Logiciel libre et analyse de la valeur

closeCet article a été publié il y a 2 ans 5 mois 15 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

code sourceLe concept d’analyse de la valeur date d’après guerre. Appliqué au développement d’un logiciel, il offre une façon pertinente d’analyser les évolutions que l’on souhaite apporter à ce dernier. Mais son utilisation reste souvent marginale en informatique. Pourtant, c’est une bonne façon d’éviter les « faux besoins » et d’optimiser les coûts d’un projet. Une méthode qui appliquée aux logiciels libres permettrait peut-être de limiter les tentations de fork, développement de logiciels déjà existants, etc…

Analyse de la valeur

Née à la fin de la seconde guerre mondiale et formalisée par Lawrence Delos Miles, ingénieur à la General Electric, l’analyse de la valeur selon l’AFNOR se définit comme :

Une méthode de compétitivité, organisée et créative, visant à la satisfaction du besoin de l’utilisateur, par une démarche spécifique de conception, à la fois fonctionnelle, économique et pluridisciplinaire. La valeur d’un produit est une grandeur qui croit lorsque la satisfaction du besoin augmente et/ou que le coût du produit diminue. La valeur peut donc être considérée comme le rapport entre l’aptitude aux fonctions divisée par le coût des solutions.

Appliqué à l’informatique, cela nous donne une méthode de conception qui met en balance les services rendus par un produit, une application ou une prestation, avec ses coûts initiaux : la valeur étant mesurée au regard du niveau de satisfaction client ou en fonction de la réduction de l’investissement.

Il s’agit donc d’aller au-delà de la simple spécification des fonctionnalités et d’analyser pour chacune la valeur qu’elle apporte au projet au regard de son coût. Il ne s’agit d’ailleurs pas que de réduction de coût, mais bien aussi d’une logique d’amélioration des services fournis aux utilisateurs.

Application au domaine du logiciel libre

Il ne faut pas oublier non plus que l’analyse de la valeur est née d’une nécessité : résoudre un problème de pénurie de matériaux nobles. Le temps est une denrée rare et coûteuse. Le logiciel libre a réussi ce tour de force de créer des quantités de logiciels grâce au temps consacré par les contributeurs. Un temps et un travail parfois non rémunérés.

En reprenant le concept de l’analyse de la valeur et en l’appliquant systématiquement au développement des logiciels libres, je me demande s’il n’y aurait pas là un facteur d’amélioration de l’efficacité globale du système.

Prenons un exemple volontairement simpliste pour illustrer le principe. Je souhaite développer un nouveau webmail. Déjà on peut se poser la question de la valeur globale de ce projet. Ce type de logiciel n’existe-t-il pas déjà ? Si oui quelle est la valeur supplémentaire que vont apporter les fonctionnalités que j’ai imaginées et pour quel coût ? Sur un projet de ce type, il y a fort à parier qu’il n’y ait guère d’intérêt à se lancer dans un développement en partant de zéro.

C’est l’identification des fonctionnalités ayant une valeur significative qui va donner la réponse. Si ma valeur ajoutée se situe par exemple sur la gestion des emails et d’une fonction à la Gmail de tri « intelligent », j’ai probablement intérêt à contribuer à un projet de webmail pour lui apporter cette nouvelle fonction. Reste à choisir le webmail en question et là ce sont probablement des considérations de proximité technique et de langage de développement qui vont guider le choix sans oublier l’ouverture de la communauté pour accepter la contribution…

Si ce type de raisonnement était plus souvent appliqué dans le monde du logiciel libre et si, il était considéré comme « honteux » de développer ce qui existe déjà, il est probable qu’il y aurait moins de doublons et dispersion. Mais voilà, cela implique aussi de laisser son ego de côté pour n’être qu’un « simple » contributeur et pas le leader solitaire d’un projet.

Alors, si je devais donner un conseil à des développeurs désireux de créer un logiciel libre, je leur dirais qu’ils se posent bien la question de la valeur de ce qu’ils s’apprêtent à faire. Le temps dans le monde du logiciel libre est un bien précieux, alors prenons le temps de réfléchir à ce que nous allons faire. Il est déjà possible de faire tant de choses avec ce qui existe et qui ne demande qu’à être amélioré et complété.

Crédit image certains droits réservés par nyuhuhuu

Vous avez aimé cet article ? Trouvé une information utile ?

Remerciez-moi en cliquant sur ce lien

ou partagez cet article avec votre réseau, cela ne vous prend qu'un seul clic :-) !

Diaspora Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Abonnez-vous au rss Flux RSS Complet ou email Abonnez-vous par Email

Philippe Scoffoni

Découvrez sur ce site comment vivre votre numérique autrement grâce aux logiciels libres et à l'open source. Je barbote dans la mare informatique depuis 30 ans (premier ordinateur à 16 ans, un ORIC ATMOS) et je travaille à mon compte au travers de ma société Open-DSI. J'accompagne les associations, TPE et PME dans leurs choix et dans la mise en oeuvre des outils du numérique (logiciel, matériel, communication digitale, etc.)

5 commentaires

  1. Bonob0h dit :

    Pour démontrer faut rameuter des économiste et autres statisticiens 😉
    Cela permettrait de commencer a mettre les points sur le ii que la liberté c’est bien mais pas celle de faire tout et n’importe quoi qui par exemple contribuera à tuer l’environnement par des dépenses en énergies pour des choses qui ne sont que peux utilisées, ou alors qui ne tuent l’emploi, donc les ressources fiscales et autres dont les pays ont besoin pour les transports, l’enseignement, la santé, le social, le culturel, etc

    Un petit sondage ?
    Faut il enfin Analyser et Quantifier les valeurs des logiciel libre ?
    – Oui il faut même Mobiliser pour mettre les points sur le ii
    – Oui
    – Bof
    – Non
    – Non faut surtout pas pour ne surtout rien changer au détriment de tous les maux possibles
    – J’ose pas dire ou n’ai aucune idée sur la question

    Champs de mail pour les statisticiens etc qui voudraient commencer a quantifier qualifier l’existant global ? 😉

  2. Ghis dit :

    Merci Philippe pour l’article, +1.

    Il y a aussi un cercle vicieux. Plus il y a de doublons en logiciels libres, plus le temps de comparaison pour choisir la solution la plus adaptée est élevée, plus l’analyse de la valeur est coûteuse, et donc plus le coût de réaliser un fork diminue et devient intéressant.
    Ex. : Domaine avec très peu de doublons : Analyse Statistique web : Une organisation a un besoin, elle identifie très rapidement Piwik, et y contribue.
    Ex. Domaine avec beaucoup de doublons : gestion de projet en ligne : Une organisation a un besoin, elle en a bien pour 1 semaine à identifier correctement tout ce qui se fait. Si elle avait fait son propre projet, elle l’aurait peut-être déjà réalisé un outil qui répond exactement à son besoin, si il est très simple ou peut se greffer à son système actuel.
    Bon c »est certainement exagéré…

    Mais le premier pas est peut-être de faciliter la comparaison de solutions. Ce serait un cercle vertueux. Imaginons sur framasoft un outil de benchmarking collaboratif bien rempli. Les utilisateurs de LL iraient souvent voir ce qui s’y passe par rapport à l’évolution de leurs besoins, les projets les moins bien évolués et adaptés perdraient de leurs utilisateurs, et les plus prometteurs en gagneraient. Cela accélérerait exponentiellement la sélection naturelle des meilleurs solutions de LL.

    À proposer à Framasoft, ils me semblent les mieux placés pour participer à la mise en place d’une telle solution.

  3. Ghis dit :

    ayé, idée soumise à Framasoft.

  4. David Mentré dit :

    Merci Phillipe, point de vue intéressant.

    d.

  5. lliseil dit :

    Billet et idée épinglés :)
    Merci aussi Ghis pour son commentaire réaliste et réaliste.

Attention : en publiant des commentaires sur ce blog, vous acceptez définitivement qu'ils soient placés sous la licence CC-By.