QSOS, méthodologie d’évaluation pour les logiciels libres et open source

Le 17 sept, 2013 • Catégorie: Dans la pratique, Planet-Libre
Tags :
closeCet article a été publié il y a 1 an 1 mois 5 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Le choix d’un logiciel doit être réalisé à l’aide d’une démarche la plus objective possible et qui se doit aussi de respecter un certain nombre d’étapes. Sans quoi c’est la réussite du projet qui risque d’être mise à mal.Voici une méthode permettant d’évaluer et comparer des logiciels libres et open source.

Je vois trop souvent des entreprises me consulter, car elles sont insatisfaites du nouveau logiciel mis en place et cherchent une autre solution. Quand on étudie les raisons de ces échecs, on retrouve souvent une définition des besoins trop succincte. Les entreprises sont d’ailleurs confrontées à des prestataires de service qui a ce moment là vendent « ce qu’ils ont » et pas forcément ce qu’il faut. Mais en l’espèce, la faute n’est pas forcément à rejeter en totalité sur ces derniers. Le client a sa part de responsabilité. C’est toute la raison d’être des prestations d’accompagnement que je propose.

Les logiciels libres ou open source n’échappent pas à la règle et restent avant tout des logiciels. Cependant certains aspects sont spécifiques et liés à leur origine et notamment au modèle suivant lequel ils sont produits. A-t-on à faire à un logiciel porté par une communauté de bénévoles, une unique entreprise, un groupement d’entreprises, une association ou une fondation ou encore un mixte de tout cela ? Des questions et des réponses qui ont leur importance et doivent être prises en compte lors du choix de la solution.

QSOSLa méthode QSOS (Qualification and Selection of Opensource Software) a été initiée par Raphaël Semeteys. L’objectif était de concevoir et mettre à disposition : une méthodologie d’évaluation, les outils qui s’y rattachaient et surtout un référentiel des évaluations réalisées. Qui dit référentiel, dit obligation de définir un ensemble de critères communs pour chaque domaine fonctionnel et d’évaluer chaque logiciel au regard de ces derniers. L’approche proposée inclut également une notion de pondération pour adapter la grille d’évaluation et la note obtenue par les logiciels à son contexte particulier.

Les outils disponibles sont :

  • Freemind: le logiciel de mindmapping pour réaliser les modèles d’évaluation ;
  • QSOS Editor : pour réaliser les évaluations à partir des modèles disponibles. Il est disponible sous la forme d’une extension pour Firefox ou d’un module indépendant;
  • QSOS Repositories : une application web utilisant git pour gérer et partager les évaluations ;
  • O3S (Open Source Selection Software) : une application web pour manipuler les évaluations, créer des comparaisons et exporter les résultats dans différents formats.

Le projet n’avait pas connu d’évolution technique depuis plusieurs années.  QSOS Editor s’appuie sur le moteur XUL de ce dernier et n’était plus compatible avec les versions récentes de Firefox. Un autre manque était aussi la possibilité de disposer d’un « bac à sable » pour réaliser les documents de comparaisons d’évaluations. Il fallait disposer de sa propre instance d’O3S.

Une rénovation complète a été réalisée en cette année et a vu apparaître entre autres une mise à jour de QSOS Editor qui redevient compatible avec les versions récentes de Firefox. Le dépôt et donc O3S dispose également d’un « bac à sable » pour bénéficier des fonctions de ce dernier sur ses propres évaluations.

QSOS est une brique d’un projet plus global dénommé Drakkr.

Ce projet a pour objectif  de mettre à disposition un framework ou boîte à outils pour la mise en place d’une gouvernance pour les logiciels libres ou open source. Parmi ces outils complémentaires à QSOS :

  • OSC (Open Source Cartouche) : projet dédié à l’identification unique d’une version d’un logiciel open source ainsi qu’à la gestion de ses métadonnées;
  • ECOS (Evaluation des Coûts liés à l’adoption de logiciels Open Source) : projet relatif à l’évaluation et au calcul du coût total de possession d’un logiciel open source ainsi qu’au retour sur investissement d’une migration;
  • FLOSC (Free/Libre Open Source Complexity) : projet proposant une méthode et un outil d’évaluation de la complexité d’un logiciel open source;
  • SLIC (Software LIcense Comparator) : projet dédié à la description formelle des licences open source et de leurs compatibilités respectives;
  • SecureIT : projet dédié à la gestion des alertes de sécurité dans les logiciels open source.

Les documents des projets ECOS et FLOSC sont  disponibles sous la forme d’un document PDF expliquant la méthode. Les autres projets sont en attente de contributeurs ou de temps disponible des actuels porteurs du projet.

Pour revenir sur QSOS, les évaluations présentes dans le dépôt principal sont hélas anciennes et ne demandent qu’à être mises à jour. Le référentiel fonctionnel est  disponible et prêt à l’emploi pour ceux qui voudraient contribuer à ce projet.  Je vous propose également de regarder cette interview de Philippe-Arnaud Haranger, contributeur à QSOS, faite sur le salon Solutions Libres & open Source 2013.

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le avec votre réseau : Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Ou abonnez-vous au rss Flux RSS Complet ou email Abonnez-vous par Email

Commentaires Clos.