2012 ne sera pas la fin du monde, alors que sera 2013 ?

Le 1 jan, 2013 • Catégorie: Autrement, Infos du site
Tags :
closeCet article a été publié il y a 1 an 10 mois 23 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

On nous avait prédit la fin du monde pour le 21 décembre 2012, et force est de constater que nous sommes encore là. Internet n’a pas été aspiré dans le trou noir créé par le LHC du CERN et Niburi semble finalement nous avoir épargnés…

2012, c’était bien ?

Si je fais un petit bilan personnel de l’année écoulée, le moins que je puisse dire c’est que ce fut une année de « refondation ». La création de ma petite entreprise en avril a pas mal chamboulé mon « rythme » qu’il soit personnel ou professionnel.  Un choix que je ne regrette pas. D’une certaine manière, cela participe à une forme de « libération » de ma personne et de ce que je fais de ma vie.

Cependant, il ne faut pas non plus être dupe, le passage d’un statut de salarié à celui de patron n’est aussi que l’abandon de certaines contraintes pour d’autres. Au moins s’agit-il de contraintes que j’ai choisies de m’imposer et que j’assume plus facilement.

Si je regarde autour de moi, je n’ai pas vu en cette année 2012 de grands progrès. Concernant notre environnement économique, j’ai plus l’impression que 2012 fut une année calme avant la reprise de la tempête…

Les transformations nécessaires pour un avenir serein tardent à venir et les reculades constantes de nos gouvernants (même s’ils ne sont plus de droite) n’arrangent rien à l’affaire. Si solution, il y a, elle ne viendra pas d’eux… Laissons-les jouer dans leur bac à sable.

2013, on essaie de faire Autrement ?

Autrement, une sorte de mème que je me plais à vous glisser régulièrement dans mes articles ou encore mes dents, tweets et autres notifications. Faire Autrement, plus facile à dire qu’à faire. Pourtant parfois on y arrive. Il y  a maintenant plus de six (peut-être sept..) ans, quand je suis devenu membre d’une AMAP puis président de celle-ci c’est exactement ce que je cherchais à faire.

Trouver un autre moyen de consommer. Les AMAP sont une sorte de « hack » du système agroalimentaire. Elles se sont glissées sans bruit dans une petite faille de ce système bien fermé et en l’espace de 10 ans, elles ont essaimé. Peut-être ont-elles permis le maintien d’une forme d’agriculture à taille humaine, familiale et forte de lien social. Mais le combat reste loin d’être gagné.

Si les AMAP sont mes « racines », je n’en reste pas moins un passionné de ce Numérique si virtuel. Avec les logiciels libres, je pensais aussi pouvoir « hacker » le Numérique. Du moins, c’est ce que je croyais au début. Les années de béatitude sont passées. Tout comme les AMAP, les logiciels libres restent fermés à un cercle restreint de personnes. Les raisons en sont différentes, mais le constat est identique.

Toujours écouter les petites voix

Il existe pourtant des petites voix inaudibles à ce jour (comme l’étaient les premiers amapiens ou encore Stallman à leur époque). Des voix qui proposent un autre chemin pour renouveler vraiment le « Numérique » et surtout pour le faire différemment.

Je continuerais de vous les faire entendre et découvrir cette année encore, même si parfois cela oblige à en passer par des constats et affirmations difficilement acceptables par certains et qui ne manqueront pas de provoquer des commentaires enflammés.

Faire Autrement cela demande aussi des moyens humains et financiers. Pour les premiers, ce n’est pas ce qui manque. Si une infime partie de l’énergie et du temps dépensé sur les réseaux sociaux divers et variés était consacré à aider et créer les conditions pour lancer de vraies locomotives, nous serions probablement tirés d’affaire.

Hélas, l’absence de temps est souvent invoqué par celles et ceux qui ne veulent pas s’investir ni même chercher à comprendre. Les mêmes que l’on retrouve ensuite dans d’incessantes activités de bavardages futiles et inutiles. Mais bon peut-être en a-t-il toujours été ainsi…

Pour le financier, il existe aussi des moyens, encore faut-il arriver à les « attraper ». Pour cela, il faut des moyens humains, la boucle est bouclée, le paradoxe de la poule et de l’œuf reconstitué :-) . Mais il suffit parfois d’un simple hasard pour créer la première poule ou le premier œuf… Il faut juste chercher à le provoquer … et croiser les doigts.

2013 sera donc pour moi une année où je vais continuer d’osciller entre deux mondes pas forcément opposés, celui qui existe et celui que j’appelle de mes vœux : un monde plus libre, plus équilibré, un monde.. Autrement.

Merci à celles et ceux qui lisent ce site et ses articles, je vais continuer en 2013 à m’efforcer de vous faire partager mes découvertes, réflexions et humeurs.

Bref, tout ceci pour vous souhaiter mes meilleurs vœux pour cette année 2013.

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le avec votre réseau : Diaspora Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Ou abonnez-vous au rss Flux RSS Complet ou email Abonnez-vous par Email

Aucun trackback»


    5 Commentaires»

    1. Matthieu
      1 janvier, 2013 à 19h38

      Bons voeux egalement, et merci de nous tenir au courant du meilleur des news libres, j’aime beaucoup ton rss succint et utile !

    2. caméléon
      1 janvier, 2013 à 21h10

      Bravo pour ton engagement en AMAP, j’en suis aussi un fervent partisan et je trouve très positif (et rassurant) de réfléchir à notre lien à la terre lorsqu’on est passionné d’informatique.

      Bon courage aussi pour ta petite entreprise!

    3. Ghis
      2 janvier, 2013 à 01h06

      Meilleurs vœux Philippe !

    4. Franceschini
      2 janvier, 2013 à 14h23

      2013, espoir d’ un nouveau printemps, une nouvelle terre promise …?
      Qui sait …
      Merci pour vos billets, bonne et heureuse année à vous aussi.
      @ndré

    5. Bernard
      3 janvier, 2013 à 10h09

      Meilleur voeux

      toujours impressionné par la qualité des réflexions
      et du rythme de parution

      s’il y a bien des choses à réformer

      pour vous ne changez rien