Sortie d’OpenNebula 3.4, une solution open source d’informatique en nuage

Le 19 avr, 2012 • Catégorie: Cloud Computing, Planet-Libre
Tags :
closeCet article a été publié il y a 2 ans 3 mois 10 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

On parle beaucoup d’OpenStack en ce moment, mais c’est oublier d’autres solutions qui existent depuis plus longtemps et qui ont déjà démontrées leur potentiel. Pourtant, on ne peut pas dire aujourd’hui qu’OpenNebula et OpenStack jouent sur le même terrain. Là où OpenStack semble décidé à occuper le terrain des nuages publics, OpenNebula paraît se concentrer sur les infrastructures des entreprises.

OpenNebula

OpenNebula est un projet qui fournit un ensemble de fonctionnalités permettant de gérer un nuage informatique. Plus exactement; OpenNebula organise le fonctionnement d’un ensemble de serveurs physiques, fournissant des ressources à des machines dites “virtuelles”. C’est l’orchestration et la gestion du cycle de vie de toutes ces machines virtuelles, qui est au centre de ce type de produit.

C’est donc au coeur des datacenters que se déploie cette solution. Elle s’adresse en général à des grands comptes dotés d’une infrastructure informatique réseau complexe. OpenNebula est également “agnostique” du point de vue des hyperviseurs utilisés. Il peut fonctionner aussi bien avec des outils open source comme KVM, Xen qu’avec des logiciels propriétaires comme ceux de VMware ou encore Hyper-V de Microsoft dont le support complet n’est plus très loin.

Ce projet n’est pas récent, il a vu le jour en 2005 avec la sortie d’une première version en 2008. On notera également qu’il s’agit d’un projet européen.

Les nouveautés de la version

C’est au niveau du stockage des données que se situent les principales nouveautés. OpenNebula supporte désormais plusieurs “backends” de stockage avec des magasins différents pour les images des machines virtuelles, les images disques en format fichier, les images disques sur iSCSI/LVM et un magasin spécifique pour le format de disque virtuel vmdk de VMware.

L’interface web d’administration a également été améliorée pour rendre plus simple l’accès aux ressources nécessaires à une installation. Des options ont été ajoutées pour la prise en compte des améliorations du stockage et des fonctions de haute disponibilité.

Dans les autres changements, le support du protocole VNC (un système d’accès à un bureau distant), pour le portail “self-service” dédié aux utilisateurs et qui leur permet de gérer leur infrastructure virtuelle.

Plus fort qu’OpenStack ?

Sur le plan technique, je ne suis pas vraiment en mesure de juger les deux solutions. Elles ont chacune leurs partisans et leurs détracteurs. La principale différence me semble plutôt dans la cible visée.

OpenStack est, à ce jour, porté par des entreprises ayant vocation à devenir ou à fournir des grands opérateurs de nuages publics. OpenNebula est utilisé dans des datacenters privés par des organismes de recherche, des opérateurs de télécommunications et des intégrateurs de systèmes, ce qui donne à cette solution un avantage en terme de maturité d’usage.

Mais cette avance pourrait fondre face à la montée d’OpenStack au travers de sa dernière version et du premier déploiement d’envergure par une des sociétés qui à initié le projet : Rackspace.

[Source]

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le avec votre réseau : Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Ou abonnez-vous au rss Flux RSS Complet ou email Abonnez-vous par Email

Commentaires Clos.