Frugalware : Rencontre avec des membres de la communauté

closeCet article a été publié il y a 12 ans 1 mois 12 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

FrugalwareDans la série des rencontres avec des Acteurs du Libre, je vous propose de faire connaissance avec quelques membres de la communauté Frugalware. Pour rappel Frugalware est une distribution GNU/Linux qui nous vient de l’est et qui est animé en France par une petite communauté très active.

Trois d’entre eux ont acceptés de répondre à quelques questions. Il s’agit de deux français et … (roulement de tambour) d’un des Papa de la distribution, soit respectivement : Gaetan Gourdin (bouleetbil), Michel Hermier et Miklos Vajna.

Pour commencer voici les réponses de Michel et Gaetan.

Pour commencer comment avez-vous été amenés à contribuer au projet de Frugalware ?

mhermier : J’étais sous slackware avant, j’en était très contant mais un gestionnaire de paquet commençait à me manquer. Donc après quelques années d’utilisation, je me suis décidé à changer de distribution. Dans mes débuts sous linux j’ai testé les distributions clef en main à base de rpm et autres aptitudes et j’ai été déçu de ses gestionnaires de paquets tentaculaires. Trop compliqués, trop verbeux, j’ai donc cherché une distribution qui ressemblait à ce que je connaissais bien (slackware) avec un gestionnaire de paquets simple. Et je suis tombé sur Frugalware. Une fois installée, ça s’est mis en place tout seul, j’ai vu des endroits ou le système était en défaut pour moi et j’ai naturellement cherché à contribuer.

bouleetbil : En fait, c’est arrivé par hasard. J’étais sous Gentoo depuis des années et pour certaines raisons j’ai voulu changer de distribution. J’ai longuement hésité entre FreeBSD et zenwalk et puis par hasard je suis tombé sur Frugalware. Je ne sais même plus comment (probablement un post de devil505 sur Planet Libre). J’ai donc essayé Frugalware, mais il me manquait quelques paquets, j’ai donc appris à packager avec devil505 puis avec vmiklos et crazy je me suis vite pris au jeu 😉 . Et en 6 mois de temps je me suis vu développeur pour Frugalware après de nombreux mails sur la liste dev.

“la communauté tant des utilisateurs que des développeurs était ouverte”Ce que j’ai apprécié c’est que la communauté tant des utilisateurs que des développeurs était ouverte et voilà comment de proche en proche j’ai été amené à participer. En même temps, après quelques années d’utilisation du système GNU/Linux je trouvais normal de participer un peu. De plus cela me permet de suivre les évolutions de certains logiciels et de dialoguer avec des développeurs pas seulement liés à Frugalware.

Comment est organisé le développement de Frugalware ?

bouleetbil : Vmiklos et crazy prennent les décisions importantes sinon c’est assez libre. Si on voit que l’on ne fait pas n’importe quoi on peux faire ce que l’on veut.

mhermier : En gros il y a deux développeurs principaux, vmiklos et crazy qui décident des grandes directives concernant Frugalware. Cela comprend le noyau, le toolchain et X11. Pour le reste des paquets, on a un peu moins d’une dizaine de développeurs et contributeurs qui maintiennent l’ensemble.

« Moins de 10 dev et contributeurs » : Un bel exemple de ce que permet le logiciel libre : Construire un OS et tout son environnement avec moins de 10 personnes

mhermier : Et encore on est loin de slackware avec son unique développeur 😉 La puissance de unix/linux où l’on peut arriver à de l’extrême customisation pour arriver à l’idéal d’un utilisateur, une distribution.

Quel est votre rôle et sur quelle partie de la distribution intervenez-vous ?

mhermier :A l’origine, j’interviens principalement, sur la documentation et la traduction en français de cette dernière (même si l’orthographe a toujours été ma bête noire depuis l’enfance). Puis j’ai pris en charge la maintenance de quelques paquets quand je me suis senti mieux avec le système de construction de paquets.

bouleetbil : Je package. Je maintiens actuellement Gnome avec Krix, j’ai mis à jour gnome dans la version 2.24 et récemment la version 2.26, LXDE, différents paquets orientés GTK, Portage de Frugalware sur PPC (disposant d’un powerG4 je ne voulais pas garder MacOs, cela tombait bien. Vmiklos a aussi un power PC et voulait porter Frugalware pour ce type d’architecture).

“C’est pas mieux qu’une autre. Elle me convient, je me sens bien dedans et j’ai pas l’impression d’être un utilisateur lambda.”Pourquoi Frugalware c’est mieux ?

bouleetbil : C’est pas mieux qu’une autre. C’est juste qu’elle convient à mes besoins et n’automatise pas tout. Elle reste simple, mais il faut quand même éditer des fichiers de configuration. Pas mal de choses se font à la main et cela peut dérouter certaines personnes. Même la branche current est stable pour un desktop et les problèmes sont résolus rapidement.

mhermier : Frugalware reste simple, proche de l’utilisateur et de l’idée originelle des programmes utilisés, nous n’avons pas de patch extravagant rajoutant  les fonctionnalités uniques pour les programmes que nous utilisons. Et pour moi, le fait que je puisse mettre les mains dans le cambouis comme on dit, ça me plait encore :p toutes les distributions « clickodrome » où au final on ne sait pas forcément sur quoi on a influé avec notre click, ça me stresse de pas être maître à bord.

J’aurais embrassé bouleetbil (en tout bien tout honneur 🙂 ) pour sa phrase « C’est pas mieux qu’une autre. C’est juste qu’elle convient à mes besoins ». C’est ce que je dis chaque fois qu’on me demande quelle est la meilleure distribution. Michel tu en penses quoi ?

mhermier : Aujourd’hui il y a tellement de choix et de facilités pour accéder à diverses distributions, avec plus ou moins tout les mêmes paquets, que la majorité des besoins sont pourvus dans les distributions *grand public* (par opposition aux distributions ultra-spécialisées). En ce sens je pense que le mot besoin ne convient plus. Je dirais plus que c’est une question d’aura, d’ambiance.

Aujourd’hui certaines grandes distributions sont devenues assez opaque à leurs utilisateurs publics (qui s’exprime sur les forums ou irc) dû à un effet de masse d’utilisateurs. La population des utilisateurs de Frugalware ne traine pas encore cette aura lourde.

L’impression que l’utilisateur peut influencer son environnement est très importante et diminue la frustration de ce dernier. Et c’est pour ça qu’elle me convient le mieux. Je me sens bien dedans pour ça.

Pour en revenir à la phrase originelle, je dirais « C’est pas mieux qu’une autre. Elle me convient, je me sens bien dedans et j’ai pas l’impression d’être un utilisateur lambda. ». On reste avant tout utilisateur de Frugalware, être développeur ne rajoute pas tant de privilèges que l’on peut se l’imaginer. Frugalware reste bon enfant et « à taille humaine ».

Quel avenir voyez-vous à Frugalware ?

bouleetbil : Un bel avenir 😉 Les développeurs de Frugalware sont souvent des passionnés et veulent avancer, de plus certains l’utilisent dans un domaine professionnel.

mhermier : Que des bonnes choses. Quelques retards ont été pris sur certains paquets importants comme Xorg ou comme KDE4, mais cela n’a pas été fais sans raisons (même si les utilisateurs ne comprennent pas pourquoi parfois) et les choses devraient s’améliorer dans les mois à venir.

Pour finir Miklos Vajna a pris un peu de son précieux temps pour répondre à quelques petites questions.

Quand as-tu découvert les Logiciels Libres ?

Miklos : Je crois que c’était en 1998, j’apprenais à taper au clavier avec mes dix doigts et je cherchais un logiciel qui supporte mon clavier hongrois. j’avais trouvé xmikrobi (http://xmikrobi.sourceforge.net/) qui correspondait à mes besoins et il s’agissait d’un Logiciel Libre.

Une question très classique dont tu dois pouvoir copier/coller la réponse, pourquoi as-tu fait Frugalware.

Miklos : Oui tu peux récupérer la réponse là par exemple  http://frugalware.org/newsletter/42

  • Un gestionnaire de paquet rapide, écrit en C (concurrençant le pkgtool de Slackware qui était lent et qui était écrit en bash) ;
  • Le support I18n (L’installateur de Slackware n’était pas localisé) ;
  • Des mises à jour douces entre les versions stables (en ce temps, il n’y avait pas de slapt-get et les mises a jour étaient une horreur) ;

J’ai lu que tu utilisais Frugalware dans un contexte professionnel, pourquoi ce choix ?

Miklos : C’est simple, nous utilisons Frugalware pour fournir des services Web. La licence GPL ne réclame pas de publier les modifications du logiciel sous GPL tant que tu ne publies pas les binaires. Compte-tenu que nous ne fournissons que de services web pas des binaires, nous ‘avons pas à fournir quoi que ce soit. D’un autre côté, la maintenance de développements spécifiques est assez coûteuse à long terme donc dans la plupart des cas nous reversons nos développements à la communauté de façon à ce qu’elles soient maintenues par l’équipe Frugalware.

Un très grand merci à tous les trois encore une fois pour le temps consacré à me répondre. On en sait un peu plus sur ceux qui font vivre Frugalware au travers de leur passion pour le Logiciel Libre.

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

5 réponses

  1. Tuxargon dit :

    Très beau interview, continue comme ça 🙂

  2. Devil505 dit :

    Moins de 10 devels et contributeurs…, actuellement on est une quinzaine de devels au moins dont 6 français (Hermier, Bouleetbil, Gholafox, Elentir, Cedynamix et moi). 😉

    Petite faute de frappe:

    « nous utilisons Frigalware pour fournir »

    Sympa comme interview 🙂

  3. Philippe dit :

    Merci pour eux !

    @Devil505, c’est corrigé, ce doit être à cause de l’accent hongrois 😉

  1. 4 octobre 2009

    […] Vmiklos, Hermier et Bouleetbil ont été interviewés par Philippe Scoffoni. […]

  2. 1 janvier 2010

    […] Mai, Priyank finalisa XFCE 4.6.1. Vmiklos, Hermier et Bouleetbil furent interviewés par Philippe Scoffoni. Bouleetbil commença à travailler sur […]