Un scanner de livre open source réalisé par un employé de Google

Le 14 nov, 2012 • Catégorie: Planet-Libre, Technologies
Tags :
closeCet article a été publié il y a 1 an 11 mois 10 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Il est de notoriété publique que les employés de Google disposent de 20% de leur temps de travail pour se consacrer aux projets de leur choix. Une façon pour Google de laisser libre cours à l’imagination parfois débridée de ses employés, mais avec à la clé, il y a de possibles innovations.

20% de temps pour le projet de son choix

Voilà qui m’a souvent laissé rêveur. Mais à bien y réfléchir, ce n’est pas une approche aberrante. On constate souvent dans les entreprises que les employés consacrent une partie de leur temps de travail a des activités qui ne sont pas en lien direct avec l’employeur. Souvent, c’est une façon de décompresser d’activités qui ne sont pas passionnantes. Qui ne l’a pas déjà fait ?

Google semble avoir pris le parti d’organiser ce temps en l’officialisant. Je traduirais ainsi cette approche :

Vous avez une journée par semaine pour faire ce que vous voulez. Mais… le reste de la semaine, on code droit !

Je ne suis pas aussi sûr qu’ils puissent faire vraiment n’importe quoi cependant. Mais cette approche me semble positive et évite ces activités souterraines dans les entreprises qui de fait sont souvent improductives. Car, il s’agit bien là d’organiser en partie ce « bazar » souterrain et de l’identifier pour encourager les initiatives qui pourraient se révéler positives pour l’entreprise.

Un scanner de livre open source

Voici un exemple de projet 20%. Un ingénieur de Google Books, Dany Qumsiyeh a utilisé ce temps pour concevoir un scanner de livre qui tourne les pages tout seul. En effet, on peut très bien imaginer la difficulté que représente le fait de devoir effectuer toutes ces manipulations à la main.

Ici il a utilisé un aspirateur et quelques pièces de métal pour construire son prototype que vous pouvez voir en action sur cette vidéo. Vous pouvez vous rendre à 3minutes 36 secondes pour cela. D’autres appareils existants sont présentés en début de vidéo.

Le coût de ce prototype est de « seulement » 1500 dollars. Il permet de numériser 1000 pages en 90 minutes. Essayez à la main pour comparer… Bien sûr on imagine tout l’intérêt que peut avoir un tel appareil pour Google dans ses projets. D’autant plus que l’ensemble est publié sous licence open source Apache 2.0 sur ce site.

[Source]

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le avec votre réseau : Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Ou abonnez-vous au rss Flux RSS Complet ou email Abonnez-vous par Email

Aucun trackback»


    2 Commentaires»

    1. Bonob0h
      14 novembre, 2012 à 10h13

      Pour les 20% de temps oui c’est un bon « fonctionnement d’entreprise » ;)
      Par contre pour leur scanner … d’après ce que l’on voit, si c’est valable pour des bouquins récents, ça ne l’est certainement pas pour des vieux documents. Visiblement il y a trop de frottements que n’acceptent pas les vieux bouquin. L’aspiration elle aussi peut être un problème. Idem en ce qui concerne l’aplatissement des pages surtout vers la liaison des pages qui engendre des pressions qui peuvent poser des problèmes.
      L’encombrement est lui aussi problématique vu la longueur.
      Son seul avantage, les pages bien plates pour scanner sans retoucher.

      Bon sinon c’est une bonne pub gratuite pour google et inciter les biblio et autres à scanner pour ensuite être présent dans les services google ^^, alors que l’autre système : http://diybookscanner.org/ plus classique à lui certainement moins de pub !
      Y en a t il d’autres système ?

    2. iGor
      14 novembre, 2012 à 19h15

      http://www.4digitalbooks.com/_auto_dl3000.html

      Ce n’est pas OpenSource, mais très utilisé. Bien entendu c’est pas pour du livre précieux, mais ça ne détruit pas facilement un livre, tout de même. La boîte numérise quelques millions de pages par année, principalement pour des bibliothèques.