Edito vidéo – Crise au Quebec, le logiciel libre porte de sortie ?

closeCet article a été publié il y a 11 ans 8 mois 29 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.


Transcription du texte de la vidéo

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue pour cet édito du 1er juin 2012. Vous avez sûrement entendu parler de la crise sociale et des manifestations qui secouent actuellement le Québec. Un conflit parti de l’annonce de la hausse des frais de scolarité dans la province francophone du Canada. Quel rapport avec le logiciel libre alors ?

Plusieurs associations Quebecquoises de promotion de l’utilisation des logiciels libres ont publié le 28 mai une lettre ouverte au Ministre de l’Education québecois. Dans celle-ci, ils rappellent la décision du gouvernement en mars dernier d’approuver la migration vers Windows Seven de plus de 700 000 postes de travail des organismes publics pour un coût de 1,4 milliard de dollars.

Un chiffre qu’ils rapprochent de celui des revenus générés par la hausse des droits de scolarité qui couvrent seulement 900 millions de dollars dépensés en logiciel Microsoft pour la migration des 500 000 postes du secteur de l’éducation. Ces associations affirment que l’utilisation de logiciels libres pour ce projet permettrait d’économiser plus de 450 millions de dollars, ce qui réduirait de 50% la hausse des droits de scolarité.

Des chiffres et calculs qu’il conviendrait de vérifier évidemment. Cependant, on a constaté dans l’industrie numérique que tous les grands industriels de ce secteur avaient fait le choix de l’open source et du logiciel libre pour des raisons économiques. En effet, il fallait offrir un service au meilleur coût et donc chercher à mutualiser des moyens. L’open source est une réponse évidente à cette problématique.

On peut alors bien évidemment s’interroger sur les raisons qui font que cette évidence économique et industrielle pour certains ne puisse pas s’appliquer à nos services publics qui eux aussi ont à faire face à des problématiques de grande échelle. C’est aussi sans compter sur les enjeux d’indépendance vis-à-vis de grands éditeurs de logiciels et sur la relocalisation possible de ces dépenses sur notre économie nationale.

Bonne réflexion et on se retrouve la semaine prochaine, bon week-end et à bientôt.

Retrouvez tous les édito vidéo sur ce site ou sur Intelli’N TV

Philippe Scoffoni

Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre se solutions informatiques libres.

2 réponses

  1. Erick Descoteaux dit :

    Bonjour,

    Le gouvernement du Québec justifie l’utilisation de Microsoft et ce sans soumission, car il n’y a que Microsoft qui produise Microsoft Windows et Microsoft Office. Depuis plusieurs années nous essayons de permettre aux logiciels libres de faire sa place dans les différents ministères, mais les lobbyistes ont de très belles enveloppes remplies de $$$ pour les décideurs.

    Facil est présentement en poursuite contre le Gouvernement du Quebec (http://www.youtube.com/watch?v=d25ygdB2RSE) ou http://www.radio-canada.ca/radio/techno/commentaires-105167.shtml

    Erick

  1. 5 juin 2012

    […] Consultez la source | Article initialement publié sur philippe.scoffoni.net sous licence Creative Commons | Auteur : Philippe […]