincre au pays des gaulois et des luttes de clocher. Alors moi aussi, je lance mon appel à don. Don de temps pour commencer, mais aussi d’argent pour ceux qui paient des impôts (4), c’est de l’argent « qui ne coûte rien » ou presque.

Si vous avez envie d’aider au développement des logiciels libres (vraiment libres), c’est par cette case et ce chemin de traverse qu’il faut passer. Un chemin qui ne peut à ce jour serpenter en pleine lumière. Un peu comme le gentil Frodon devant avancer caché sous l’œil brûlant du méchant Sauron (Cf le Seigneur des Anneaux) . Pourtant il est bien réel et concret.

Dans les semaines qui viennent, nous (Meza|Lab, Bonob0h et moi) allons probablement lever des coins du voile, de ce possible « Autrement« . C’est ouvert à tous de 7 à 77 ans et plus. Y compris aux « non-geeks » et autres Kevin et Michus, ceux qui ne comprennent qu’à peine le fonctionnement de leur ordinateur et qui pense qu’ils ne peuvent pas aider. C’est faux ils ont bien des compétences utiles comme celle déjà d’en parler autour d’eux ! Laissez vos coordonnées sur le formulaire de contact. A bientôt :-) !

Le don et vous

Qu'avez-vous donné cette année à une ou des associations (le sondage est anonyme bien sûr!) ?

  • Plus de 100 euros (31%, 11 Votes)
  • Rien du tout (28%, 10 Votes)
  • De 50 à 100 euros (19%, 7 Votes)
  • De 10 à 20 euros (11%, 4 Votes)
  • De 20 à 50 euros (6%, 2 Votes)
  • Moins de 5 euros (3%, 1 Votes)
  • De 5 à 10 euros (2%, 1 Votes)

Nombre de votes: 36

Loading ... Loading ...

Avez-vous déclaré des dons sur vos impôts ?

  • Jamais (68%, 23 Votes)
  • Tous les ans (21%, 7 Votes)
  • Une fois (11%, 4 Votes)

Nombre de votes: 34

Loading ... Loading ...

Connaissez-vous le principe de l'abandon de revenu au profit d'une association ?

  • Non (94%, 32 Votes)
  • Oui (6%, 2 Votes)

Nombre de votes: 34

Loading ... Loading ...

Le saviez-vous ?

(1)La majorité des associations fonctionnent encore avec des subventions, souvent en baisse ces temps-ci. Ce sont généralement les grosses associations qui font le plus appel aux dons. Un problème culturel bien français.

(2)La recherche a cette capacité de transformer l’argent donné en emploi. Le rapport est de 5€ à 15€ générés, parfois même jusqu’à plus de 30 €  pour 1€ investi ou donné. Même en cas d’échec c’est souvent 2 à 5€ de retour possibles. Un vrai levier pour l’économie…  C’est d’autant plus vrai si des projets comme le Web3D peuvent en même temps permettre de développer et/ou aider dans la foulée des actions sociales et humanitaires. Le caritatif doit se contenter d’un ratio de 0,7 à 1,5.

(3)Les dons ne sont pas seulement l’apanage des associations d’utilité publique ! Toutes les associations d’intérêt général peuvent recevoir des dons ou du Mécénat offrant droit à des réductions d’impôts.

(4)Un don de particulier à une association d’intérêt général est déductible à 66% du montant de ses impôts. Ainsi pour 100€ donnés, 66€ sont déduits du montant des impôts à payer. Pour les entreprises, les dons sont déductibles à hauteur de 60%. Il est possible en complément de réaliser des abandons exprès de revenus ou produits qui eux aussi ouvrent droit à réduction d’impôts.

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le avec votre réseau : Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Ou abonnez-vous au rss Flux RSS Complet ou email Abonnez-vous par Email

Aucun trackback»


    15 Commentaires»

    1. AdminRezo
      8 décembre, 2012 à 13h33

      Perso j’ai fais un don à Wikipedia parce que j’utilise leurs services partout, tout le temps mais effectivement, il y a des millions de causes pour un si petit portefeuille !

    2. Bonob0h
      9 décembre, 2012 à 00h57

      ah tiens j’en étais resté à 7 milliard pour la française des jeux ;) mais c’était avant 2011 ;)

      C’est marrant l’explosion du CA de la Fdj … sans compter les autres organisation … PMU, jeux en lignes, etc !
      Ça ressemble à celui des stagiaires en entreprises pendant la même période … de 850 000 à plus de 1,2 millions actuellement … qui suit la courbe du chômage alors qu’a l’inverse les dividendes augmentent les salaires de gros patrons aussi !

      Et personne pour penser qu’il peut y avoir une autre économie … équitable … celle associative … avec des salaires bas plus haut des gros salaires plus bas … et pas de dividendes … seulement des gros bénéfices pour mieux les ré-injecter en recherche, enseignement, et bien sur aides a ceux qui ont le moins de oyens tout en faisant en sorte qu’ils payent aussi sous forme d’échange …

      Sinon Philippe a oublié de dire que malgré les tracasseries administratives ils est possible de faire jouer le don au niveau européen … alors qu’on a pas de réductions quand on donne a des asso américaines qui ne font pas l’effort de venir s’implanter en Europe … a contrario c’est aussi ce qui est prévu … dans le Autrement … Comme bien sur de faire un Autre Libre … dans une liberté organisée, équitable, efficace, accessible … sans tous les déchets incommensurable actuels … qui polluent le libre comme rarement la planète n’a gâcher au nom en plus de le liberté, de l’ouverture *

      Bref … pensez à en parler autour de vous … et pas seulement a vos relations geeks …

      * Si un statisticien lit** … et qu’il veux bien s’activer … il y aurait une étude intéressante a faire sur le sujet … entre le nombre de développeurs, / développements et le nombre d’utilisateurs du libre comparé bien sur au champ des possibles si le libre était par exemple à au moins 50 % du parc des poste de travail …
      ** Si vous en connaissez n’hésitez pas a transmettre ;) Y a de la thèse possible voir même des articles enflammés et à enflammés a faire ;) de quoi se faire une renommée :D

    3. Simon
      9 décembre, 2012 à 04h08

      Le problème du don c’est qu’on ne sait jamais comment il est utilisé, tout du moins pourquoi (dans la vraie vie, pas dans la pub) il est utilisé. Framasoft, l’April, la QDN et quelques autres associations ont déjà reçu de l’argent de ma part, mais quand je vois les chercheurs qui bossent à 20m de mois, ça me ferait mal de leur filer du fric (comprendre : de l’économie [donc plus de fric] pourrait faite).

    4. Bonob0h
      9 décembre, 2012 à 11h09

      A propos des dons … ce n’est généralement* pas une réduction d’impôts à son propre profit contrairement aux autres avantages fiscaux ! C’est la seule « incitation » fiscale qui permet de « décider a qui on paye ses impôts » !

      Il est vrai qu’il n’y a pas de gaspillages des impôts et autres taxes !

      En ce qui concerne les chercheurs … ceux qui sont grassement payés ne le sont qu’extrêmement rarement, surtout en France est c’est généralement ceux qui sont payés par des entreprises.

      Maintenant un chercheur même dans une asso ou organisme « public » doit aussi êtres correctement payés ! Sinon ils partiront ailleurs … c’est déjà le cas ! et on en voit les résultats !

      La fuite des cerveaux ! Et autres compétences !

      Ce n’est pas parcequ’il y aurait une économie associative qu’elle est dans le monde des bisounours !
      Elle est dans une monde que l’on connait Bref … C’est aussi ça qu’il faut prendre en compte !

      Mais on peut ne surtout rien faire/tenter … et laisser les choses en l’état … qui se dégrade !

      Sinon « financer » des asso est aussi un peux comme les startup … parfois il y a des échecs ! Mais il ne faut pas oublier que les asso n’ont pas de capital risqueurs … et que les bénef ne vont pas dans les poches d’actionnaires …

      Sinon dans Autrement il y a aussi de prévu de quoi réformer le système associatif pour le rendre plus efficace et surtout clair, pour par exemple autant permettre de faire se développer une vrai économie associative que pour éviter tous les montages par lesquels il faut parfois en passer soit pour détourner … soit pour au contraire arriver a un économie associative équitable …

      En ce qui concerne la « pub » … elle fait partie de la vrai vie ! Si tu ne communique pas tu ne peux pas faire se développer ce que tu veux faire valloir ! Maintenant il ne faut pas aussi qu’elle parte en dérive de dépenses inconsidérées !

      Associatif ne veux pas dire pauvretéS, régressions sociales, économique etc

      @ Simon … Sais tu comment est utilisé vraiment l’argent de tes impôts ? les bénef de ton entreprises ou d’autres ? qu’en fais tu ? tu t’es mobiliser contre quand il y a problème ? etc ? tu a lancé/financé des experts pour savoir si tout est conforme ? etc … Qui te dis que l’expert ne se trompe pas dans la stratégies, les besoins, etc ? Si bien sur au moins ça ne sert pas a seulement enrichir quelques personnes … Ah une autre expert donne raison … merde ! Bataille d’expert … etc …
      Bref, Bah c’est pareil pour les asso aussi dans ce cas …
      Pour finir c’est ce genre de scepticisme qui tue tout …

      * Seules quelques personnes / entreprises profitent du système … c’est généralement le cas en matière d’oeuvres d’arts … mais ça permet aussi par exemple de construire des musées ou autre et de les remplir pour qu’ils soient accessibles au grand public, même si le donateur principale se réserve le « droit » de fermer par moment et ainsi en profiter tout seul … Rien n’est parfait … mais au moins c’est mieux que rien …

    5. Ghis
      9 décembre, 2012 à 13h08

      On pourrait voir 2 types de dons :

      Le don « traditionnel » : On donne à une asso/fondation, on ne nous demande pas comment on aimerait que l’argent soit utilisé.
      -> moins motivant, facilite les abus, moins de transparence, le risque de fracture avec ceux qui donnent, facilite la déconnexion de l’asso avec ceux qui ont donné. Bref cela peut reproduire plus facilement les abus des pseudos « démocraties » représentatives.

      Le don « démocratie directe » : On donne sur des projets définis avec des objectifs, délais, une planification.
      -> plus motivant pour le donateur, c’est transparent, c’est précis, on peut juger de l’efficacité de l’association pour de futurs versement, ça oblige à une rigueur de gestion de projet, l’asso peut ainsi lancer plusieurs projets et verront ceux qui correspondent aux attentes des donateurs (identification des projets ayant le plus de potentiel, car répondent à une grande attente, et auront plus facilement et naturellement un gros buzz et éviction des projets perçus comme non utiles, non précis, comportant un potentiel de division trop important, ou projets devant être reformulés réorientés).

      Ainsi sur la page d’une telle asso, on aurait par exemple une dizaine de projets planifiés, avec des objectifs clairs, des délais, un montant minimum pour que la 1ere phase soit lancée. Le donateur pourra choisir le ou les projets qu’il souhaite subventionner.

      C’est ni plus ni moins que du crowfunding initié par une association.

      Si Canonical avait permit ce fonctionnement pour les dons (au lieu d’imposer des décisions) je pense qu’elle aurait été plus en phase avec le besoin de ses utilisateurs et aurait pu récolter plus de dons.

      Côté libre autrement, nous essayons actuellement ce fonctionnement pour une connexion entre 2 outils libres : Chamilo et SCENARI Opale, soit un financement collaboratif pour ajouter une fonctionnalité à un outil géré par une asso (l’asso Chamilo).

      On peut proposer ce type de déroulement :

      La première étape est de définir précisément le besoin pour définir les fonctionalités à ajouter.

      La 2ème est le devis de la part de ceux qui seraient capable de réaliser les améliorations

      La 3ème est de rendre techniquement et opérationnelement la récolte de fond via (par exemple goteo).

      La 4ème est de la lancer la communication pour l’appel aux fonds. C’est là ou elle apparaît sur la page listant les projets de l’asso pouvant être financés via un don monétaire.

      ensuite, faut espèrer que ça fonctionne ! (et appliquer des modifs, se remettre en question si ça marche pas).

      Pour le moment nous avons mené le projet qu’avec des outils libres (sauf doodle, mais j’ai loupé l’occasion de promouvoir l’équivalent libre de framasoft) : framapad, framacalc, visioconf libre (bigbluebutton).

      à voire si ça va fonctionner…

      Pour en revenir au Libre Autrement, je trouverai plus sympa un tel fonctionnement mais c’est mon avis personnel : un ou plusieurs projets précis, chacun avec des objectifs précis, une évaluation de journées homme, une description précise des tâches et sous tâches (comme ça on sait aussi plus facilement si on peut contribuer en participant), des résultats attendus, de l’étape suivante si cette étape est arrivée à son financement,utilisation de solutions libres (exit compte google donc, histoire de faire un libre autrement librement et non depuis une prison dorée excluant certaines IP provenant de certains pays).

      Ex. Projet 1 :

      Thématique générale : Avoir la possibilité de disposer d’un OS libre et intuitif, sous gouvernance associative, visant le grand public
      Projet 1.A appelant à participation financière ou en bénévolat : Définir l’OS le plus adapté auquel nous contribuerons
      Résultat attendu : Sélection d’une distribution.
      Projet 1.B suivant : Définition des 3 aspects actuels de la distribution nous semblant les plus éloignés de la thématique générale (ex. c’est moche, c’est la misère pour installer le wifi, etc.)
      Évaluation des besoins : X journées hommes, X euros
      Tâches et sous tâches : ….

      Ex. projet 2 :
      Thématique générale / objectif long terme : Enrichir OpenStreetmap de la web3D collaborative
      Projet 1.A…
      ….

      Ex. projet 3 :

      Thématique générale / objectif long terme : Faire du modélisme avec X et Y

      Qu’en pensez-vous ? Par contre ça demande un temps de ouf de bien préparer tout ça, c’est sûr…

      En espérant que ce retour puisse aider.

      @+

    6. Ghis
      9 décembre, 2012 à 13h14

      @Philippe : j’ai aussi le même rêve que toi sur une distrib libre et intuitive, (cf. ton commentaire sur ton dernier article debian/ubuntu), et je partage aussi ton opinion en ayant enfin installé une debian pure jus (et pas LMDE de linuxmint qui m’a semblé plus sexy et intuitive que la debian originale) : y a pas mal de boulot à faire pour que debian soit aussi intuitive et sexy qu’ubuntu.

    7. Philippe
      9 décembre, 2012 à 13h22

      @Ghis : Ne pas oublier le coté international , faut que ce soit multi-lingue si tu veux un vrai impact, surtout en Europe, ce qui en rajoute encore une couche coté job à faire… D’où l’intérêt d’essayer de mutualiser et de se regrouper, ce qui est en soit extrêmement difficile à obtenir qui plus est dans la durée.
      >nous essayons actuellement ce fonctionnement pour une connexion entre 2 outils libres : Chamilo et SCENARI Opale, soit un financement collaboratif pour ajouter une fonctionnalité à un outil géré par une asso (l’asso Chamilo).
      Il y a des choses de visibles déjà ?

    8. Bonob0h
      9 décembre, 2012 à 13h26

      @ Ghis … depuis 2003 j’ai en carton tout le projet pour faire donner Autrement ! Personne n’a suivis c’est bougé …
      Il y a dedans différentes façons de donner/échanger, elles peuvent être même multiples selon les volontés des donateurs …
      Est même prévu tout le système d’autocontrole et de contrôle sup en plus …
      et bien d’autres choses encre ;)

      Sinon tout le monde n’est pas prêt, ou a envie, ni n’a les capacités de « juger » du bon emploi des dons, mais on peut le dire pour plein d’autres domaines …

      La démocratie participative c’est bien dans l’absolue … dans la réalité de notre monde fait d’une humanité qui n’arrive pas à accéder à l’humanité elle peut aussi poser de très gros problèmes

      Maintenant si tu inclus dans cela des « canonical » je te botte les fesses tout de suite ;)
      Le don n’est pas pour les entreprises ! Pas plus que le bénévolat ;)
      Les entreprises doivent se démerder avec les classiques actionnariats et autres … comme avec de vrais employés et non pas des stagiaires, ni des bénévoles a la place d’employés.

      Sinon oui il y a du boulot … faut se bouger … réunir le noyau dur qui permettra de commencer a faire Autrement pour développer les premier exemples … qui permettront d’évangéliser a faire autrement …

      Quand a stallman on s’en fout de ce bouffon … il est en grande partie responsable des dérives de l’opensource/libre … tant coté bordel que dérives sur le travail dissimulé, etc … en même temps que même quand un proche à lui, lui propose d’au moins écouter ce qu’un bonob0h propose pour faire autrement … c’est direct le mépris de ne pas vouloir prendre la peine d’écouter !

    9. Philippe
      9 décembre, 2012 à 13h33

      @Bonob0h marrant ton commentaire sur Stallman rejoint celui que je viens de laisser :-)
      http://philippe.scoffoni.net/ubuntu-pas-si-mal-finalement/#comment-14564

    10. Bonob0h
      9 décembre, 2012 à 13h47

      @ Philippe ouep du coup ça m’a un peux perdu dans mes réponses … avait pas fait attention qu’il s’agissait d’un autre article :p

      Donc a prendre en compte aussi ici : http://philippe.scoffoni.net/ubuntu-pas-si-mal-finalement/#comment-14566

      Comme dit Philippe … Face de bouc est fait avec du Libre … mais restreint les libertés ! Comme twitter et autres …

      Autrement c’est aussi les réseaux … sociaux … car si quelques outils sont bien il faut aussi penser qu’il ne faut pas s’enfermer a faire du libre qui n’intéresse que que peux de personnes .

      Dans un premier temps sans pour autant négliger “les niches” il faut surtout privilégier les développements de techniques mais aussi surtout de contenus qui concernent le plus grand nombre … de 3/5 ans @ + de 77 ans … dans le cas contraire on reste invisible aux yeux des utilisateurs …

      Maintenant comme déjà exprimer … il faut aussi savoir faire d’une pierre multicoups … sachant en même temps “travailler” sur la partie visible que sur les niches !

    11. Ghis
      9 décembre, 2012 à 22h41

      @Philippe

      Pour le projet asso SCENARI : L’espace pour les outils de webconfs que l’on va peut-être utiliser sont ici : . C’est pratiquement vierge pour le moment.

      Le site expliquant le pourquoi du comment de l’asso SCENARI, faisant appel à contribution pour prendre que les membres de la communauté SCENARI puissent y particper est ici : http://scenari-platform.org/projetasso/portail/

      Pour Chamilo Scenari c’est la même structure pour les outils, si on continue d’avancer et qu’on arrive donc à faire une proposition de dev. appelant à financement collaboratif, je reviendrai poster le lien (cela pourrait se passer sur une version décentralisée de goteo.org).

    12. TuxMips
      12 décembre, 2012 à 16h24

      Bonjour

      Parmi les grandes associations, vous auriez pu citer l’AFUL qui fait également un travail absolument remarquable.
      En particulier son groupe racketiciel relatif à la vente forcée et déloyale de logiciels lors de la vente d’ordinateurs. Si la jurisprudence a tant évolué positivement c’est tout de même grâce à l’AFUL.

      Je ne fais pas de don à l’aful en tant que tel mais je cotise :-) Tous les ans.

      Par ailleurs j’ai déjà fait des dons à Mageia (je fais un don pour chaque nouvelle version)

      En tout état de cause les dons effectués à l’AFUL ou a Mageia ne permettent malheureusement pas de déductions fiscales. Mais sous réserve de vérifications, je pense qu’un don à l’APRIL ou à la Quadrature du net ou même wikipedia, non plus :-(

    13. Bonob0h
      13 décembre, 2012 à 21h38

      Peut on vraiment croire que les associations ou structures du libre actuelles du libre soient remarquables. Le qualificatif de remarquable pourrait s’appliquer par exemple si 50 % des postes de travail étaient sous linux !

      De la même façon que serait remarquable que les resto du coeurs n’existent plus dans la mesure ou ils aurait permis d’éradiquer la pauvreté !

      Mais on en reste aux pansements !

      Alors que pendant ce temps parti de « pas grand Chose » une Pomme est la plus grosse capitalisation Boursière et qu’il y a donc plein de consommateurs prêt à payer plus cher alors même que pour fabriquer on oblige des étudiants en médecine a faire des stages pour fabriquer des Pommes !

      Comment qualifier le peux de remarques ni mêmes questions à propos d’une autre façon de mieux employer les dons autrement que pour payer des pansement ?

      On peut donc là, qualifier de remarquable le manque de clairevoyance de l’humanité qui n’arrive pas à accéder à l’humanité …

    14. Noah
      18 décembre, 2012 à 09h33

      Le don est échange de vie ; et la vie, échange de don.

    15. Bonob0h
      18 décembre, 2012 à 10h05

      @ Noah … c’est l’échange qui est et devrait être signe de vie … car l’échange est éthique et équitable contrairement au don qui permet de « réparer », « se soulager la conscience » après avoir piller !

      « A l’origine » Le don est issue du clergé … qui après avoir piller, taxé les paysans trouvaient le moyen de la paix !

      Le don est encore trop souvent l’apanage des riches envers les pauvres pour les faire taire !

      C’est d’autant plus vrai pour les dons a caractères sociaux, humanitaires, etc car sans ça les bénéficiaires se rebelleraient !

      Il serait donc temps de mieux utiliser les capacités fiscales des réductions d’impôts qui est la seule niche fiscale équitable pour créer des richesses et non pas seulement servir de pansements la ou il faut opérer pour vraiment rétablir !