ReactOS la version libre de Windows NT toujours vivant

closeCet article a été publié il y a 8 ans 2 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

reactOSReactOS c’est un peu le serpent de mer que je vois resurgir régulièrement. Je l’avais testé dans un lointain passé et j’avoue que je n’en avais pas gardé un souvenir ému.

Pour ceux qui ne connaîtrait pas ce projet, sachez qu’il s’agit tout simplement d’un système d’exploitation qui se veut compatible avec les binaires des applications et pilotes matériels destinés à Microsoft Windows. Il ne s’agit donc pas d’une distribution GNU/Linux ni même un descendant de système Unix.

J’ai donc téléchargé la dernière ISO et tenté l’installation dans une machine virtuelle. Ce qui fait drôle c’est que pour les moins jeunes comme moi qui ont bien connu Windows NT l’interface est totalement similaire.

reactos

Malheureusement l’installation se plante un peu plus loin. Qu’à cela ne tienne l’équipe met aussi à disposition une machine virtuelle pour VirtualBox. Vous me direz que je cherche les ennuis ? Non je lis les pages de haut en bas en m’arrêtant à la première option 🙂 .

Cette fois cela marche et on se retrouve dans un environnement graphique qui sent bon le passé. C’est là que l’on se rend compte qu’en matière d’interface, si ce n’est des ombres et des effets d’interface, on a pas inventé grand-chose ces vingt dernières années.

Je découvre un gestionnaire d’applications façon GNU/Linux. On y trouve des applications récentes comme VLC en 2.1.2, Firefox 26, Thunderbird 24. VLC s’installe, je reste bloqué sur Firefox avec juste l’installeur lancé dans la barre de tâche, mais bloqué. Je clique un peu partout, l’application disparaît de la barre de tâches, je ferme le gestionnaire d’applications, le relance et là c’est lui qui reste bloqué. Je retrouve mes vieilles habitudes, gestionnaire de tâche,  je tue le processus et je reboot. Le problème subsiste malgré tout, plus moyen d’accéder à l’application. Je vous laisse le soin d’approfondir la découverte, pour aujourd’hui j’en resterais là.

Ce qui m’a poussé à faire cet article c’est le lancement du projet Thorium Core sur KickStarter qui vise à développer un service de bureau de travail en mode cloud compatible avec les applications pour Windows, mais sans Windows.

J’avoue que je suis pour le moins sceptique. La compatibilité avec Windows peut faciliter l’utilisation d’applications métiers voir pourquoi pas de la suite Office. Reste à savoir si elle fonctionne sur ReactOS, dans quelle version et avec quelle stabilité. Certes l’économie des licences Windows peut permettre de proposer un service à un prix attractif.

Mais si on compare a ce qui existe déjà dans le domaine du bureau de travail en mode cloud avec GNU/Linux je doute toujours de la pertinence du projet. Sans compter qu’avec Wine on dispose déjà d’un outil presque similaire. Au pire il est même possible de mettre une machine virtuelle Windows accessible en bureau à distance depuis le bureau Linux pour la ou les applications réclamant Windows.

Mais sait-on jamais si le projet rencontre ses financeurs et permet de finaliser enfin ReactOS, on aurait une nouvelle alternative à Windows. En cette année où les utilisateurs de Windows XP continuent de faire de la résistance, il y a eut-être une fenêtre de tir non pas dans le cloud, mais sur les postes des utilisateurs.

[Source]

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

2 réponses

  1. Bernard Allaire dit :

    Wine et ReactOS partagent un grand nombre de sources. Hors VM, le système fonctionne plutôt bien et pour des cas simples, remplace très bien Windows XP.

  2. Philippe dit :

    J’ai fait un « speed test » sur un portable datant de 13ans (Pentium II 128Mo de RAM). ReactOS s’installe, mais je reste sur un écran noir au démarrage. J’ai encore un celeron 400 256Mo dans mon musée, ce sera le prochain test 🙂