L’open source au coeur des box ADSL de FREE et SFR

Le 27 nov, 2008 • Catégorie: Economie
Tags :
closeCet article a été publié il y a 5 ans 10 mois 26 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

FREEFREE est à nouveau attaqué pour violation de la licence GNU/GPL. Ce n’est pas la première fois. En effet la célèbre Freebox utilise des logiciels open source pour son fonctionnement. Parmi ceux-ci on trouve Netfilter/Iptables et Busybox. Ce sont leurs développeurs respectifs qui ont portés l’affaire en justice. Ils sont soutenus par la Free Software Foundation (SFS) bien que cette dernière ne soit pas partie prenante de l’accusation.

Selon les termes de la licence GNU/GPL, FREE devrait rendre public les codes sources de sa Freebox du fait de l’utilisation de logiciel sous cette licence. FREE argumente que les Freebox restent sa propriété et sont louées aux abonnés. Il ne s’agirait pas d’une redistribution au sens décrits par la licence GPL.

Freebox

FREE n’est pas le premier opérateur a avoir du subir ce type de plainte. D’autres procés de ce type ce sont en général terminé par des transactions entre les plaignants et les opérateurs s’engageant également à respecter la licence GNU/GPL.

Je ne me prononcerais pas ici sur l’issue de cette bataille juridique. FREE est « border-line » à mon avis. Son argument s’il est peut-être recevable juridiquement n’est en tout cas pas très fair-play vis-à-vis des développeurs des logiciels embarqués dans la Freebox.

La position de FREE est difficilement compréhensible dans la mesure ou seul l’argument juridique semble opposé.

Alexis s’inquiétait sur son blog de l’utilisation faite par de grosses sociétés de codes open source. On en voit ici une illustration. Cependant FREE en sortira-t-elle gagnante ?

Ce n’est pas évident. Son image pourrait bien être ternie auprès de la communauté Geek assez souvent attachée à l’open source et à ses principes. FREE s’est beaucoup appuyé sur celle-ci pour disposer d’un avantage concurrentiel ces dernières années grâce à la multitude de logiciels développés pour la Freebox et notamment sa fonctionnalité FreePlayer.

Neuf Box

A l’opposé de la démarche de FREE, Neuf Cegetel, maintenant SFR, a mis à disposition depuis août  2007 les sources libres utilisées dans sa Neuf Box sur le site de l’éditeur chargé de réaliser le firmware.

Un site OpenBox4 a même été créé pour accueillir la communauté des développeurs souhaitant proposer de nouvelles fonctionnalités pour la NeufBox SFR.

Cette différence d’approche est intéressante car d’un coté FREE doit affronter un procès et de l’autre SFR pourrait bien s’attirer l’intérêt des Geek open source pour sa box et ainsi reprendre cet avantage à FREE. L’avenir nous dira qui des deux opérateurs emportera la prochaine manche et par là même si le respect strict des principes de l’open source est un réel avantage.

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le avec votre réseau : Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Ou abonnez-vous au rss Flux RSS Complet ou email Abonnez-vous par Email

Aucun trackback»


    3 Commentaires»

    1. goundoulf
      27 novembre, 2008 à 10h25

      sympa comme article :)

      nous avons récemment réussi à faire tourner OpenWrt sur la neufbox : http://www.neufbox4.org/blog/archive/164-openwrt-porte-sur-la-neufbox-4-de-sfr

    2. Jonathan Le Lous
      27 novembre, 2008 à 16h46

      Bonjour,

      Ce post est intéressant et représente un bon exemple des entreprises jouant ou pas le jeu de l’open source.
      Lorsqu’une entreprise veut juste « profiter », elle peut le faire mais elle se retrouve dans une impasse car la communauté lui tournera un jour ou l’autre le dos. Donc elle prend un risque industriel important sur la pérennité de sa solution.
      Le biais, proche du forking, d’une telle approche est qu’ au fur et à mesure la solution Free deviendra plus spécifique et elle ne correspondra plus à la version libre (en implémentant pas la version libre, elle n’influencera plus le choix de l’évolution de la solution). L’entreprise ne pourra donc plus profiter des avancées qu’aurait pu lui apporter la mutualisation.
      C’est un choix stratégique mais cela peut en dire long sur l’état d’esprit de la firme…

      Je ne serais pas étonné de voir Free revenir dans quelques années (mois) quand elle sera limité par ses investissements (Crise ?) en R&D et qu’elle ne pourra que constater que Neuf/SFR lui est passé devant techniquement…

      Jonathan
      http://blog.itnservice.net/

    3. Philippe
      28 novembre, 2008 à 20h17

      Merci pour vos commentaires qui sont encourageant pour un site qui débute !