Linux Mint 18 aura son propre jeu d’applications

closeCet article a été publié il y a 5 ans 4 mois 15 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

linux-mintC’est par la voix de son leader, que le projet Mint vient d’annoncer que la distribution GNU/Linux Mint disposera à partir de sa version 18 de son propre jeu d’applications.

La principale raison est liée à la « fusion » croissante du framework de développement GTK dans GNOME. Le bon côté de la chose est une meilleure intégration des applications dans le « look and feel » du bureau. Un effort louable, tant on sait que l’expérience utilisateur est importante dans l’adoption d’un nouveau système d’exploitation. Le côté obscur de la chose est que ces mêmes applications sorties du bureau GNOME semblent totalement « déplacées ».

Cette évolution pose bien évidemment un souci à une distribution comme Mint, mise à disposition avec son propre bureau Cinamon, mais d’autres également comme XFCE et MATE. Mais pourquoi tant de bureaux s’étonneront les habitués du monde Windows 🙂 ?

D’où l’idée de lancer les X-Apps, des applications « agnostiques » et indépendantes du bureau. Sur le fond, je trouve bien entendu l’idée séduisante et surtout, j’aurais tendance à dire, pourquoi n’en a-t-il pas toujours été ainsi ? Comme souvent dans le monde du logiciel libre, les ego et les intérêts économiques des acteurs derrière les distributions GNU/Linux ont poussé à cette fragmentation des applications. Une fragmentation entraînant le syndrome dont souffre le logiciel libre, à savoir la dispersion, voir le gaspillage d’énergie.

C’est un vieux marronnier pour moi si vous me lisez depuis longtemps. Je connais d’avance les réponses qui y seront faites. La diversité est le moteur de l’innovation et la richesse du logiciel libre. Il ne doit surtout pas être autrement sous peine d’entraver la fameuse liberté de ces logiciels. Personnellement, je pense que l’on se trompe de liberté.

La faute originelle n’incombe pas à Mint qui ne fait que subir les conséquences des choix du projet GNOME comme d’autres distributions. Si cette annonce me semble encore une fois aller dans le sens de la dispersion, espérons que ce soit cette fois la bonne dispersion pour un meilleur regroupement.

Si ce jeu d’application « interbureau » pouvait être porté de façon indépendante des distributions et des bureaux et maintenu par l’ensemble des contributeurs de toutes les distributions, nous aurions alors une réponse pertinente. J’ai quelques doutes que cela soit le cas. La charge du développement et de la maintenance de ces applications risque d’échoir au projet Mint avec le risque de se mettre en difficulté faute de bras. J’imagine que le risque a été pesé.

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

10 réponses

  1. Bonob0h dit :

    @ Philippe … La pomme qui prend pour des poires n’a aussi qu’un seul bureau 😉
    Sinon tant qu’il y aura de multiple bureaux le regroupement ne sera pas possible, même par une solution comme celle de Mint. Les égos et ergo doivent se rétracter pour se réunir a faire L’UNIQUE bureau capable du plus complet au plus léger, et bien sur le plus optimisé possible.
    Mais même ça ne suffit pas.
    Il faut aussi les applications.
    La aussi il faut réunir le meilleur de chacun et unifier avec différentes interfaces et fonctions selon les besoins des utilisateurs.
    Plus on simplifiera pour les utilisateurs plus ils seront nombreux, y compris eux aussi a participer, d’autant plus qu’ils sont enclin a faire des effort vu l’avenir que leur réserve les GAFAM.et l’Ubair n’ Ruchisation de la société.
    Mais le libre des acteurs actuels ne prend pas le chemin.
    Il faut de nouveaux acteurs qui savent voir dans l’intérêt général leur propre intérêt et qui bien sur ne doit pas se dévoyer au profit d’une minorité.
    Bref ….

  2. Plop dit :

    Je suis d’accord avec la majorité de votre analyse sur le gaspillage d’énergie.

    En revanche, il me semble qu’elle peut manquer, sur certains points, d’un peu de recul. Par exemple, si un logiciel apporte une plus-value assez importante (en fonctionnalité, en ergonomie ou dans sa vision), alors cette « dispersion » n’a généralement rien de négatif mais si la plus-value est limitée, alors oui, concrètement c’est la bataille des copies non-conformes du même logiciel encore et encore.

    Dans ce cas précis, GTK est parfaitement adaptable. La plupart des éléments graphiques sont configurables via CSS. Faire un effort pour créer un thème GTK pour Mint semblerait bien plus logique. Pourquoi ? Moins de duplication, moins de dispersion et moins de gaspillage d’énergie justement.

    Linux Mint est en train de refaire l’erreur de Red Hat il y a une dizaine d’années : faire des applications et interfaces graphiques personnalisées sans autre motif que « ça nous semble mieux ainsi ». Bon j’exagère, pour Red Hat c’était plutôt « nous croyons (sans preuve) que mettre un GUI sur chacun des fichiers de configuration rend l’administration plus facile et va donc attirer des utilisateurs » et pour Mint c’est « nous croyons (sans preuve) que faire nos propres applications va nous permettre d’obtenir un environnement plus cohérent, ce qui va donc attirer plus d’utilisateurs ».

    Bref, pour une plus-value aussi faible, je ne vois pas pourquoi cette tentative échapperait à la mort programmée comme les vieux logiciels Red Hat ou les applications propres à XFCE.

    D’autant que, si je devine juste, Mint risque fort de nous repondre des clicodromes immondes sans le moindre travail du côté de l’expérience utilisateur. Oui, c’est plus habituel que ce qu’on retrouve sur Mac OS ou Gnome, mais le fait est que même les gens qui sont rassurés par une UI pourrie (et donc les apprécie plus) ont déjà de quoi faire. Mais bon, mauvaise langue que je suis, peut être que Mint va révolutionner le monde logiciel avec une UX innovante, aimable et efficace… Mais encore faudrait-il savoir quel problème ces nouvelles applications vont résoudre pour l’utilisateur final (i.e. le but, que dis-je, la vocation d’un logiciel !) avant même de savoir comment (ici, développer des apps personnalisées). Parce que :

    – « Quel grand problème application X va-t-il résoudre ? »
    – « Ben X est mieux intégré à l’environnement de bureau »

    n’est pas tout à fait le nec plus ultra pour convaincre les utilisateurs d’utiliser ce nouveau logiciel…

  3. Bruno dit :

    Je me demande souvent quelles sont les différences fondamentales entre les différents environnements de bureau et pourquoi ils existent au final à part pour leur différente apparence. Si c’est vraiment leur seule utilité, on pourrait les combiner et rendre l’environnement unique plus personnalisable pour atteindre leurs différents idéaux.

    Ce serait bien que toutes les couches d’une distribution soient compatibles avec les autres et qu’on puisse mettre les logiciels qu’on veut sur le bureau qu’on veut sur l’OS qu’on veut et ainsi de suite. Ça rentabiliserait davantage le temps et les efforts des bénévoles, et ça simplifierait peut-être un peu le choix des utilisateurs, qui n’auraient pas à se demander, quand ils trouvent quelque chose à leur goût, s’ils doivent installer un environnement en parallèle et trouver un moyen d’installer un paquet conçu pour une autre distro. À travailler chacun dans son coin on se retrouve avec des centaines de configurations possibles… qui sont toutes inférieures aux offres commerciales non libres à plusieurs niveaux et souvent en retard sur la technologie.

  4. @Plop , merci d’insister sur l’importance de l’analyse de la valeur. Ca me permet de faire remonter un vieil article à ce sujet et toujours d’actualité 🙂
    http://philippe.scoffoni.net/logiciel-libre-libertaire-fork-analyse-valeur/
    Il y a 2 ans 3 mois 3 jours dit l’avertissement. Rien n’a changé…

  5. Bonob0h dit :

    @ Bruno attention tu va te faire qualifier de troll par certains 😉 Bon sinon pour faire ce que tu exprime et que tu trouvera aussi dans nombre de mes commentaires ou phrases de Philippe dans les siens ou ses articles, on essaye de réunir des personnes pour lancer une association / fond de dotation justement pour réunir le meilleur du libre pour le simplifier pour le bonheur du plus grand nombre d’utilisateurs … Il faut des participants et pas seulement des codeurs ou geek, bien au contraire au départ il faut communiquer etc … donc tout le monde ou presque peux participer … Propose à Philippe si le coeur t’en dis … et peut être commence à en parler autour de toi pour rameuter des participant/e/s 🙂

  6. tuxmips dit :

    Oui enfin bon …. Linux Mint c’est quoi ? Un dérivée d’Ubuntu ? Et Ubuntu c’est quoi ? Un dérivée de Debian ?

    Bref…. au bout du bout, je me demande si Linux Mint n’est pas non plus de la perte d’énergie 😉

  7. Cédric dit :

    >les ego et les intérêts économiques des acteurs derrière les distributions GNU/Linux ont poussé à cette fragmentation des applications.

    C’est complètement idiot comme raisonnement, ce qui fait la différence entre KDE et GNOME, c’est la vision, pas un égo surdimensionné.

    Perso, je ne vois pas comment on ne peut pas parler d’égo de la part des devs de Mint quand la première chose qu’ils font c’est de forker des applications qui utilisent déjà une interface traditionnelle…

  8. @Cédric : pour avoir une « vision » il faut un peu d’égo 🙂 Ne pas me faire dire ce que je n’ai pas écrit non plus. Quand je parle de fragmentation et des problématiques qui y sont liées, je parles des applications. Combien de gestionnaires de fichiers mal aboutit ou utilitaires redondants juste parce qu’un développeur avait une « vision » qu’il jugeait meilleure que celle des autres ? Comment doit-on appeler cela alors ?

  9. Herisson dit :

    Utilisateur de Mint Cinnamon, on va dire que je ne suis pas objectif. Ceci précisé, si ce DE existe c’est un peu (beaucoup ?) à cause de l’équipe Gnome et ses idées trop arrêtées. Pas d’icone ou de raccourci sur le bureau G3 (et une ergo non aboutie au début), G2 arrêté et hop pas de discussion !
    Donc Mint a créé son DE (et s’en serait bien passé je pense) et supporté Mate. Maintenant que c’est bien lancé et stabilisé (et vraiment agréable a utiliser en particulier Nemo) et comme ils ont des revenus pour pousser certains sujets, ils attaquent le point irritant suivant et à leur manière, c-a-d sans enfermer leur travail. Ce qui est un peu normal quand on est « petit », il faut ne pas penser pouvoir imposer ses vues mais plutôt partager.
    Ce qui se prépare, c’est certainement un éloignement de Ubuntu qui se croyant gros et fort, impose son DE et autres « particularités » …
    Je ne peux que conseiller a tous d’essayer Mint C. pendant plusieurs semaines puis faire le point. Leur démarche récente basée sur des LTS avec un cycle de 18 mois et des màj mineures tous les 6 mois marchent bien (pas de réinstal bi annuelles)
    PS : C’est premier sur Distrowatch (bon cela vaut ce que cela vaut …) et ce n’est peut être pas pour rien.

  1. 16 février 2016

    […] Linux Mint va développer pour ses prochaines versions un nouveau jeu d'applications indépendantes du bureau utilisé.  […]