Série 23, le futur tel qu’il sera au 23ème siècle

closeCet article a été publié il y a 6 ans 9 mois 18 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

L’été c’est l’un des rares moments de baisse de pression (et encore avec les gosses, ce n’est pas toujours le cas…) où je prends le temps de lire un ou deux livres. Cette année, j’ai jeté mon dévolu sur les deux premiers tomes (le troisième doit sortir prochainement) d’un livre que ma plus jeune fille (11 ans) a lu en début d’année  : Série 23.

logoserie23

Pourquoi ce choix ? Tout d’abord, il s’agit d’un auteur « local ». Entendez par là que Virginie Mege est de la région de Lyon et que l’éditeur, les Editions Dominum, est également du coin. Mais ce n’est pas la principale raison. En fait, c’est ma femme qui après l’avoir lu m’a dit, « tu devrais le lire, ça va t’intéresser ». Madame connaît mes goûts en matière de lecture, je n’avais donc plus le choix 🙂 . Et force est de constater que Madame a eu encore une fois raison.

Takolens et Moijeux

Le monde de Série 23 a connu une troisième guerre mondiale et une évolution qui a conduit à la scission du Monde entre deux populations aux mœurs et coutumes bien différentes.

TOME 1 – LE BOUCLIER

D’un côté les Moijeux dont le nom veut en quelque sorte tout dire. Il s’agit ni plus ni moins d’une vision caricaturée de notre monde. En quelque sorte, c’est notre monde qui aurait mal tourné (de mon point de vue). Pour les Moijeux, seul l’argent, les Kapits, compte. Tout DOIT s’acheter et se vendre. Le don ne peut pas exister ou alors très exceptionnellement comme on le verra sous la forme d’une « Vente à zéro ». Les gens ne se présentent pas, mais se « vendent » en ajoutant à leur nom leur niveau de salaire. Dans les deux tomes, nous ne verrons que la vie des « riches » Moijeux. Ce n’est qu’à la fin du Tome 2 que l’on entrevoit l’autre face du monde des Moijeux, celui de « Moins ». Combien sont-ils, dans quelles conditions vivent-ils ? Peut-être le Tome 3 lèvera-t-il le voile sur cet aspect. Mais déjà leur situation semble peu reluisante, contraint pour les femmes de vendre leur « ventre » par exemple.

Les Moijeux sont accros à la technologie. Leur monde est totalement artificiel et « bétonné ». Chaque Moijeux a une « pastille crânienne » implantée dans le cerveau. Elle sert à l’identifier, lui permet de circuler, bref, il est quasiment impossible de vivre sans. Les riches Moijeux pratiquent la « customisation » de leur corps  selon les modes. Et les modes changent souvent et rien n’est fait pour durer plus de quelques mois. C’est là où le livre devient intéressant, ce monde des Moijeux est probablement un monde rêvé pour Google. D’ailleurs, la vie d’un Moijeux est ponctuée d’incessantes publicités et incitations à acheter qui n’en doutons pas sont particulièrement bien ciblées.

Les Takolens sont la version « bio » de l’humanité. Ces humains ont choisi de vivre dans des grottes et en harmonie avec les éléments. Ils pratiquent une forme de magie, cultivent la connaissance de l’histoire passé de la terre, quand les Moijeux préfèrent l’oublier. Ils sont parfaitement à l’aise dans la nature et ont développé des compétences intellectuelles et physiques parfaitement adaptées à la vie en extérieur.

TOME 2 - EN TERRE DE GLACE

Bien évidemment, il semble faire bien meilleur vivre chez les Takolens que chez les Moijeux. Cependant ce n’est pas si évident tant les deux populations vivent à deux extrêmes. Mais il est vrai que tant qu’à choisir entre les deux visions du monde, je préfère de loin celle des Takolens.

L’histoire de Série 23 est la rencontre de ses deux mondes au travers de jeunes adolescents Takolens et Moijeux qui vont nouer des liens et apprendre à se connaître et à s’aimer. Oui, c’est un livre écrit pour les 11-15 ans, donc forcément, il faut lire ce livre avec ses yeux d’enfants.

Perds pas ton Tiwax

Je me devais aussi de parler de cet objet. Un Moijeux ne s’en sépare jamais. Il s’agit en quelque sorte de nos smartphones de demain. Chaque Moijeux vit avec et au travers de lui. Dans les transports, pendant les cours, etc.. Tous les Moijeux sont plongés dans les représentations 3D projetées par leur Tiwax. Leur vie passe par leur Tiwax. Là encore, l’auteur n’a eu qu’à exagérer un trait de notre société « moderne ». De plus en plus de gens sont plongés sur leur smartphone dès qu’ils en ont l’occasion, dans la rue, dans le métro, à pied, en voiture, devant la TV, etc. Pour peu qu’on leur enlève et les Moijeux perdent alors toute « consistance »…

Série 23 est un livre qui se lit bien, avec une intrigue, de l’action, voir de grosses bastons notamment dans le tome 2. Pas mal de travers de notre société y sont caricaturés. Pas sûr qu’un adolescent les perçoivent. Mais ce livre peut servir de base à une bonne discussion entre parents et adolescents sur certains aspects de notre civilisation. En résumé, je recommande et je ne raterais pas le troisième tome !

Pour trouver le livre, reportez-vous à la page du site dédié à l’ouvrage.

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

6 réponses

  1. Nico dit :

    Et moi qui voulait lire ton bouquin pendant les vacances c’est raté… il a fallu que je fasse une coupure avec l’informatique cet été !! Donc je reprendrais la lecture à la rentrée…bon c’est demain qu’il faut que je m’y remette 😉

  2. Philippe dit :

    Bon retour aux affaires et bonne lecture alors 😉

  3. VM dit :

    Batch, ça, c’est pas une analyse de perroq ! Et didi, elle fait positif sûr monter l’adrénaline ! Dixit l’auteur, tombée par hasard sur votre blog et bien sûr ravie de cette présentation très intéressante de Série 23 ! Le tome 3 est sorti, j’ai hâte d’avoir votre avis. En attendant, merci beaucoup pour cet article qui me touche beaucoup. A bientôt peut-être lors d’une dédicace…

  4. Philippe dit :

    Content d’apprendre la disponibilité du troisième opus. On ne le ratera pas !

  5. Michel dit :

    Vu, acheté, lu et offert… je me réjouis d’en discuter avec ma fille de 14 ans lorsqu’elle l’aura terminé

    Pourquoi diable un tel bouquin n’est-il pas plus connu ?!

    Merci pour cet article… (et les autres aussi)

  6. Philippe dit :

    Pour avoir aussi écrit un livre (dans la barre latérale) porté par une toute maison d’édition, il est certain que les moyens de promotion ne sont pas les mêmes quelque soit la qualité de l’ouvrage… Faut du temps pour se faire connaître et reconnaître.