Retour au microblogging

closeCet article a été publié il y a 8 ans 5 mois 6 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Les changements d’année sont toujours propices pour changer certaines choses que l’on  faisait quelque peu par habitude. Je reviens à un microblogging plus classique, un peu has-been désormais, mais toujours d’actualité pour moi. L’occasion aussi de me recentrer autour de mes deux principaux sites sous WordPress.

Microblogging, késako ?

Wikipédia nous en donne une définition :

Le microblog ou microblogue est un dérivé concis du blog, qui permet de publier un court article, plus court que dans les blogs classiques, les articles pouvant être de type texte court, mais peuvent également contenir une image ou même une vidéo embarquée.

Les plus « hipe » d’entre vous vont me dire, mais dire que je parle de réseau social, que Identi.ca, Twitter, Facebook, Google+, c’est du micro-blogging et ils auront raison. Je m’en vais vous exposer ma vision du sujet et ma nouvelle pratique de ce dernier. Un peu d’histoire ne se sera pas de trop.

Histoire

Il y a maintenant 744 articles de cela, ce qui nous ramène en octobre 2008, soit la préhistoire du web, j’ouvre le présent site. Les premiers « réseaux  sociaux » que je fréquente sont les sites de « digg like » ou de social bookmarking.

Jeune padawan du web et toujours à l’affût des nouvelles « tendances » (j’assume), je m’intéresse à un nouveau concept pour le web : le microblog. Nous sommes alors en 2009 et je me dis que c’est après tout une bonne manière de partager rapidement une humeur, une remarque sur une lecture que l’on vient de faire.

Vient alors le choix de l’outil. A l’époque, apparaissent des logiciels libres dédiés à cet usage comme celui de BilboBlog développé par Tux-planet. Utilisant WordPress pour ce site et je me dis qu’après tout qui peut le plus peut le moins. Je m’évite ainsi de passer du temps à maîtriser un autre outil aussi simple soit-il et je mise sur la pérennité de WordPress.

Bien évidement toutes ces réflexions prennent du temps et entre temps, j’ai découvert Twitter et surtout Identi.ca deux services web de microblogging auquel je me suis abonné et que j’utilise. Mais je n’abandonne pas mon idée de devenir autonome pour ce type de service.

J’installe donc une nouvelle instance de ce dernier que j’équipe du thème P2. Ce dernier donne en effet au site toutes les caractéristiques voulues pour un site de microblogging. Voilà nous sommes en août 2009, p.scoffoni.net est né.

Pourtant je choisis de m’en servir comme un aspirateur de mes notices publiées sur Identi.ca. Ce site reste donc longtemps qu’un simple outil d’archivage.

StatusNet

Identi.ca est basé sur le logiciel libre StatusNet. J’installe ma première instance de ce dernier en mars 2010 et en fait ma plate-forme de base pour pousser mes notices vers Twitter en remplacement d’Identi.ca. p.scoffoni.net continue d’aspirer les notices de StatusNet. A l’époque je pensais que ça n’avait pas vraiment de sens, mais une petite voix me parlait au fond de mon inconscient : « on sait jamais… ». Alors j’ai laissé en marche…

2013

En 2012, j’avais quelque peu changé ma façon de faire. Désormais, j’utilisais au travers d’une extension, p.scoffoni.net pour propulser mes notices vers mon instance StatusNet qui les envoyait vers Twitter. Un changement motivé probablement par un mauvais pressentiment au sujet de StatusNet.

L’idée que les réseaux sociaux n’étaient pas faits pour durer, l’arrivée de Google+ avait quelque peu modifié ma vision de notre web et de ma façon de le « nourrir ». Il me fallait me recentrer. StatusNet ne serait pas cet outil trop dépendant d’un protocole et d’un éditeur de logiciel.

Me voilà donc à nouveau poussé vers WordPress dont j’apprécie toujours autant les qualités depuis de nombreuses années. J’ai regardé aussi le microblogging façon Twitter et consorts. On envoie un lien et les gens le renvoient ou le commentent : je trouve finalement cela assez lassant et un peu « fainéant ».

Ce qui change

Je me suis donc remis depuis ce début d’année à commenter « un peu plus »  les liens que je partage comme vous pourrez le constater sur p.scoffoni.net.

Ce sont donc des microbillets que j’envoie désormais sur StatusNet et Twitter. J’ai conscience que cela peut avoir quelque chose de pénible. Il faut en effet depuis ces sites atterrir sur le mien pour enfin accéder au lien vers l’article que je partage. Mais c’est ainsi et vous aurez par la même occasion la possibilité de laisser un commentaire de la longueur de votre choix 🙂 .

Évidemment si vous me répondez sur un réseau social, je vous répondrais sur ce dernier. Je ne pousserais pas le « jusquauboutisme » à ce point. Une démarche qui se rapproche de celle de l’ami Borne et que je rejoins sur certains points, sauf que je souhaite continuer à assurer une présence sur les réseaux sociaux pour :

  • Faire « péter » mes stats 🙂 ;
  • M’exprimer là où sont les gens, aller à leur rencontre, leur expliquer, les ramener vers autre chose …

Pour aller jusqu’au bout de l’expérience, j’ai créé un compte sur Tumblr et j’utilise le service IFTTT pour envoyer mes notices sur ce service. Le tout, bien sûr, depuis mon WordPress. Si Google daigne nous fournir une API en écriture, il me deviendra simple d’y envoyer mes notices via une extension de WordPress ou un service comme IFTTT.

Mais tous ces réseaux sociaux restent périphériques, peuvent disparaître, c’est sans importance. Quoiqu’il arrive, je reste maître de mes données et c’est bien là le but.Une capacité encore réservée hélas aux geeks ou à ceux qui ont des amis geeks…

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

5 réponses

  1. jp.fox dit :

    Voici une façon de faire qui me plait assez, cela me donne envie de réouvrir mon blog 🙂

  2. Bonob0h dit :

    A devoir résumer en 140 caractères n’est pas un mal 😉 Ce n’est que l’équivalent d’un chapeau d’article qui est aussi une « baseline » accroche au titre d’un article … c’est aussi une sorte de pause café à la machine a café pour échanger sans passer par de long discours.

    Seul problème tous les réseaux, formats, etc … et la aussi il faut une révolution … d’un Libre Autrement … par le biais d’un U MegaFork 😉

  3. Bonob0h dit :

    Publier automatiquement sur Gogole+ est enfin possible … par un tiers : http://dlvr.it/

    Qui teste ? 😉

  4. Bonob0h dit :

    Suite … Donc c’est possible 😉 reste a voir comment car l’appli n’est pas gratuite pour fonctionner avec google+ mais si c’est possible en payant c’est que c’est techniquement possible 😉
    qui pour codé des modules, etc ? en Libre Bien sur 😉

  5. Philippe dit :

    L’accès à l’API de Google+ en écriture si elle existe vraiment est payante… Tu imagines si les utilisateurs peuvent ne plus passer par l’interface de Google = moins de visibilité des pubs, etc…