Logiciel libre en Rhône-Alpes : enfin une lumière au bout du tunnel ?

closeCet article a été publié il y a 8 ans 10 mois 11 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

ChossonDepuis que j’ai adhérer ma société au Ploss Rhône-Alpes, j’ai pu apprécier au travers de plusieurs rendez-vous avec les élus de la Région ou du Grand Lyon a quel niveau de désintéressement étaient relégués les logiciels libres. Peu d’élus défendent avec conviction et constance ce modèle de développement de l’informatique. Pourtant le logiciel libre est indéniablement un moteur pour l’économie locale.

Parmi ces rares élus dans la région, il y a Jean-Marie Chosson élu à la Région sous l’étiquette EELV et également adjoint à la mairie de Romans. Au travers d’une mission confiée à ses soins par le président de région Jean-Jack Queyranne, Jean-Marie Chosson a pu faire voter à l’occasion de la délibération sur le Numérique l’engagement de la région Rhône-Alpes en faveur des logiciels libres.

Concrètement cela se traduit par la mise en avant de certains principes tels que :

La Région Rhône-Alpes privilégie pour ses usages bureautiques courants et ses « logiciels métiers », les systèmes d’exploitation et logiciels libres, mis à disposition et publiés sous licences libres, sous réserve des contraintes techniques et juridiques liées à ses activités.

Oui il y a quand même des réserves, rien n’est gagné. L’autre point est l’adhésion de la région à l’APRIL et à l’ADULLACT.

La diffusion des bonnes pratiques en matière d’interopérabilité et formats ouverts de fichiers ainsi que des logiciels libres est encouragée. Enfin pour l’ouverture des données publics ou open data :

La Région Rhône-Alpes, dans les règles de respect des données privées protégées par la loi, rentre activement dans une démarche d’ouverture des données qu’elle produit dans l’exercice de ses compétences (OpenData) et qu’elle transforme en « biens communs » accessibles à tous.

Mais comme le fait remarquer Jean-Marie Chosson à la fin de son intervention, ce n’est qu’un commencement et il reste à transformer ses bonnes résolutions en actes concrets. En tout cas côté Ploss Rhône-Alpes et associés on va s’y atteler.

Texte de la délibération

Texte de l’intervention de Jean-Marie Chosson

Vidéo de l’intervention

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

4 réponses

  1. Galuel dit :

    Très bon ! Merci Philippe pour cet excellent relais !

  2. Bonob0h dit :

    Je rappel aux élus qu’avant tous les citoyens veulent des services administratifs numériques ! Libre ou pas car eux ne se sentent toujours pas réellement concernés d’autant plus qu’autant les gourou comme steve job ou les barbus du libre leur font peur mais ne voient actuellement pas d’autres horizons ! Ne parlons même pas des termes comme Big data etc !

    Il veulent des usages concrets avec des outils simples et sexy ! Des usages qui leur parlent dès 3 à 5 ans et jusqu’à plus de 107 😉 et ne leur font pas perdre leur repères dans des menus déroulant ! Ils aimeraient bien que ça ressemble aussi à la « vrai vie » …

    Mais qu’est ce qui pourrait ressembler à leur « visions » dont ils n’ont aucune idées de ce que ça pourrait être ni comment s’y prendre …
    Simple il suffit de les prendre par mal main en Web3D++ 😉
    Reste qu’il manque des ressources et moyens que le Web3D++ avance correctement !

    Il y a pourtant dedans tous les usages possibles tant de proximités qu’au niveaux des régions voire aussi au niveau national !

  3. Philippe dit :

    Des élus visiblement déconnecté des réalités du numérique aujourd’hui et tout aussi grave, déconnectés des attentes des citoyens en matière de numérique.
    http://www.zdnet.fr/actualites/des-citoyens-connectes-dans-des-villes-deconnectees-de-la-realite-d-internet-39797996.htm

  4. Bonob0h dit :

    Doit on aussi parler des entreprises du numérique Web2.minitel elles aussi en manque de réaction tandis que le public ne peux et n’attend pour s’engager et participer à ce que la technique soit mieux prête ? 😉
    Car sinon ils vont aider Google ! Exemple concret récemment vécu ! :(((