Le bug #1 d’Ubuntu est-il vraiment résolu ?

Le 2 juin, 2013 • Catégorie: Opinions Libres, Planet-Libre
Tags :
closeCet article a été publié il y a 1 an 1 mois 26 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Lors du lancement du projet Ubuntu, le premier bug déclaré consistait en un constat : « Microsoft détient la majorité du marché des postes de travail ». Une affirmation en forme de profession de foi pour lancer alors son projet. Nous sommes en 2004. Le bug vient d’être fermé par celui qui l’a écrit en la personne de Mark Shuttleworth. Seulement qu’a-t-on résolu et surtout qui a réellement contribué à cette résolution?

En 2004, souvenons-nous

J’essaie de faire un effort de mémoire pour me souvenir de ce qu’était l’informatique à cette époque, il y a près de dix ans. Je venais de découvrir les logiciels libres, du moins, je commençais à réellement les utiliser. Windows XP sorti en 2001 commençait à se répandre en entreprise avec la version 2003 d’Office.

Dans le grand public, tous les PC sont vendus avec Windows. La seule alternative est d’acheter un Mac. Les distributions GNU/Linux sont invisibles ou presque malgré la présence de Mandriva. Elle existait en deux éditions : une version gratuite, la One, et une édition payante qui proposait plus de logiciels propriétaires par défaut et un support par Mandriva : la Powerpack.

En 2004, le marché des navigateurs web est dominé par Internet Explorer qui représente plus de 90 %. Firefox en est encore à ses débuts.

La société Canonical est créée le 5 mars 2004 par Mark Shuttleworth. Son objectif est de mettre au point une distribution GNU/Linux pour les êtres humains. Il faut dire qu’à l’époque en dehors de Mandriva (et encore je n’ai pas bien connu), l’usage de ces dernières relève d’une bonne dose de courage. C’est dans ce contexte qu’est inscrit le Bug #1

ubuntu-bug-one

2007, arrivée de l’iPhone

L’iPhone est commercialisé pour la première fois en novembre 2007. Plus de 200 000 exemplaires se vendront en trois semaines. Steve Jobs voit dans ce nouveau terminal mobile une révolution. Pour une fois il n’a pas tort et le succès sera au rendez-vous. Il faut dire que le mariage entre un téléphone portable et ce que l’on appeler à l’époque un PDA (Personal Digital Assistant) est une réussite.

Le développement de la mobilité va permettre une explosion du marché de ce que l’on appelle désormais un smartphone. Il s’agit probablement de ce que l’on peut appeler une rupture technologique qui couplée avec la montée en puissance d’un autre phénomène : le cloud computing. Le cloud computing va remettre en question bien des usages et surtout en générer de nouveaux.

Dans toute rupture, il y a des gagnants et des perdants. Ceux qui ne savent pas s’adapter sont condamnés à voir leurs parts de marché s’effriter et leur domination disparaître. C’est ce qui arrive à Microsoft dont le système d’exploitation est aujourd’hui le grand absent de ces nouveaux terminaux.

Résolu le bug #1 ?

En ce qui me concerne, je ne pense pas que ce soit le logiciel libre ni l’open source malgré la présence massive aujourd’hui d’Android qui ait résolu le bug. Ce dernier n’a fait que suivre le mouvement imprimé par Apple. C’est bien ce dernier qui a provoqué au travers de l’iPhone cette rupture.

Mais si on en revient à l’essence même de ce bug qui désignait surtout la main mise d’un acteur sur l’informatique des utilisateurs, force est de constater que le bug n’est pas vraiment résolu. Le grand ennemi n’est plus Microsoft. Ce dernier a choisi depuis longtemps « d’embrasser son meilleur ennemi » pour mieux le combattre.

Désormais la domination de l’informatique a juste changé de camp. Elle s’est déplacée dans les nuages de l’internet désormais omniprésents dans tous nos usages. Il s’appelle probablement Google. J’avoue que cette société me fait peur. Certains diront que les nouveaux usages et les changements font toujours peur et ils ont raison.

Mais l’inquiétude que suscite pour moi Google ne réside pas dans les nouveaux usages qu’il nous propose, mais dans l’exploitation qui sera faite par cette société de ce « pouvoir » qu’elle a acquis sur notre vie numérique. À ce niveau-là, Facebook ne vaut pas mieux.

Je pense que Shuttleworth serait bien avisé d’ouvrir un nouveau bug que l’on pourrait intituler : « Google et Facebook détiennent une part de marché trop importante dans nos vies numériques ». Mais je doute que Canonical puisse là aussi résoudre ce bug.

Nous pouvons au mieux comme tente de le faire Mozilla  avec pour l’instant un certain succès, essayer de suivre pour libérer une petite partie des utilisateurs. Mais libérer les smartphones ou tablettes, à l’instar de ce que fut la libération des navigateurs web, n’empêchera pas l’hégémonie des géants actuels de l’internet.

Cela nous montre juste que si nous voulons les renverser, c’est d’une autre rupture dont nous aurons besoin. Encore faut-il faire l’effort de suivre les pistes et écouter les arguments de ceux qui proposent autre chose. Là c’est comme souvent bien plus difficile.

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le avec votre réseau : Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Ou abonnez-vous au rss Flux RSS Complet ou email Abonnez-vous par Email

Aucun trackback»


    6 Commentaires»

    1. david96
      3 juin, 2013 à 02h20

      Bonsoir,

      Merci pour cet excellent article…

      Faut-il avoir de peur de Google ? Je ne pense pas, mais force est de constater qu’il est difficile de se séparer de ses outils, ne serait-ce que son moteur de recherche, je ne connais pas mieux pour le moment !

      Faut-il avoir peur de Facebook ? quand les journalistes, les institutions et les médias arrêteront d’en faire la promotion, se réseau social s’éteindra aussi vite qu’il est venu. Sans importance.

      Faut-il avoir peur des logiciels libres ? entre nous, on sait très bien que ce sera l’utilisation de demain, c’est inévitable.

    2. makidoko
      3 juin, 2013 à 18h34

      Le bug est résolu : Microsoft n’a plus de place hégémonique dans le marché des systèmes d’exploitation.

      Maintenant remplacer ce bug par un autre sur les usages des données, c’est taper pour taper. Se trouver une cible quelle qu’elle soit. Ubuntu est un système d’exploitation, il n’a pas comme concurrent Facebook ou Google. Donc ça n’est pas un bug du point de vue d’Ubuntu.

      Ensuite, tout le monde (enfin une petite majorité, et souvent les libristes) s’insurge des “monopoles” et de l’exploitation qui est faite de leurs données. Mais pourtant, la chose est connue, et tout le monde préfère utiliser ces services en s’en plaignant…. Pourquoi? Va savoir alors qu’il existe des alternatives qui permettent d’obtenir à peu près pareil en moins bien, mais moins “tracé”.

      Par ailleurs, je pense que nombre de ceux qui s’en plaignent ont toutes les cartes fidélité possibles et imaginables, mais ça ne les inquiète pas plus que ça, ils continuent tranquillement à “cagnoter” en présentant leur carte à chaque passage de façon à ce que les enseignes puissent savoir exactement ce qu’ils consomment chaque jour, quand et en quelles quantités. Ensuite reste plus qu’à se ruer sur la promotion du pack de 30 pour le prix de 25, alors qu’on n’avait même pas besoin d’un seul.

      Enfin, comme toujours, tout le monde voudrait pouvoir utiliser Google et Facebook, gratuitement, en conservant le droit de se plaindre des avatars rencontrés lors de l’usage, mais sans aucune contrepartie, ni pub, ni exploitation des données, car même à 1€ par mois aucun de ces services n’aurait atteint une telle puissance.

      Bref, aucun lien entre l’ancienne hégémonie de Microsoft (encore maintenue un temps par les ventes forcées, liées) et l’essor des services cités…. La concurrence était là, à jeu égal, l’efficience a fait la différence.

      Si je ne m’abuse, Coluche disait : “quand on pense qu’il suffirait d’arrêter de les acheter pour qu’ils ne se vendent plus”.

    3. Philippe
      3 juin, 2013 à 20h53

      Sauf que Coluche n’imaginait pas qu’un jour, il ne serait plus nécessaire d’acheter pour utiliser un service. Google, facebook et autres sont gratuits. Enfin supposés gratuit et effectivement personne ne payerait pour les utiliser. Mais on est d’accord, tout ça c’est du blabla. Ce qu’il faudrait c’est se bouger le popotin pour changer les choses. Là plus dur et personne pour suivre les pistes. Des conseils, des leçons, ça oui par contre…

    4. makidoko
      3 juin, 2013 à 22h15

      Je citais à peu près Coluche, mais ça s’applique aussi dans ce sens :
      Quand on pense qu’il suffirait que les gens ne les utilisent plus pour que leur emprise tombe.

    5. David Mentré
      4 juin, 2013 à 11h26

      Bradley M. Kuhn résume bien je pense comment il faudrait fermer ce “bug” :
      https://bugs.launchpad.net/ubuntu/+bug/1/comments/1844

    6. Erika A. English
      22 juin, 2013 à 15h37

      Mais si on en revient à l’essence même de ce bug qui désignait surtout la main mise d’un acteur sur l’informatique des utilisateurs, force est de constater que le bug n’est pas vraiment résolu. Le grand ennemi n’est plus Microsoft. Ce dernier a choisi depuis longtemps « d’embrasser son meilleur ennemi » pour mieux le combattre.