Les jeunes se foutent du logiciel libre ? Ca ne l’empêche pas d’avancer…

closeCet article a été publié il y a 10 ans 10 mois 3 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Light at the end of tunnelC’est la rentrée, il faut se secouer et relancer la machine. C’est un peu ce que fait aKa du Framablog en nous envoyant coup sur coup deux billets à fendre le moral de plus d’un libriste après un bel été :

Les jeunes ne sont pas attirés par le logiciel libre ? Guère étonnant. Pas grand-chose dans leur environnement éducatif n’est là pour leur expliquer leur existence et plus rarement encore comment les trouver et les utiliser. Les jeunes ont souvent besoin d’avoir l’impression d’appartenir à une communauté, d’être comme les copains. Alors si on dit que l’on n’utilise pas Windows tout de suite cela marginalise.

Par contre pas de problème pour se ruer sur les smartphones Android dont les ventes ont augmenté de 851% (on part de zéro quand même) entre 2009 et 2010. Android n’est certes pas aussi libre que le souhaiteraient les tenants du logiciel libre, mais il embarque une bonne dose de code sous licence libre. Ce qui montre bien l’importance de l’emballage et du marketing dans le succès d’un produit ou d’un logiciel. Une leçon que tente d’appliquer Ubuntu même si encore une fois cela est peu apprécié par certains.

Si du coté des systèmes d’exploitation le logiciel libre semble avoir perdu la bataille, il existe pourtant pas mal de madame ou monsieur Jourdain qui à l’instar de ce personnage qui faisait de la prose sans le savoir, utilisent du logiciel libre sans le savoir.

J’ai vu passer cet article du Journal du Net recensant les 40 logiciels les plus téléchargés en 2009. Ils auraient pu nous donner des chiffres plus récents ou alors c’étaient une reprise pour l’été, mais peu importe.

Parmi ces 40 logiciels, j’ai compté six logiciels libres auquel le JDN attribue d’ailleurs une licence « Freeware » ce qui en dit long sur le peu d’intérêt qu’il portent à cet aspect. Ce qui compte c’est que le visiteur comprenne que ce soit gratuit. Parmi ces logiciels :

Firefox est absent de la liste, mais je pense qu’il est désormais si connu que tout le monde passe par le site web de Mozilla. Ce n’est pas énorme au total mais c’est quand même sensible.

Je suis persuadé qu’une grande majorité de ces utilisateurs  (sous windows cela va sans dire)  ignorent totalement qu’il s’agit de logiciel libre voir ignore même leur existence. Ils les utilisent simplement parce qu’ils répondent à leur besoin et ne leur coûtent rien.

Les développeurs de logiciels libres pourraient s’inspirer de ce que fait Mozilla avec Firefox qui affiche au premier lancement un bouton « Vos droits ». Cette petite notification est là pour dire : « Hé, je suis un logiciel libre, si tu veux en savoir plus c’est par là ! ».

Au final que le logiciel soit totalement libre ou contienne du libre, le libre progresse et continue de s’insinuer dans les rouages de notre économie que ce soit sous ce nom ou sous la dénomination plus commerciale d’open source.

Je resterais donc optimiste et dirais à aKa : » Tiens bon, la route est encore longue, mais la machine est en marche ».

Crédit image : certains droits réservés par Jsome1

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

17 réponses

  1. lordphoenix dit :

    Les bandeaux de Firefox personne ne les lits…

  2. aKa dit :

    Hello Philippe,

    Tout d’abord, il n’y a pas eu que ces deux billets sur le Framablog ces derniers temps 😉

    Que plein de gens « fassent du Libre sans le savoir », c’est évidemment mieux que rien. Et que le Libre « continue de s’insinuer dans les rouages de notre économie », c’est également positif.

    Mais il y a également ceux qui le voient avant tout comme un mouvement éthique et social.

    Si « nous » ne sensibilisons pas plus de gens à cela, et notamment la jeune génération, alors des combats comme ceux que mènent actuellement La Quadrature du Net peuvent tout simplement être perdus.

    Une génération qui ouvre son netbook sous GNU/Linux et surfe sur Firefox ne m’intéresse pas si il ne s’agit que d’aller passer son temps sur Facebook, MSN, YouTube, RapidShare, etc. en occultant tous les enjeux numériques et donc politiques du monde d’aujourd’hui et de demain.

    Je reste bien entendu optimiste mais comme il est dit en ouverture du blog, ce serait plus que dommage si le logiciel libre ne libérait rien d’autre que du code.

  3. p4tr1ck dit :

    @aka =>Une génération qui ouvre son netbook sous GNU/Linux et surfe sur Firefox ne m’intéresse pas si il ne s’agit que d’aller passer son temps sur Facebook, MSN…=> se passer de ~80% de clients potentiel est un luxe dont le libre n ‘a pas le droit (ni le luxe) de se passer s il veut survivre ,réflexion pas très commerçante.La plupart des utilisateurs actuels sont des utilisateurs de ses services (bien ou mal n est pas la question) et n utilisent un ordi (et non pas un pc) quasiment que pour ça ( encore les mail et la météo) et les fonctions multimedias (musique,film,jeux).Je pa
    note:en dehors d utilisation professionnel .

  4. p4tr1ck dit :

    … oups muvaise manip.
    …je parle des vrais gents,ceux de la rue et pas des 2 à 3 étudiants en math sup et aux 3 à 4 profs qui les entourent.

  5. Bruno dit :

    Finalement, ce qui m’inquiète, sur le sujet? Si ce que vous dites est exact -et je ne vois pas par quel argument on peut le contredire-, cela signifierait tout simplement que le « non-libre » utiliserait les passionnés du libre (je parle de ceux qui pondent de « la ligne de code au km », avant de la compiler) comme des ESCLAVES! Et oui: aucune rémunération, en dehors d’une certaine satisfaction, à peu près personnelle, d’avoir « participé à »….

    Mes propos peuvent en choquer certains, car pouvant apparaîtrecomme « bassement matérialistes ». Mais, à bien y réflèchir: bien au contraire…

    Cordialement

  6. dlalleme dit :

    Bonsoir,

    Il existe une urgence aujourd’hui, c’est l’utilisation « totale » du logiciel libre à l’école et dès le primaire voir la maternelle.

    Nous avons les logiciels qui conviennent dans le libre et puisqu’il faut trouver dix milliards à économiser; n’achetons plus de licences hors de prix dans les administrations.

    Je participe à des informations dans les établissements scolaires et anime des ateliers périodiques sur le logiciel libre et cela trouve un bon écho.

    De nombreux établissements scolaires en commençant par les directeurs ‘proviseurs, principaux, etc…) ne connaissent pas ou n’ont jamais entendu parler du logiciel libre, dont il y a du boulot à propager « la bonne parole » 8)

    Cordialement
    Denis

  7. Grunt dit :

    Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour le libre, si des gens se mettent à l’utiliser en se foutant de l’aspect libre.

    Car cela veut dire que leurs libertés ne sont absolument pas un critère de choix quand ils adoptent un logiciel. Le risque est alors grand de les voir délaisser, par exemple, Firefox pour Chrome dès que Chrome offre un petit peu plus de fonctions ou de rapidité.

  8. xau dit :

    Je ne dirais pas qu’ils se foutent du logiciel libre. Ils ne savent tout simplement pas que cela existe.

    De plus, avec Facebook et la mise en avant des problèmes liés, de plus en plus de gens commencent dans mon entourage à prendre conscience de l’importance d’avoir un reseau ouvert où leurs données leur appartiennent.

    Sinon, je pense que c’est quand même une bonne chose que les gens utilisent des logiciels libres, même si ils ne le font pas pour l’aspect libre. Ca rend la sensibilisation plus facile car ils utilisent déjà le produit, et lui donner un plus morale/philosophique rajoute un attrait.

  9. Philippe dit :

    Merci @tous pour vos commentaires intéressant.
    @aKa : j’a bien vu qu’il y avait d’autres billets sur le Framabolg 😉
    Je ne nie pas l’importance du mouvement éthique et social que représente le logiciel libre, je constate juste que son utilisation est en avance sur son idéologie et cela n’a rien d’étonnant. Ce qu’introduisent les LL au niveau de l’informatique est un changement bien plus profond qu’une simple histoire de licence ou de façon de faire des programmes. j’aurais tendance à dire que s’il sont si méconnus, c’est aussi que les valeurs qu’ils portent n’ont pas fait leur chemin dans la conscience collective.
    Lorsque les gens comprendront les changement nécessaires et indispensables et en cours de notre société ( cf le logiciel libre s’imposera comme une évidence. « Ils existaient autre chose avant ?  » dira-t-on ? Mais ce n’est pas pour demain. Il faudra peut-être encore une génération et quelques soubresauts économiques, politiques ou guerrier pour cela. Mais je suis convaincu qu’on y va. Il faut juste que des gens comme RMS tiennent la barre et soit notre phare lorsque nous pataugeons dans la gadoue d’un Facebook.
    Pour illustrer mon propos et j’espère qu’il ne le prendra pas mal, il fait un travail que l’on peut qualifier d’indispensable, mais lorsque Denis écrit: « Nous avons les logiciels qui conviennent dans le libre et puisqu’il faut trouver dix milliards à économiser; n’achetons plus de licences hors de prix dans les administrations. ». Je ne peux m’empêcher de dire : Non il ne faut pas économiser 10 milliards. Il faut les utiliser pour payer des développeurs pour améliorer les logiciels libres dont notre éducation nationale a besoin et payer des gens à expliquer pourquoi il faut les utiliser dans les écoles. Les logiciels libres ne sont pas une réduction de coût, mais une autre façon dont on devrait faire fonctionner notre économie au travers du partage de la connaissance. Et l’open source (le vrai) s’inscrit pleinement dans cette économie de la connaissance. Sinon on va vers le scénarios du pire de Bruno
    @Grunt : on peut considérer que ce n’est pas une bonne nouvelle. Mais c’est une façon de voir comment ton verre est à moitié plein ou vide.

  10. J2L dit :

    Bonjour,

    Sans faire de Troll 😉 que se passerait t il si l’on privait microsoft des logiciels libres ? Pourquoi développer des logiciels libres pour cet OS ? J’ai l’impression que nos efforts ne servent qu’à améliorer et mettre en valeur cet OS … Je ne comprend toujours pas pourquoi Apache est porté, pourquoi les améliorations, les addons sont en premier livrés pour Windows ? Nous ne devrions plus développer pour cette firme … Nous devrions penser également à déposer des brevets comme eux pour les prendre à leur propre jeu. Ca me fait mal au coeur de voir HTC donner dans les 50$ à microsoft pour chaque Android HTC vendus pour des raisons de brevets …

  11. Philippe dit :

    @J2L : un vieux débat :-). Je fais parti de ceux qui pense qu’il ne faut pas délaisser cette plate-forme et qu’il est souhaitable que l’on puisse utiliser des logiciels libres aussi sous Windows. S’il ne devait plus reste que le système d’exploitation, le logiciel libre aurait déjà porté un gros coup à Microsoft dont la branche la plus lucrative reste la division bureautique et la suite Office.
    La problématique des brevets est effectivement un point que tous les éditeurs de logiciels libres devraient traiter en priorité afin de tenter (si c’est encore possible) de délivrer des applications libres de tout brevets soit en les « neutralisant » lorsqu’elles les posséde afin qu’une affaire comme celle d’ORACLE/Google ne puisse pas exister en cas de changement propriétaire. cf http://philippe.scoffoni.net/oracle-google-java/

  12. Bardamu dit :

    Bonjour,

    Il faut différencier deux choses à mon sens : le projet de société sous-jacent à la démarche du logiciel libre et l’utilisation par le grand public de logiciels Open Source ou libres.

    Dans le premier cas, on parle d’un projet qui dépasse le cadre stricte du monde IT. Ce qu’il manque aujourd’hui c’est une personnalité politique qui s’empare du projet de société de la connaissance librement exploitable proposé par Stallman et ses compagnons. En France en tout cas, ce n’est pas le cas. On ne peut compter que sur une montée en puissance de ces proposition  » par le bas », ce qui prend naturellement plus de temps.

    Dans le deuxième cas,celui de la distribution de l’open source et/ou des logiciels libres, quels sont les objectifs? Si c’est l’implantation au sein des PC, il y a quelques belles victoires ( Firefox, open office, etc…). Si c’est de proposer avec succès des alernatives d’OS complet, ils existent ( Ubuntu, redora etc…) mais ne rencontreront jamais assez de succès pour faire peur à Microsoft ou même Apple si les acteurs du libre pensent uniquement PC. Enfin,si c’est marquer des points idéologiques en identifiant bien ses quelques logiciels avec les valeurs du libre, c’est raté car effectivement, on fait du libre sans le savoir.

    Aujourd’hui, je ne vois pas de dispositif visible qui permettrait au grand public de savoir que tel logiciel qu’il utilise est une logiciel libre. Pour cela, pourquoi ne pas réfléchir à la création d’une marque ombrelle? Se battre avec les armes qu’utilisent les autres finalement.

  13. Philippe dit :

    @Bardamu : j’aime assez ta vision à deux étages. Lorsque l’on veut changer les choses, il faut souvent s’y atteler par ce que l’on connait. Pour les informaticiens, le logiciel est un moyen d’influer sur la société. Stallman dit exactement cela lorsqu’il explique pourquoi il a imaginé les logiciels libres. Pour d’autres ce sera d’autres moyens… Je dirais donc qu’il y a la finalité : aller vers la société de la connaissance et il y a les moyens. Le logiciel est un des moyens que nous autres informaticiens avons choisi car « naturel ».
    C’est vrai que l’idée de la « marque » ou d’un label est intéressant. C’est à l’image de ce que font les creative common avec leurs pictogrames ou le badge que j’ai mis dans la barre latérale de ce site : « Approved for »

  14. Bonob0h dit :

    La Marque … Bordel ? 😉 ou la Marque D’jaunzes ?

    Tout est dans la MARQUE … pas dans le LABEL 😉

    Ca fait … 10 ans que j’essaye de faire bouger dans ce sens … pour faire une MARQUE et ses PRODUITS … pour les systèmes et outils libre … tant pour réunir le bon du bordel ambiant … que pour que madame Miche et ses D’jeunzes de môme adhèrent … comprennent …

    Mais le libre veux être libre Bordel ! Le geek ne veux pas de madame michu ! Les communautés veulent rester entre elles ! Le Libre préfère la liberté de râler mais pas de faire pour tous 😀

    Bref … perte d’énergie lamentable .. alors que ça crie au loup pour le réchauffement de la planète, contre le « libéralisme », …

  15. Bardamu dit :

    Pour faire suite à la proposition de marque pour le logiciel libre, voici une petite bafouille sur le sujet:
    http://lenetdanslesnuages.com/archives/2117

    Merci d’avance pour vos réactions 😉

  16. bonob0h dit :

    @Bardamu
    C’est bien dit 😉
    mais mais mais rien de nouveau en ce qui au moins me concerne depuis plus de 10 ans que je le dis 😉 Et en plus ça oublie plein de points 😉
    Et bien sur … « reflexion » … la tête dans les nuages sans les pieds sur terre :p
    Hors ! IL faut faire … De l’action ! Avec une vrai stratégie, etc … et tant qu’on y est qu’elle fasse partie de qq chose ou que ça fasse partie de qq chose de plus important pour en profiter d’agir dans d’autres domaines de façon similiaire …

    Les petits bouts par ci par la … ça forme pas la banquise 😉
    J’ai bien un iceberg … le soucis c’est les forts en blabla … pas en actions 😉
    Il y a même des leviers visibles que personne n’a relever 😀

  1. 22 août 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Philippe Scoffoni and Etienne Nadji, G£rard. G£rard said: RT @pscoffoni: Chez Philippe : Les jeunes se foutent du #logiciel #libre ? Ca ne l’empêche pas d’avancer… http://bypsc.fr/0cl […]