Un PC à 40€ / monnaie libre et décentralisation / Google veut piquer les clients de Microsoft

closeCet article a été publié il y a 10 ans 11 mois 26 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

J’utilise le même PC depuis bientôt 6 ans. Il a cependant subi quelques liftings avec un changement de processeur il y a 3 ans et un nouveau disque dur de 500Go il y a un an. Si je fais le bilan de mes usages, je passe :

  • 80% de mon temps à naviguer sur le web, lire mes mails, mes flux RSS,
  • 10% à faire un peu de retouche d’images,
  • 10% à tester des logiciels avec virtualbox.

Mis à part la retouche d’image et la virtualisation, je n’ai donc pas besoin d’une grosse machine récente qui reste l’apanage des Gamers. Des chiffres confirmés par une étude de Thomas Beauvisage, chercheur pour les Orange Labs selon laquelle nous passons en moyenne 63% de notre temps sur le Net lorsque nous utilisons un PC.

Le marché de l’occasion nous propose désormais des configurations reconditionnées à base de Pentium IV 2.4Ghz à partir de 40€ avec sa licence Windows XP (mais tellement mieux avec un système d’exploitation libre). Des configurations largement suffisante pour un usage classique. N’oublions pas en effet qu’un PC dégage 24 fois plus de CO2 pour sa fabrication que lors de son utilisation. De plus, vous faites ainsi travailler une main d’oeuvre souvent locale ce qui améliore encore le bilan économique de l’opération.

Pour lutter contre le syndrome du Minitel 2.0, rien ne vaut les solutions décentralisées. Ce qui est vrai pour le Web, l’est aussi pour les monnaies. Zoupic nous propose dans un long article une approche similaire appliquées à la monnaie. Ce qui est bon pour l’informatique serait donc bon pour l’économie aussi. Vous verrez, il parle même de GNU/Linux dans son article pour dire comme les principes qu’il énonce sont proches de celles défendues par ces derniers.

Pour finir, Google continu de chercher des poux à Microsoft ou plus précisément à attirer dans ses services Web les utilisateurs de la suite bureautique numéro un sur les PC des entreprises. Le rachat par google de la société Docverse éditeur d’un plug in pour Word, Powerpoint et Excel autorisant le partage web de documents et leur édition simultanée par plusieurs contributeurs. On peut imaginer que le couplage de plugin avec Google Docs pourrait pousser les utilisateurs de la suite bureautique  à préférer les services en mode hébergés de Google à ceux de Microsoft.

D’autres actualités de la semaine :

Vous avez peut-être raté ces articles :

Bonne fin de week-end à toutes et à tous :-) !

Is Open Source Creating a ‘Tidal Wave of Job Losses’?

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.